Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

L’avenir dans un café turc

Première Tribune


La saison de la Turquie en France se poursuit au carré des sangliers du Jardin des Tuileries jusqu’au 8 août. Petite pause autour d'un café turc et son histoire.


3 Août 2009 - 17:20
Morgane Merlin
     

Tables basses et coussins aux couleurs rappelant l’Orient, la saison de la Turquie se fête bien sûr autour d’un café turc. Hier, Osman Serim, conseiller en restauration gastronomique et membre fondateur de l’association Café turc, dévoile l’histoire de cet arbuste originaire d’Ethiopie.

Au XIVe siècle, il est introduit au Yémen et le sultan de l’empire Ottoman, Soliman le Magnifique, le fait découvrir à Paris en 1669. Seuls les grands bourgeois et la société mondaine le connaissent alors. Le café se répand dans la ville française comme une mode, alors qu’en Angleterre, il se fait connaître en tant que remède. Le café « calme les nerfs » disait-on.

Du côté de Vienne, il représente en 1683 le « Trophée gagné sur les Ottomans alors que l’armée turque assiège la ville» explique Osman Serim. Le café se popularise finalement grâce aux cultures du café aux Antilles puis en Amérique du Sud durant la seconde moitié du XVIIIe siècle car il est devenu bon marché.
 
L’avenir dans un café turc

Je vois, je vois…du café !

La leçon d’histoire récitée, la maison offre un café. Selon le proverbe turc, « le café doit être noir comme l’enfer, fort comme la mort et doux comme l’amour ».

Plus épais que le café français, il tient son caractère à sa préparation spécifique : il est bouilli dans une petite cafetière au manche long appelée « cezve ». Après torréfaction, on le consomme immédiatement pour saisir toute la saveur de son arôme. L’avenir est alors au bout des lèvres : un liquide dense appelé marc s’imprime sur les parois de la tasse que l'on a retournée sur la soucoupe.

Osman Serim s’improvise en diseur de bonne aventure et lit les quatre thèmes dessinés dans chaque tasse: avenir, argent, famille et vie affective. Un chien apparait nettement dans la tasse d’une quinquagénaire et le présage est de mauvais augure. Il indique qu’une personne de son entourage rôde autour d’elle avec de mauvaises intentions. La curieuse suivante découvre bien pire : deux serpents, chacun signifiant qu’une personne dangereuse l’entoure, une personne qui tue. Ca, c’est fort de café ! Mais tout le monde se prête au jeu, l’expérience est amusante.

En plus du café italien et français, il faut désormais compter sur le café turc.
 
L’avenir dans un café turc






Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Vendredi 2 Août 2019 - 21:30 Rixes et incendie criminel à Paris Plage

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité