Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Le monde est imparfait mais il est perfectible


Avec la mondialisation, aucun pays n'est épargné par la crise économique qui a frappé les Etats-Unis le dernier trimestre 2008 et qui est désormais mondiale.


1 Janvier 2010 - 11:58
     

Le monde est imparfait mais il est perfectible
Les pays exportateurs voient leurs carnets de commandes diminuer, les citadins perdent leur emploi, le pouvoir d'achat baisse et le niveau de l'endettement augmente. L'équivalent de 45 fois la population de Paris ou encore 8 fois la population d'Ile-de-France risque d'être jetée dans la plus extrême pauvreté, soit quelques 90 millions d'êtres humains dans le monde. Les médias parlent principalement de l'impact de la crise mondiale dans une poignée de pays riches alors que ce sont les populations pauvres des pays en voie de développement qui subissent les effets les plus dévastateurs. La Banque mondiale parle d'une crise du développement. S'il est relativement facile de se "développer" dans les démocraties électives imparfaites, fonctionnant actuellement dans les 2/3 du monde, et dans les économies émergentes, il semble plus difficile de se "développer de façon juste et en harmonie" avec les autres, un objectif jugé utopique, et par voie de conséquence irréalisable et inatteignable.
Osons poser les questions en ces termes, l'avenir du monde en dépend :
- Face à quelqu'un qui se noie : faut-il jeter plonger soi-même pour tenter de le sauver, faut-il lui jeter une bouée ou bien faut-il lui apprendre à nager ?
- En cas de famine : faut-il décréter ceux qui ont ou non le droit de recevoir le peu de nourriture restant, faut-il le partager à parts égales entre tous ou bien faut-il donner les morceaux les plus énergétiques aux plus forts pour qu'ils aillent chercher de l'aide pour sauver ceux qui peuvent encore l'être ?
Que 2010 soit l'année de la vision à long terme, des hommes et des femmes éclairés, du bon sens, des mesures budgétaires efficaces et des politiques humaines ciblées. Et une bonne année à tous les lecteurs de Paris Tribune.


Vaea Devatine
Journaliste tahitienne à Paris et nouvelle étudiante à l'INALCO depuis la rentrée universitaire... En savoir plus sur cet auteur

Cet article cite : politique


Europe | Libye Tribune | Dans le monde | Monde débats



Publicité