Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Maohi Tribune
Paris Tribune
www.maohitribune.com

L'homme au sourire en tranche de pastèque - épisode 1 en accès libre

Paris Tribune.fr offre chaque mercredi à ses lecteurs un épisode d'un thriller "comme on n'en fait plus" et une Saga des Isles.

Résumé de la présentation : l’odieuse Taramea est la SECTE pourvoyeuse de la terrifiante OCTOPLUS, le coquetèle de 8 drogues fait sombrer tout ce qu’il touche. Heureusement, pour lui faire face, se trouve l’inaltérable Mekter, qui, pour le compte de Taravao, la ville qui monte, s’oppose de toutes ses forces à ses agissements.

15 Septembre 2010 - 08:59
     

Parmi les villes faisant la ronde autour de l'Ile de Tahiti, Taravao* est sans conteste la plus importante, la plus opulente, la plus imposante. Elle est jalousée par Papeete qui a perdu son lustre d'antan.
La ville de Taravao est située à l'isthme de Tahiti, entre Tahiti Nui et Tahiti Iti
La ville de Taravao est située à l'isthme de Tahiti, entre Tahiti Nui et Tahiti Iti

Une société secrète, Taramea, a décidé d'étendre du nord au sud sa puissance occulte et, pour régner sans partage sur Tahiti, utilise l'Octoplus, un terrible mélange de huit drogues qui annihile toute volonté et réduit ses consommateurs à l'état de zombies. En ce début du XXII° siècle, Taravao et la Presqu'île se trouvent sous une autorité unique, celle d'un Super Maire. De là, la fortune de Tahiti Iti qui a très tôt compris qu'union rimait avec force et opulence.

Voilà plusieurs décennies que Papeete a reculé, à moitié étouffée par sa faculté à s'inorganiser, à laquelle se sont ajoutées les luttes fratricides entre factions communales rivales et une circulation entravant toute activité économique digne de ce nom.

Le crime organisé a pris racine dans cette atmosphère délétère. Certaines rues, bordant des immeubles non entretenus et squattés, sont devenues, dès la tombée de la nuit, de véritables coupe-gorge où l'Octoplus, le terrifiant coquetèle, achève de démolir le semblant d'humanité qui y vit encore.

Ce choc de Titans, Taravao contre Taramea, est une guerre de l'ombre. Le "patron" de Taravao, toujours sur le qui-vive, a appris qu'une cargaison d'Octoplus pourrait submerger son fief et réduire la Jeunesse en esclavage.

Pour se protéger de cette gangrène, le Super-Maire du District Autonome de Taiarapu a décidé de donner carte blanche à un "Privé". Son nom : Mekter. C'est le troisième à accepter la périlleuse mission de protéger Taravao. Les 2 autres ont disparu dans des circonstances qui n'ont jamais pu être clairement élucidées et sur lesquelles plane l’ombre de "Taramea", l’horrible spectre de la société secrète du crime organisé.

Mekter n'était connu que dans un cercle restreint; c'était son atout. Sa petite taille et son look rondouillard, qui n'attiraient pas spécialement le regard, cachaient admirablement une résolution, une vivacité d'esprit et une souplesse féline peu communes.

Upoopahure-Sate était le Patron du District Autonome de Taiarapu. Chauve et affectueusement surnommé "Bigoudi" par ses électeurs qui se seraient faits coupés en quatre pour lui, c'était un géant polynésien, un Rotuman qui inspirait la sympathie. Le Super-Maire avait donc donné à Mekter mission d'intercepter et de détruire la cargaison d’un camion d'Octoplus à destination de Taravao.

- Si tu es en difficulté, avait-il ajouté, ne compte pas sur l'aide des Services Officiels, et je nierai t'avoir engagé. Nous savons que "Taramea" a infiltré nos Services : rendre ta mission officielle équivaudrait pour toi à un arrêt de mort. "Va et Bonne Chance !" conclue-t-il sobrement.

C'est à l'ombre de la mort que pensait Mekter en descendant les escaliers monumentaux du Palais de l'Hôtel de Ville de Taravao, situé au centre de l'isthme, enchâssé, tel un joyau, dans une végétation tropicale mise en valeur par les milliers de fleurs d'hibiscus de l'auterium ondulant sous la caresse de l'alizé. Il fallait coûte que coûte défendre les Tévoises et les Tévois, ces habitants de Taravao qu'il appréciait tant et dont il était.

- Objectif Papeete, décida-t-il, en se dirigeant vers la gare.

Mais il se ravisa aussitôt : y aller la nuit dans une tenue normale attirerait le regard et la curiosité malsaine. Il est des occasions où il faut se fondre dans la masse. Il passa donc à son appartement situé dans le quartier des Nations, au 15° étage d'un immeuble cossu. Ses revenus le lui permettaient. Rapidement, il se grima, mit des vêtements élimés, rafla au passage dans son coffre une liasse de taras*.

- Les billets de banque n'ont jamais mordu personne, se dit-il.

Et c'est méconnaissable, sous l'aspect d'un mendiant claudiquant, qu'il prit le train de 18 heures 12 à destination de Papeete. La partie allait être serrée.
En ce début d'avril 2105, le soleil déclinait de plus en plus rapidement. Il ne s'attarda pas dans la contemplation du couchant et se concentra sur "l'Opération Octoplus".


* Taravao : lieu dit de la section de commune de Afaahiti, isthme du même nom séparant la partie nord de la partie sud de l’île de Tahiti.
* Tara : nom de la monnaie en tahitien.


Lire ici l'épisode 2 de l'homme au sourire en tranche de pastèque.





Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Conte pour enfants | « Les Rets de Taramea »