Connectez-vous S'inscrire
Menu

Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



17/06/2012 - 16:48
Elodie Châtrain et Vaea Devatine.
        

Le Rassemblement Bleu Marine veut recomposer le paysage politique français

L'entre-deux tours des élections législatives.



Le Rassemblement Bleu Marine arrive en tête au 1er tour des élections législatives dans 5 circonscriptions, en obtenant plus 34 % des suffrages exprimés, et provoque 28 triangulaires au 2e tour.



Dans un communiqué du 13 juin 2012, la stratégie de "rassemblement national" voulu par Marine Le Pen, présidente du Front National, et Paul-Marie Coûteaux, président du SIEL (Souveraineté, indépendance et Libertés), met l'accent sur l'appel à voter en faveur des "candidats qui ont clairement déclaré partager (...) un mouvement de convergence sur des valeurs communes de gouvernement."

Décryptage par la rédaction de Paris Tribune de la stratégie du FN - SIEL, RBM à partir d'exemples du 2e tour des élections législatives : de façon générale, la consigne est le "ni-ni" avec, au cas par cas, un soutien éventuel et dosé, ou le "flingage". Des méthodes déjà éprouvées par l'UMP et le PS.

Elément 1 : Deux mots d'ordre 'courage' et 'discipline'

Au 1er tour des élections législatives, 22 candidats sur 577, alliés au Front National au sein du RBM (Rassemblement Bleu Marine) et du SIEL (Souveraineté, indépendance et Libertés), ont dépassé 10 % des suffrages exprimés.

"Notant l'évolution de l'opinion publique" à propos d'un "Front Républicain" (...) "désormais à l'abandon", le bureau du SIEL "se réjouit des propos d'un nombre croissant de cadres et candidats UMP reconnaissant l'existence de valeurs communes", légitimant le choix fait par le SIEL et le RBM.

Elément 2 : Se retirer pour faire gagner un candidat UMP

Dans ses recommandations, Marine Le Pen a appelé au retrait de la candidate RBM en faveur du candidat UMP dans la 2e circonscription des Pyrénées Orientales, qui comprend les cantons de Canet-en-Roussillon, La Côte-Radieuse, Latour-de-France, Perpignan I, Rivesaltes, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Saint-Paul-de-Fenouillet, Sournia.

Irina Kortanek (23,59 %) s'est retirée de la course pour éviter une triangulaire avec le député UMP sortant Fernand Siré (27,70 %) et une probable victoire de la candidate socialiste Toussainte Calabrese arrivée en tête avec 32,14 % des suffrages exprimés.

C'est le seul appel au retrait de Marine Le Pen.

Elément 3 : Des consignes que l'on peut braver

La patronne du FN a condamné "fermement" Martine Furioli-Beaunier dans la 5e circonscription du Vaucluse qui comprend les cantons de Apt, Carpentras Nord, Gordes, Mormoiron, Pertuis, Sault.

Martine Furioli-Beaunier (24,41 %) s'est retirée de la course pour éviter une triangulaire avec le candidat UMP Julien Aubert (26,26 %), détaché de la Cour des Comptes à la Mission interministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UPM) présidé par Henri Guaino, en charge de la question du financement des projets, ancien collaborateur de Thierry Mariani. Son retrait vise à barrer la route au candidat socialiste Jean-François Lovisolo, maire de la Tour d'Aigues, village de 3 912 habitants, arrivé en tête avec 35,27 % des suffrages exprimés.

Autre cas dans la 9e circonscription de Loire-Atlantique qui comprend les cantons de Bourgneuf-en-Retz, Legé, Machecoul, Paimboeuf, Le Pellerin, Pornic, Saint-Père-en-Retz, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu : Marguerite Lussaud (9,38 %) éliminée au 1er tour apporte son soutien au candidat Philippe Boënnec (UMP) député sortant arrivé en 2e position avec 37,01 % derrière la candidate Monique Rabin (PS) arrivée en tête avec 37,99 %.
Marguerite Lussaud affirme avoir reçu un appel téléphonique du député sortant UMP Philippe Boënnec demandant à le soutenir.

Elément 4 : Un soutien affiché mais dosé à l'UMP

La stratégie du SIEL et du RBM passe aussi par le soutien à des candidats non alliés au Front National, un soutien à doser pour ne pas subir des "conséquences politiques inadéquates" :

- Maryse Joissains (UMP) dans la 14e circonscription des Bouches-du-Rhône qui comprend les cantons de Aix-en-Provence Centre, Aix-en-Provence Nord-Est (partie non comprise dans la 11e circonscription), Peyrolles-en-Provence, Trets.
La candiate Maryse Joissains (UMP) avec 28,54 % est arrivée en 2e position derrière le candidat Jean-David Siot (PS) qui a obtenu 35,60 % et la candidate Josyane Solari (FN) 14,15 % ;

- Brigitte Barèges (UMP) dans la 1ere circonscription du Tarn-et-Garonne qui comprend les cantons de Caussade, Caylus, Lafrançaise, Molières, Monclar-de-Quercy, Montauban I, Montauban II, Montauban III, Montauban IV, Montauban V, Montauban VI, Montpezat-de-Quercy, Nègrepelisse, Saint-Antonin-Noble-Val, Villebrumier.
La candidate Brigitte Barèges (UMP) avec 32,76 % est arrivée en 2e position derrière la candidate Valérie Rabault (PS) qui a obtenu 38,20 % et le candidat Thierry Viallon (FN) 14,45 %.

- Isabelle Létrillart (UMP) dans la 4e circonscription de l'Aisne qui comprend les cantons de Chauny, Coucy-le-Château-Auffrique, Soissons Nord, Soissons Sud, Tergnier, Vic-sur-Aisne.
La candidate Isabelle Létrillard (UMP) est en tête avec 24,31 %, devant la candidate Marie-Françoise Bechtel (PS) qui a obtenu 23,37 % et la candidate Evelyne Ruelle (FN) 18,70 %.

- Jean-Paul Garaud (UMP) dans la 10e circonscription de Gironde qui comprend les cantons de Branne, Castillon-la-Bataille, Fronsac, Libourne, Lussac, Pujols, Sainte-Foy-la-Grande.
Le candidat Jean-Paul Garaud (UMP) avec 32,22 % est arrivé en 2e position derrière l candidat Florent Boudie (PS) qui a obtenu 36,96 % et la candidate Anne-Christine Royal (FN) 15,74 %.

- Nicolas Dupont-Aignan (DLR) dans la 8e circonscription de l'Essonne qui comprend les cantons de Brunoy, Montgeron, Vigneux-sur-Seine, Yerres.
Le candidat Nicolas Dupont-Aignan (DLR) député sortant avec 42,82 % est arrivé en tête devant la candidate Aude Bristot (PS) qui a obtenu 30,20 %, le candidat Laurent Beteille (UMP) avec 9,52 % et la candidate Marie-Thérèse Donzeau (FN) 7,10 %.

Elément 5 : Faire barrage à l'UMP 'de connivence avec le PS'

En revanche, le SIEL et le RBM demandent à faire barrage à la réélection de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), "pur symbole de la connivence de l'UMP et du PS" dans la 4e circonscription de l'Essonne qui comprend les cantons de Limours, Longjumeau, Montlhéry, Villebon-sur-Yvette, les communes de Bruyères-le-Châtel, Ollainville.

La candidate Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) député sortante avec 39,46 % est arrivée en tête devant le candidat Olivier Thomas (PS) qui a obtenu 36,29 %, et la candidate Brigitte Dupin (FN) 11,39 %.

Elément 6 : Se maintenir face à l'UMP

Gilles Caïtucoli (FN) se maintient face à Jean-Marc Roubaud (UMP) dans la 3e circonscription du Gard qui comprend les cantons de Aramon, Bagnols-sur-Cèze, Remoulins, Roquemaure, Villeneuve-lès-Avignon.
Le candidat Gilles Caïtucoli (FN) avec 24,33 % est arrivé en 3e position derrière le candidat Patrice Prat (PS) qui a obtenu 32,34 % et le candidat Jean-Marc Roubaud (UMP) 31,45 %.

Elément 7 : Un appel direct aux électeurs de droite

Pour asseoir sa stratégie de développement, le SIEL et le RBM tablent sur le "bon sens" des électeurs pour trancher, dans le secret de l'isoloir, "entre la peste et le choléra".

Ils s'adressent directement aux électeurs de l'UMP dont les voix ne leur appartiennent pas, quand ils ne sont pas aidés par les candidats UMP eux-mêmes qui se disent prêts à recevoir tous ceux qui se reconnaissent dans leur candidature.

Dans la 2e circonscription du Gard qui comprend les cantons de Aigues-Mortes, Rhôny-Vidourle, Saint-Gilles, Sommières, Vauvert, le candidat Etienne Mourrut (UMP) est arrivé en 3e position avec 23,89 %, derrière le candidat Gilbert Collard (FN) arrivé en tête avec 34,57 % suivie par la candidate Katy Guyot (PS) avec 32,87 %.
Le candidat UMP, maire du Grau-du-Roi, se maintient pour "porter haut et dignement les valeurs de la droite et du centre".

Elément 8 : Obtenir un ralliement UMP

Le SIEL et le RBM poussent l'UMP dans ses retranchements en misant sur le sentiment anti-socialiste de l'UMP pour obtenir des ralliements de l'UMP plus ou moins affichés.

Des arrangements condamnés par les responsables de l'UMP : "Pour l'instant, un seul de nos candidats a annoncé son retrait en faveur du Front national, il doit être exclu", a déclaré l'ancien Premier ministre François Fillon dans une interview publiée le 13 juin 2012 dans le quotidien Ouest France, le journal le plus lu en France.

Dans la 16e circonscription du Gard qui comprend les cantons de Arles Est, Arles Ouest, Istres Nord, Saintes-Maries-de-la-Mer, Tarascon, le candidat Roland Chassain (UMP) est arrivé en 3e position avec 22,62 %, derrière la candidate Valérie Laupies (FN) arrivée en 2e position avec 28,98 % et le candidat Michel Vauzelle (PS), président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, arrivé en tête avec 38,40 %.
Le candidat UMP, maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, a annoncé son retrait le 12 juin 2012, tout comme il avait déclaré avant le 1er tour : "c'est tout sauf Vauzelle".

Le FN - SIEL - RBM, filles du RPR, de l'UMP et du PS, suivent l'exemple des grands partis.
L'inconnue au 2e tour des élections législatives réside dans le réveil éventuel des abstentionnistes, qui ont représenté 42,77 % du corps électoral. Une donnée qui vaut pour tous les candidats.
(c) Richard Villalon - Fotolia.com
(c) Richard Villalon - Fotolia.com

Les triangulaires avec le FN - SIEL - RBM

Ain :
- 2e circonscription : Michel Raymond (DVG), Olivier Eyraud (FN), Charles de la Verpillière (UMP)

Aisne :
- 5e circonscription : Franck Briffaut (FN), Jacques Krabal (PRG), Isabelle Vasseur (UMP)

Aube :
- 1e circonscription : Bruno Subtil (FN), René Gaudot (PRG), Nicolas Dhuicq (UMP)

Bouches-du-Rhône :
- 6e circonscription : Pierre Semeriva (EELV), Laurent Comas (FN), Guy Teissier (UMP)
- 9e circonscription : Gérald Gérin (FN), Olivier Ferrand (PS), Nicolas Isnard (UMP)
- 10e circonscription : François-Michel Lambert (EELV), Pascale-Edith Guennec (FN), Richard Mallié (UMP)
- 12e circonscription : Paul Cupolati (FN), Vincent Burroni (PS), Eric Diard (UMP)
- 15e circonscription : Nicette Aubert (DVG), Olivia Ponsdesserre (FN), Bernard Reynès (UMP)

Doubs :
- 4e circonscription : Sophie Montel (FN), Pierre Moscovici (PS), Charles Demouge (UMP)

Hérault :
- 6e circonscription : Guillaume Vouzellaud (FN), Dolores Roque (PS), Elie Aboud (UMP)
- 7e circonscription : France Jamet (FN), Sébastien Denaja (PS), Gilles d'Ettore (UMP)

Gard :
- 1e circonscription : Julien Sanchez (FN), Yvan Lachaud (NC), Françoise Dumas (PS)
- 2e circonscription : Gilbert Collard (FN), Katy Guyot (PS), Etienne Mourrut (UMP)
- 3e circonscription : Gilles Caitucoli (FN), Patrice Prat (PS), Jean-Marc Roubaud (UMP)
- 6e circonscription : Christophe Cavard (EELV), Sylvie Vignon (FN), Franck Proust (UMP)

Loire :
- 4e circonscription : Lela Bencharif (EELV), Robert Heyraud (FN), Dino Cinieri (UMP)

Moselle :
- 4e circonscription : Cassandre Fristot (FN), Jean-Yves Schaff (PS), Alain Marty (UMP)
- 7e circonscription : Nathalie Pigeot (FN), André Wojciechowski (PR), Paola Zanetti (PS)

Oise :
- 2e circonscription : Florence Italiani (FN), Sylvie Houssin (PS), Jean-François Mancel (UMP)
- 6e circonscription : Patrice Carvalho (FG), Michel Guiniot (FN), François-Michel Gonnot (UMP)

Pyrénées-Orientales :
- 1e circonscription : Louis Aliot (FN), Jacques Cresta (PS), Daniel Mach (UMP)

Haut-Rhin :
- 6e circonscription : Martine Binder (FN), Francis Hillmeyer (NC), Malika Schmidlin-Ben M'barek (PS)

Var :
- 2e circonscription : Jean-Yves Waquet (FN), Mireille Peirano (PS), Philippe Vitel (UMP)
- 3ecirconscription : Bruno Gollnisch (FN), Joël Canapa (PRG), Jean-Pierre Giran (UMP)
- 7e circonscription : Frédéric Boccaletti (FN), Ladislas Polski (MRC), Jean-Sébastien Vialatte (UMP)
- 8e circonscription : Geneviève Blanc (FN), Bernard Clap (PS), Olivier Audibert-Troin (UMP)

Vaucluse :
- 1e circonscription : Thibaut de la Tocnaye (FN), Valérie Wagner (PR), Michèle Fournier-Armand (PS)
- 3e circonscription : Marion Maréchal-Le Pen (FN), Catherine Arkilovitch (PS), Jean-Michel Ferrand (UMP).



Les faits au niveau national | Les opinions au niveau national | Flash National


Publicités

Publicités



A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com