Connectez-vous S'inscrire
Menu

Le stockage de l’électricité, le poumon des réseaux intelligents

Texte participatif sur les nouvelles techniques de stockage de l’énergie.

Nos vieilles habitudes d’exploitation des énergies fossiles auront presque eu raison de nous. Et pourtant, l’instinct de survie accompagné de cerveaux échauffés a remis la transition énergétique au goût du jour. C’est une société respectueuse de l’environnement avec une gestion optimale de son énergie qui est aujourd’hui imaginée. Une utopie ? Certainement pas, on en verra la couleur d’ici 2020. La ville intelligente érigée sur le concept de réseau électrique intelligent est en tête d’affiche. Pourtant, on oublie trop souvent que ce sont les nouvelles techniques de stockage de l’énergie qui permettront d’établir une nouvelle révolution des usages.

3 Mai 2014 - 11:08
        

Un mécanisme corrodé

Les énergies fossiles auront fait leur temps et il n’était, à vrai dire, pas trop tôt. Cibles de campagnes véhémentes, il faut bien dire que ce ne fut pas chose gratuite. Outre la diminution patente des réserves fossiles, les émissions de CO2 à l’origine du réchauffement climatique planétaire, en ont décidé plus d’un sur la désormais nécessaire transition énergétique à aborder. Exploité de manière démesurée, le système des énergies fossiles est aujourd’hui corrodé. Sources de tensions géopolitiques pesantes, les énergies fossiles génèrent des déchets dangereux, sans parler des transports risqués, qui on l’a vu, sont à l’origine de naufrages pétroliers dévastateurs pour la biodiversité.

Après une prise de conscience quelque peu tardive, les énergies renouvelables ont été présentées comme la solution évidente à la production d’énergie de demain. Alors qu’elles utilisent des ressources naturelles, on peut imaginer leur production inépuisable. Pourtant, en 2011, elles ne représentent que 13 % de la production énergétique européenne.

L’objectif pour 2020 ? Faire du déploiement de réseaux intelligents « une priorité européenne » selon la Commission en avril 2011. Les sources d’énergies renouvelables seront intégrées à ces nouveaux réseaux intelligents. De quoi faire de ces énergies le foyer de la production électrique de demain, ce, de manière propre et optimisée. Exalté par ces nouvelles perspectives d’avenir, on entrevoit un investissement à hauteur de 700 millions de dollars sur 10 ans pour leur développement.

Le stockage de l’énergie au cœur de la transition énergétique

Pourtant, on oublie souvent que le poumon de cette révolution des usages demeure le stockage de l’énergie. En effet, si la majorité des énergies primaires sont très facilement stockables, il est très difficile de stocker l’électricité en grande quantité. C’est pourtant une chose essentielle quand on sait que les réseaux électriques intelligents permettent la gestion et la distribution de l’énergie en fonction de la demande.

Halte au gaspillage, des bouleversements grâce aux nouvelles technologies de stockage de l’énergie sont à venir et les innovations ne sont pas des moindres. En tête de lice ? L’entreprise McPhy qui a mis au point une galette d’hydrogène solide d’une trentaine de centimètres et d’un diamètre de 1,5 centimètre, capable de stocker durablement l’électricité. Si l’idée à de quoi surprendre, elle est pourtant bien réelle. «Notre système permet notamment de pallier l’intermittence des énergies renouvelables tout en valorisant au maximum cette production. Pour les industriels qui utilisent de l’hydrogène, c’est aussi moins coûteux à stocker qu’à l’état liquide ou gazeux, cela simplifie l’approvisionnement et réduit l’empreinte écologique» argumente Pascal Mauberger, président de McPhy.

D’autres entreprises redoublent d’imagination pour recycler tout en créant un modèle de stockage de l’énergie. C’est le cas d’un consortium d’entreprises (Eaton, Nissan, Crédit Suisse, etc.) soutenu par l’Union européenne, qui travaille au stockage de l’électricité via des batteries usagées de véhicules électriques. Nissan a en effet proposé de se servir des batteries déjà utilisées des voitures électriques pour stocker les énergies renouvelables. Si des tests sont réalisés pour vérifier la faisabilité du projet, cette innovation est porteuse d’espoir.

En somme, avec la transition énergétique en marche, des projets innovants se déploient. Mais c’est grâce aux nouvelles techniques de stockage de l’énergie qu’ils seront bientôt mis à l’œuvre. Ce qui était autrefois embryonnaire deviendra un aboutissement pour la fondation d’une société remarquable par son intelligence.
© frank peters - Fotolia.com
© frank peters - Fotolia.com


Claire Hervieux

Cet article cite : CO2



Nouveau commentaire :
Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 18 Mai 2016 - 10:17 AVIFF Art Film Festival

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et l'un des vingt arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.