Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



08/04/2010 - 17:47
        

Jean-François Legaret candidat à la présidence du groupe UMPPA au Conseil de Paris

Première Tribune



Après un moment de réflexion pendant le long week-end pascal, le maire du 1er a entamé une campagne coup de poing : celle de son élection à la tête de l'opposition dans l'hémicycle parisien.



La campagne des régionales à peine achevée, le Conseiller de Paris redevenu Conseiller régional rassemble ses forces et compte ses soutiens : ceux avec lesquels il a une « vraie solidarité » comme François Lebel, maire du 8ème, ou encore Jean-Pierre Lecoq, maire du 6ème,..., et ceux qu'il appelle pour les convaincre de voter pour lui.

Interrogé hier soir, Jean-François Legaret explique que « ce n'est pas une candidature nouvelle ou insolite », s’étant déjà présenté en 2008 et ayant été battu «de très peu» (ndlr : à 3 voix d’écart) par un autre Jean-François, candidat à sa propre succession. « Cette élection revient et entre-temps un certain nombre de choses ont évolué » résume-t-il.

Parmi elles, le chantier des Halles : « On est aujourd’hui dans un blocage et dans une impasse ». Le chantier, coûteux, est nécessaire pour le maire du 1er, même s’il va bien évidemment perturber la vie du quartier pendant de nombreuses années : « On a besoin de beaucoup de concertation » plaide-t-il, or « on a entièrement focalisé sur le Jardin des Halles qui ne fait pas l'unanimité et on ne parle pas du pôle transport ». A cela s'ajoutent les commentaires des habitants : « On sort d'une élection et c'est parfois démoralisant d'entendre les gens dire « on ne vous entend pas », « on n'entend que Bertrand Delanoë ».

S'il est élu à la présidence de l'UMPPA, le soldat Legaret veut remettre à plat la stratégie du groupe avec un leitmotiv : « A nous de nous comporter en opposant». «Globalement sur les Halles, le stade Jean-Bouin, la fiscalité à Paris, notre position d'opposant n'a pas été suffisamment lisible » énonce-t-il. Avant d'enfoncer le clou : « ll n'y a pas suffisamment de méthode pour une stratégie audible. »
A droite : Jean-François Legaret lors de la commémoration de la Libération de Paris avec Jérome Dubus au Centre et Roxane Decorte à gauche le 25 août 2009
A droite : Jean-François Legaret lors de la commémoration de la Libération de Paris avec Jérome Dubus au Centre et Roxane Decorte à gauche le 25 août 2009

Un changement d'attitude pour celui à qui le reproche est parfois fait, en coulisse, de discuter avec la gauche. Parce qu’il est le seul maire UMP à la tête d'un arrondissement à partager ses prérogatives avec l'opposition, en créant des commissions mixtes réunissant la droite et la gauche pour impliquer et associer tous les élus aux décisions, certains prédisaient que les électeurs de droite en prendraient ombrage. Il se trouve qu’au 2ème tour des régionales, l’UMP est devancé, pour la première fois, de 2 voix par la gauche dans le 1er arrondissement.

Adaptant, voire même améliorant, le style de la tête de liste UMP à la région Ile-de-France Valérie Pécresse qui lance son groupe à l’assaut de Paris depuis l’assemblée régionale, le soldat Legaret, président de la commission des finances à la Mairie de Paris, membre de la commission des appels d'offres et ancien adjoint au Maire de Paris chargé des finances, fait partie des élus parisiens les mieux informés. Sa stratégie repose sur une assiduité à toutes les séances, commissions et réunions où il est désigné, ce qui lui permet une connaissance très actualisée des dossiers parisiens.

Alors « faites Lamour pas Legaret ? » Réponse le 9 avril.



Les faits dans le 1er arrondissement de Paris | Les opinions dans le 1er arrondissement de Paris | Flash Paris 01


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.