Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Où étaient les agents de la Ville de Paris lors de la finale de la CAN Algérie - Sénégal ?

La future police municipale de Paris est là pour protéger mais pas à n'importe quel prix.


Les débordements étant redoutés après la finale de la CAN qui a opposé l’Algérie au Sénégal, la Mairie de Paris a fait passer des consignes pour mettre à l'abri ses agents lors de la soirée du 19 juillet.


22 Juillet 2019 - 15:00
     

Les agents de la Ville de Paris ont réussi à se faire entendre. Ils sont de plus en plus confrontés à la violence dans leur nouveau métier de « répression » alors qu'ils n'avaient été recruté et formé jusque là que pour faire de la prévention. 

Depuis la décision d'une création d'une police municipale à Paris, avec un débat sans vote au conseil de Paris au mois de février 2019, les futurs policiers municipaux de Paris seront là pour protéger les Parisiens mais en suivant les consignes. Celles-ci étaient claires pour la finale de football Algérie contre Sénégal de la CAN 2019 : les agents municipaux, futurs « policiers municipaux », devaient éviter des secteurs où des craintes de violences existaient.
Dans son arrêté du 17 juillet, la préfecture de police de Paris disait elle-même « qu'il existe des raisons sérieuses de penser que ces événements (des 11 et 14 juillet, ndlr) sont susceptibles de se reproduire (...) durant le week-end des 20 et 21 juillet ».

La Ville de Paris a ainsi fait passer les consignes suivantes à l'adresse de ses agents de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP) :
 
Merci de (...) passer les consignes afin qu'ils évitent le secteur Barbès (boulevard de la Chapelle) et ce dès 18 heures, les supporters Algériens ayant l’habitude de s’y rendre avant les matchs ainsi que le secteur Champs-Élysées, Grande Armée, Wagram et voies adjacentes (...) la Préfecture de police communiquera au fur et à mesure de la soirée les secteurs à éviter en raison des troubles à l’ordre public qui s’y produisent (...) si des véhicules étaient malheureusement incendiés, il conviendra que les agents se tiennent prêts à répondre à la demande de la Préfecture de Police pour le retrait des carcasses de la voie publique.
Extrait des consignes datant de la veille de la finale Algérie - Nigeria consultées par Paris Tribune.


Si on ne connait pas le nombre de véhicules incendiés à Paris et dans le Grand Paris cette nuit là, ce message a le mérite d'être clair : les agents de la Ville de Paris, futurs agents de police municipale, ne sont pas encore prêts pour des opérations de maintien de l'ordre dans la capitale.

En réalité, cela ne fait pas partie de leur mission.

Lors du conseil de Paris de février 2019 portant la création d'un police municipale et alors que le pouvoir de police appartient au Préfet de Police de Paris, Anne Hidalgo revendique « une différence d'analyse juridique ». Politiquement, tout est une question de vocabulaire. Il faut surtout qu'une police dite municipale soit visible.
 

La police municipale à Paris © Alexa Fotos
La police municipale à Paris © Alexa Fotos

Que fait - et fera - la police municipale à Paris ?

La fonction de la police municipale à Paris : « elle rendra service aux Parisiens ».

Sa définition : « une police d'îlotage », « une police de tranquillité publique », « une police proche du citoyen »  selon les mots mêmes de Michel Felkay, le commissaire de police détaché à la Mairie de Paris en janvier 2019 pour mettre en place la future police municipale dans la capitale à l'horizon 2020.

Le 16 juillet 2019, une cérémonie officielle avec les nouveaux agents affectés à la future police municipale parisienne est organisée à Paris en présence d'Anne Hidalgo : 3.200 agents existent déjà au sein de la Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection. Ils seront 3.400 agents d'ici la fin de l'année.
 
  • Elle est sollicitée pour « du maintien de rue ».
  • Elle réprime « quand il le faut » toutes les incivilités dont :
    • la protection du piéton et la verbalisation des trottinettes sur les trottoirs envoyées « à la fourrière ».
    • le dépôt des encombrants sur la voie publique,
    • la lutte contre le bruit.
Les agents futurs policiers municipaux sont dotés de sonomètres afin de faire, dans un premier temps, de la prévention, et dans un deuxième temps, de la verbalisation (« la répression ») grâce aux décibels entendus par les Parisiens.
  • Elle dispose de bombes lacrymogènes, de tonfa et de menottes, pour « intervenir ».
  • Elle peut mener des opérations coordonnées avec la police nationale mais en restant dans ses missions d'îlotage. 
  • Elle s'organise sur des « parcours de tranquillité publique » :
    • autour des stations de métro, pour agir contre le harcèlement,
    • près des écoles, pour faire traverser les enfants,
    • dans les squares à Paris, lieux de divers trafics relevant de la compétence de la police nationale (trafic de drogues et d'armes).
  • Elle peut demander ses papiers d'identité à une personne qui commet une infraction sous ses yeux, en vue d'une contravention qu'elle ne veut pas, et ne peut pas toujours, délivrer. C'est ce qu'elle appelle « un travail de proximité ».
  • Elle peut être mobilisée sur des quartiers en périphérie de Paris :
    • pour verbaliser les tapages,
    • pour fluidifier ou barrer des voies.
Lors de la finale Algérie Sénégal, les agents de la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) ont été « requis afin de procéder à la neutralisation des bretelles de sorties du boulevard périphérique pour la porte des Ternes, la porte Maillot à partir de 20 heures le vendredi 19 juillet 2019 ».
  • Elle se déplace beaucoup à pied ou à vélo.

Ce que ne fait pas - et ne fera pas - la police municipale à Paris

  • Elle ne s'occupera jamais de la moyenne ni de la grande délinquance, réservées à la police nationale.
  • Elle ne sera jamais engagée pour des opérations de maintien de l'ordre en présence d'une foule qui pourrait être violente.
  • Elle n'est pas armée au sens équipée d'armes à feu.
  • Elle ne peut pas procéder à des contrôles d'identité si elle ne prend pas en flagrant délit un délinquant.
  • Elle ne peut pas dresser de contravention aux personnes prises en flagrant délit. Pour cela, elle a besoin de la police nationale. 

La majorité municipale divisée sur le sujet

Au sein de la majorité municipale, les élus du Parti Socialiste n'ont pas cherché à faire changer la loi qui autoriserait la Ville à se doter d'une « vraie » police municipale. Ils s'en prennent à la droite qui « n'a jamais changé les lois ». « Le changement le plus récent date de (...) 2014 et dernièrement la loi sur le statut de Paris en 2017 », expliquent-ils lors du conseil de Paris de février 2019.
Pour les alliés Ecologistes, « la police municipale n'est pas utile ».
Les alliés Communistes se posent des questions : « Le préfet de police de Paris a dit qu'il est contre. Quel intérêt politique ? Vous fissurez votre majorité et vous décevez. Les Parisiens n'ont pas été consultés ! »
De 2012 à 2017, François Hollande était le président de la République. 




Vaea Devatine
Journaliste tahitienne à Paris. Diplômée de l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA).... En savoir plus sur cet auteur




Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité