Connectez-vous S'inscrire
Portail Paris Tribune

Les sans-domicile fixe et le député LREM de Paris

Communiqué de Sylvain Maillard, député de Paris LREM, suite à son passage sur RFI.


« Sans-domicile fixe : notre devoir, que chaque SDF se voit proposer une solution de mise à l’abri ! »


        

Sylvain Maillard sur RFI le 5 février 2018 sur les SDF © capture d'écran RFI.
Sylvain Maillard sur RFI le 5 février 2018 sur les SDF © capture d'écran RFI.
Le nouveau député de Paris interviewé par Frédéric Rivière déclare : 
 
 « Même dans les cas de grand froid, certains SDF ne souhaitent pas être mis à l'abri, souhaitent rester seuls dans la rue, c’est leur choix. Rien de les oblige à être mis à l'abri. On doit leur proposer une solution (...) mais il y a plein de raisons pour lesquelles un SDF refuse d'être mis à l'abri. »
Sylvain Maillard, député de Paris LREM, sur RFI le lundi 5 février 2018.


A Paris, chaque soir environ 50 SDF ne se voient pas proposer une solution d'hébergement d'urgence favorable, explique le député élu conseiller d'arrondissement dans le 9e.

En quittant l'antenne, en constatant les railleries dont il fait l'objet, il signe un communiqué de presse :
Ce matin sur RFI, Frédéric Rivière m’a interrogé sur la situation dramatique des sans domicile fixe dont certains continuent de dormir dans la rue en cas de grand froid. J’ai salué le travail des pouvoirs publics et de l’ensemble des acteurs qui se mobilisent : la protection civile, la Croix-Rouge, le Samu social et toutes les associations qui en permanence à Paris et en Ile-de-France vont à la rencontre des SDF dans des maraudes pour leur proposer des solutions de mise à l’abri.

Il existe des cas pour lesquels les associations et les pouvoirs publics n’ont pas de solution à proposer. Ces cas sont dramatiques et l’engagement du président de la République, est que nous arrivions à proposer une solution à chacun.

Mais il y a des sans-abris qui ne souhaitent pas entrer dans des solutions d’hébergement qui leur sont proposées même dans les cas de grand froid. Ils souhaitent rester seuls dans la rue, c’est leur choix, rien ne les oblige à être mis à l’abri. On doit leur proposer une solution. Ce sont des cas sur lesquels il faut se pencher, c’est très important de proposer une solution à tous. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un SDF refuse d’être mis à l’abri. Tout simplement de ne pas vouloir être en communauté, certains d’entre eux sont dans des situations psychologiques très compliquées, d’autres souhaitent rester en couple, et les structures d’hébergements n’accueillent pas forcément les couples, d’autres sont avec des animaux domestiques et les structures n’accueillent pas forcément les animaux domestiques. Bref, il y a un ensemble de situations qui font qu’un SDF peut décider de rester dehors, malgré le froid, malgré la dureté extérieure.

Je comprends que des raccourcis de mes propos aient pu contredire le sens général de mon message et donc heurter des personnes en grande précarité et également les bénévoles qui sont au quotidien en première ligne.

Communiqué de Sylvain Maillard le 5 février 2018.

Note de la rédaction

Les deux questions que la rédaction souhaite poser à ses lecteurs et également aux élus :
 
  • Cas n° 1 : avez-vous déjà eu à trouver une place pour la nuit pour un SDF, chez vous ou chez des amis, hors du 115, du Samu social ou d'une association ?
  • Cas n° 2 : que faites-vous si le SDF invoque son libre arbitre pour ne pas être forcé à rejoindre sa famille et rester dans la rue ou chez un ami d'ami, être pris en charge avant de finalement devenir un poids ? 

Vaste question alors que l'Etat refuse de construire des hôpitaux spécialisés pour prendre en charge les SDF qui le souhaiteraient, les héberger et soigner à vie ceux qui souffrent de problèmes psychologiques ou psychiatriques. 
 

En savoir plus




06/02/2018 - 01:40



Edition spéciale Gilets Jaunes | Le journal Paris Tribune | Paris Tribune Post | Māʻohi Tribune | Libye Tribune | Fontenay Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Art de vivre | Ventes aux enchères | Paris Tribune Livres | Paris Tribune Scope | Paris Tribune Sports | Ephéméride | Ils sont cités | Le journal du 1er arr. | Le journal du 2e arr. | Le journal du 3e arr. | Le journal du 4e arr. | Le journal du 5e arr. | Le journal du 6e arr. | Le journal du 7e arr. | Le journal du 8e arr. | Le journal du 9e arr. | Le journal du 10e arr. | Le journal du 11e arr. | Le journal du 12e arr. | Le journal du 13e arr. | Le journal du 14e arr. | Le journal du 15e arr. | Le journal du 16e arr. | Le journal du 17e arr. | Le journal du 18e arr. | Le journal du 19e arr. | Le journal du 20e arr. | La Révolution | La rédaction | La régie | Le Journal






Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com