Connectez-vous S'inscrire
Portail Paris Tribune

Bonne année !

Le projet de loi Macron met dans la rue les professions réglementées

Manifestation anti Loi Macron le 10 décembre 2014 à Paris.

10 Décembre 2014 - 23:59
        

Notaires, greffiers, avocats, huissiers, commissaires-priseurs, administrateurs et mandataires judiciaires disent non à la version actuelle du projet de Loi Macron.


Emmanuel Macron lors de la conférence de presse le 10 décembre 2014 à l'issue du conseil des ministres :
"L'une des maladies ce sont les corporatismes (...) notre économie est bloquée par des intérêts constitués (...) qui capturent trop l'intérêt général (...) en protégeant l'intérêt de certains (...) Les instruments (...) doivent l'être en transparence pour restaurer la confiance (...)  Ce projet de loi est le fruit d'un travail collectif porté par (plusieurs ministres) (...) Cette réforme, cette ouverture des professions réglementées est emblématique de l'esprit que je veux porter pour cette loi (...) il faut regarder de façon très pragmatique ce qui marche et ce qui ne marche pas dans nos professions réglementées (...)".

Le projet de loi veut tracer "un cercle vertueux" :
"La modernisation des professions réglementées du droit doit permettre d’élargir l’accès à ces professions, d’offrir des prestations moins chères et d’ouvrir les professions les unes aux autres pour leur permettre de développer l’interprofessionnalité. La réforme vise à améliorer le fonctionnement de ces professions, sans remettre en cause leurs fondamentaux. La liberté d’installation offrira à ceux qui ont les diplômes nécessaires la possibilité d’ouvrir leur étude ou leur cabinet là où il y a des besoins, sans déstabiliser l’équilibre des territoires ni les professionnels aujourd’hui installés. La réglementation des tarifs reflètera davantage les coûts réels. Enfin, l’ouverture de l’accès au capital encouragera l’investissement pour rendre l’activité plus efficace et rapprocher les professions".

Le débat ne fait que commencer et les notaires, greffiers, avocats, huissiers, commissaires-priseurs, administrateurs et mandataires judiciaires veulent le faire savoir. Ils ont également des mesures à proposer au Gouvernement"pour améliorer le système".
"Nous ne sommes pas des nantis" rappellent-ils.
A suivre sur Paris Tribune, les messages envoyés au Gouvernement par les 50.000 manifestants et au-delà par l'ensemble des professions réglementées.

Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron
  • Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron
  • Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron
  • Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron
  • Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron
  • Manifestation des professions réglementées contre la Loi Macron





Vaea Devatine
Journaliste. Diplômée de l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA). Audiovisuel public et... En savoir plus sur cet auteur

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.




Publicité

...

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris. Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris. Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et vingt arrondissements municipaux. Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.