Connectez-vous S'inscrire
Menu

Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



03/06/2011 - 14:03
La rédaction avec la participation de Julie Hammett
        

Moi, Florence Aubenas, ex-agent de propreté précaire

La mairie du 13e arrondissement sensibilisée à la précarité.



De nombreux habitants ont répondu présent à l’invitation de Florence Aubenas par la mairie du 13e arrondissement lundi 30 mai 2011, dans le cadre d’une thématique sur la précarisation du travail, à l’affiche tout au long du mois de juin.



Florence Aubenas insiste : "20% de la population française vit toujours dans la précarité, leurs droits les plus fondamentaux souvent bafoués". Ces personnes travaillent, même beaucoup, accumulant parfois plusieurs "petits boulots" en une seule journée, déplore-t-elle.

Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement et Florence Aubenas - Photo : Julie Hammett.
Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement et Florence Aubenas - Photo : Julie Hammett.
Face à un public venu nombreux dans la salle des fêtes, la journaliste raconte avoir écrit de nombreux articles sur la crise économique, et déclare pourtant, du haut de son bureau parisien au Nouvel Obs, situé place de la Bourse, avoir eu la sensation d’être constamment "en dehors" de ce qu’elle décrivait. "Je me suis sentie mal", confie-t-elle. C’est cette sensation de décalage vis-à-vis de l’actualité qui lui a donné l’envie de quitter ce cocon "médiatico-politique", selon ses propres termes, et de se plonger dans "la France de tout en bas" pendant six mois. De cette expérience est né un livre : Le Quai de Ouistreham (Ed. de l’Olivier, 2010) où elle raconte six longs mois de fatigue et l’indifférence d’une société qui ne prête pas attention aux personnes précaires.
Le public écoute attentivement le récit de cette ex-femme de ménage, presque sidéré par tant d’incertitude dans le travail et de pénibilité. Florence Aubenas parle avec ses tripes. Elle déplore que les précaires soient là, et surtout qu’on ne les voit pas. "A force d’en entendre parler dans les journaux, à la télévision, on a l’impression de savoir ce qu’est la précarité. Mais pour avoir essayé, non, je vous assure, on ne connaît pas", ajoute-t-elle. A la fin de six mois d’intermittence, elle raconte être allée dévoiler sa véritable identité de grand reporter auprès de ses anciennes "collègues". Celles-ci, incrédules, ont rétorqué : "Si les journalistes s’intéressaient à des gens comme nous, ça se saurait !" Florence Aubenas est d’accord sur ce point. « Le journalisme est très axé vers le spectaculaire », remarque-t-elle, "mais dès lors qu’il s’agit de rendre compte du quotidien, on est beaucoup moins armés".

Etre "invisible". Voilà donc la triste réalité de milliers de personnes en France, encore aujourd’hui. Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement présent lors de la conférence, ajoute que la précarité du travail n’est pas juste un phénomène provincial, et concerne au contraire de plus en plus la capitale. "La précarisation du travail touche de plus en plus de personnes" déclare-t-il, "et il est impossible en tant qu’élu de gauche, de ne pas se sentir révolté, et même un peu responsable".
Le maire du 13e rappelle qu’il est important de sensibiliser les parisiens à la précarisation du travail, encore trop présent dans nos sociétés, une des raisons pour lesquelles il a décidé de consacrer le mois de juin au thème de la précarité, avec une nouvelle conférence le 7 juin 2011, autour de la précarité du logement cette fois. La galerie Athéna au sein de la mairie expose également jusqu’au 10 juin 2011 les photos de Diane Grimonet, témoignage de la vie de ces "invisibles". La venue de Florence Aubenas contribue à cette opération.

Les faits dans le 13e arrondissement | Les opinions dans le 13e arrondissement | Flash Paris 13


Publicités

Publicités



A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com