Connectez-vous S'inscrire
Menu

Kam Tin : meubles bijoux

7e arrondissement : l'histoire des meubles Kam Tin.

L’histoire de Kam Tin commence à Hong Kong dans les années 70, sous l’impulsion de Monsieur Yin Zing Luk, un homme d’affaire Chinois originaire de Kaifeng. Son grand-père est envoyé dans le sud de la Chine comme l’un des représentants de l’empereur dans cette partie du pays. La famille s’installe et crée une importante entreprise de teinture pour textile.

19 Février 2014 - 14:23
        

Fuyant l’invasion japonaise, la famille se retrouve à Hong Kong. Yin Zing Luk se refugie dans les nouveaux territoires à Kam Tin (qui signifie champs d’or et d’argent).

Les « meubles bijoux » : Kam Tin s'exposent à la 88 Gallery Paris du 13 mars au 30 avril 2014 avec un vernissage le jeudi 13 mars.

A cette époque, la fortune familiale est conservée dans un coffret à bijoux recouvert de turquoises, objet précieux et jalousement gardé, dont s’inspira plus tard le jeune Yin Zing.

Après la guerre, la famille retrouve son aisance et Yin Zing part en Angleterre pendant trois ans, puis revient à Hong Kong. L’affaire familiale prospère et le jeune homme n’a pas besoin de travailler. Passionné par la poésie, l’architecture et le design, il crée des meubles et des objets. Il voue également un véritable amour aux pierres dures, dont il s’amuse à orner quelques meubles de sa fabrication destinés à une clientèle chinoise passionnée par la symbolique des pierres : source de prospérité et de chance…

Faisant appel aux meilleurs artisans, Yin Zing crée ainsi quelques pièces uniques, en laiton doré, ornées de cabochons ou de pierres taillées. Cette production devient une collection privée et familiale. Le milieu des années 80 marque la fin de l’aventure avec le décès du fondateur de Kam Tin en 1989.

En 2008, après de nombreux voyages à Hong Kong, le galeriste Philippe Rapin décide de racheter Kam Tin, afin de relancer la production, de restaurer les meubles vintage et de présenter ces pièces au sein de sa galerie parisienne, la 88-Gallery, située 25 Quai Voltaire dans le 7e arrondissement.

L’agate, l’ambre, la turquoise, l’émeraude, la pyrite ou le cristal de roche... Rien n’est trop rare pour Kam Tin, la marque de «meubles bijoux», dont le mobilier d’exception est réalisé dans un atelier en Allemagne, grâce au savoir-faire d’artisans, avec un choix de pierres venant de Chine, d’Inde, de Corée ou encore de Russie.
Tables, consoles, cabinets... fascinent les collectionneurs et les amateurs de curiosités du monde entier.

Crédit photo : Kam Tin.
Crédit photo : Kam Tin.

Virginie Costa

Cet article cite : 7e arrondissement, ile de france, paris




D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 18 Mai 2016 - 10:17 AVIFF Art Film Festival

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et l'un des vingt arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.