Connectez-vous S'inscrire
Menu

Justine Maillard : l’artiste photographe en quête de féminité

Jeune, jolie et talentueuse.


Paris, la plus belle ville du monde et le burlesque l’art le plus coquin, forment une équation magique que Justine Maillard a su mettre en scène avec une série de photos intitulée « Paris, ma jolie ».


Géraldine Bruno-Jelasti
09/12/2011 - 12:16

        

Paris et les effeuilleuses… « Elles incarnent toutes deux les mêmes valeurs : histoire, lyrisme, renouveau, dynamisme, muse, fatale, envoûtante, magique, mystérieuse... fascinante » selon Justine Maillard, jeune artiste photographe originaire de Charleville-Mézières. A travers une série de photos intitulée « Paris, ma jolie », la jeune femme met en scène les artistes du Burlesque telles que Miss Anne Thropy, Sugar Da Moore ou encore Vicky Butterfly, et Paris, la ville des Lumières.

Un projet né d’une histoire personnelle

« Aujourd’hui, la femme joue, vit, jouit. Elle veut avoir toutes les cartes en main pour mener sa vie. La sienne, pas celle projetée par les médias ou autre diktat cosmétique. Elles veulent se sentir belles, exister et saines dans leur esprit » explique Justine Maillard. Avec « Paris, ma jolie », l’artiste photographe a réalisé une sorte de « psychanalyse de la société qui s’émeut ». Mais cette série de clichés représente aussi une quête personnelle : « J'ai eu un difficile passage à l'adolescence, beaucoup de mal à m'affirmer, encore plus à m'accepter. J'ai beaucoup souffert et je me suis abandonnée assez longtemps. « Paris, ma jolie », c'est le début de mon grand travail d'introspection, et donc de ma quête d'identité féminine ».
C’est en faisant des recherches pour son projet que Justine découvre l’univers du burlesque et du « temple de la femme ». Après une rencontre avec Sugar Da Moore, la jeune femme se fascine pour cet univers. Elle se plonge des heures sur la vie de chaque pin-up pour « mieux cerner leur poétique ». « Ensuite, autour de l'image dégagée, je tente de créer une ode à chaque modèle : stylisme (réalisé parfois conjointement avec des professionnels ou des créateurs), planches tendances, maquillage et coiffure et enfin le choix du lieu. » Originaire de la ville de Rimbaud, Justine a vécu à Reims et à Montpellier mais c’est Paris qu’elle a choisi pour son projet : « J'ai toujours eu des envies farfelues et des folies de grandeurs. Paris est une ville magique, une ville fascinante tant elle peut être belle et à la fois repoussante. Comme dans les vers de Baudelaire, Paris est une fleur du mal. J'ai trouvé intéressant la rencontre de cette ville humanisée et fantasmée par de nombreux auteurs, avec ces effeuilleuses, femmes-muses du 21ème siècle ».
Le résultat : une série de clichés poétiques, des instants de fusion entre les stars du burlesque et les plus beaux endroits de la capitale. Les lieux ont été méticuleusement choisis en fonction de la personnalité du modèle car « en chaque fille vit un personnage, avec sa propre façon de mener sa rixe intime via le burlesque ».

La photographie dans le sang

Derrière ce beau projet se cache une jeune femme de 21 ans. Fâchée avec les études, elle tente d’obtenir un diplôme se rapprochant le plus de la photographie mais « mêler passion et études a toujours été pour moi une véritable torture » avoue-t-elle. Justine se laisse envoûter par « l’ensorcellement photographique » que son père lui a transmis. Elle explique cet engouement pour le huitième art : « C'est un moyen de voir le monde derrière un masque... qui paradoxalement, me met toute nue ! Sinon, la photographie, c'est comme un miroir. Je projette, à travers les autres, ma vie. A travers eux, à travers leur « offrande » devant l'objectif, je tente une psychanalyse. A la base très intime, très égocentrique, je l'avoue. Puis, par son développement, elle devient totalement ouverte et presque libre ». La jeune femme sait qu’elle veut en vivre. Affiliée à la Maison des Artistes de Paris depuis 2 ans, elle souhaite maintenant exposer au grand jour son travail.

Où exposer « Paris ma jolie » ?

La photographe est jeune et entrer dans le monde de l’art n’est pas chose facile. Mais elle n’en démord pas. Le 29 octobre dernier, Justine a dévoilé ses premières photographies au Bastille Design Center. Une expo rendue possible par sa campagne de crownfunding via le site Ulule, qui lui a permis de récolter 900 euros en 20 jours. « A la suite de cette exposition, j'ai éprouvé le réel désir de vouer au projet une exposition entièrement dédiée qui lui fasse suffisamment hommage car c'est un énorme travail d'équipe qui se glisse sous ces clichés ! » s’exclame la jeune femme. Pour le moment, « Paris ma jolie » sera à nouveau exposée le 23 décembre au théâtre de Ménilmontant lors de la soirée burlesque « Crazy Christmas ». En multipliant la communication autour de son projet, Justine cherche toujours de nouveaux endroits pour montrer ses clichés. Des clichés qui pourront toucher tout le monde : « « Paris, ma jolie » c'est un joli pot-pourri d'une floraison sociétale, chacun y voit ce qu'il veut. Certains n'y verront que de magnifiques femmes d'un temps passé, perdues dans un entre-temps... d'autres y verront peut être une forme de renaissance ? Qui sait ! C'est un peu à vous de me le dire, après tout ! »

Le site de Justine Maillard : http://www.justinemaillard.com

Le 23 décembre 2011 : Soirée burlesque à partir de 20h
Théâtre du Ménilmontant 15, rue du retrait 75020 Paris.
Page de la soirée burlesque :
www.menilmontant.info
Sur réservation : tarif 15 à 20 euros.
Du haut de ses 21 ans, Justine Maillard est une artiste très prometteuse
Du haut de ses 21 ans, Justine Maillard est une artiste très prometteuse

Photos extraites de l'album "Paris, ma jolie" de Justine Maillard.



Paris Tribune | Première Tribune | Deuxième Tribune | Troisième Tribune | Quatrième Tribune | Cinquième Tribune | Sixième Tribune | Septième Tribune | Huitième Tribune | Neuvième Tribune | Dixième Tribune | Onzième Tribune | Douzième Tribune | Treizième Tribune | Quatorzième Tribune | Quinzième Tribune | Seizième Tribune | Dix-Septième Tribune | Dix-Huitième Tribune | Dix-Neuvième Tribune | Vingtième Tribune | Grand Paris Tribune | Seine-et-Marne Tribune | Yvelines Tribune | Essonne Tribune | Hauts-de-Seine Tribune | Seine-Saint-Denis Tribune | Val-de-Marne Tribune | Val-d'Oise Tribune | Paris Tribune Préfectures | France Tribune | Monde Tribune | Paris Tribune Bien-être | Paris Tribune Enchères | Paris Tribune Livres | Paris Tribune Sports | Paris Tribunoscope | Au Journal Officiel | Ephéméride | Ils sont cités | La rédaction | Contenus sponsorisés | Le journal | Régie


Publicité



Publicité

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com