Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Maohi Tribune
Paris Tribune
www.maohitribune.com

La Polynésie française reçoit une commande de housses mortuaires

La commande de sacs mortuaires est arrivée à Tahiti le jeudi 2 juillet 2020.

Les autorités de la Polynésie française ont commandé des sacs mortuaires pour les potentielles futures victimes du COVID-19.


2 Juillet 2020 - 21:00
     

Les sacs : ils sont arrivés la veille de la réouverture des frontières aériennes par le dernier vol de la continuité territoriale le 2 juillet 2020.

Le chiffre exact de housses mortuaires arrivées à l'aéroport international de Tahiti - Fa’a’a n’est pas encore connu, mais l’information émanant du service des douanes fait froid dans le dos.  

Ce chiffre, s’il est révélé, donnerait une idée du nombre de décès prévisionnels du COVID-19 établi par le Haut-Commissaire de la République en Polynésie française et par le Président de la Polynésie française. L’avenir dira si le nombre de housses mortuaires achetées est en-dessous, ou au-dessus, des prévisions.

La reprise des vols réguliers entre Paris-CDG et Papeete à compter du 3 juillet 2020 fait craindre le pire au niveau sanitaire et alors que le nombre de personnes atteintes du Coronavirus dans le monde n’a jamais été aussi élevé depuis le début de la pandémie. 

La collectivité d’outre-mer n’a connu à ce jour aucun mort du COVID-19 et 62 personnes ont été dépistées positives sur l’ensemble des cinq archipels au 30 juin 2020. Deux personnes sont actuellement sous surveillance, arrivées de Paris au début du mois de juin par un vol de la continuité territoriale. 

Au niveau économique, l’annonce de la reprise des vols commerciaux fait renaître l’espoir de recettes pour l’économie locale. Le « patriotisme polynésien » demandé aux résidents par la ministre du Tourisme et du Travail Nicole Bouteau ne pourra pas compenser la perte d’activité pendant le confinement.

En 2019, le poids du tourisme représentait 15% du PIB de la Polynésie française avec 236.642 touristes enregistrés, soit la plus haute fréquentation depuis 2001. En 2020, il sera difficile d’atteindre ces niveaux ; même sans une deuxième vague du COVID-19.



Vaea Devatine
Journaliste tahitienne. Formation universitaire en droit et en sciences sociales appliquées.... En savoir plus sur cet auteur

Cet article cite : Coronavirus, mort, Tahiti



Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique