Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune

Paris Habitat annule une étude d'impact acoustique dans le Marais

Les suites du conseil du 4e arrondissement de Paris d'octobre.


Paris Habitat programme le 5 octobre et déprogramme le 11 octobre la visite d'un acousticien pour une étude d'impact du bruit prévue le 12 octobre dans le 4e arrondissement de Paris.

13 Octobre 2011 - 12:30
        

Paris Tribune a suivi pour ses lecteurs la première étude d'impact acoutisque des promoteurs du futur Woo Club, le plus grand club gay dans le quartier gay de Paris. L'affaire fait du bruit. L'étude d'impact était prévue le 12 octobre 2011 de 17h à 21h, avec 2 rendez-vous fixés à 15h30 par des résidents. Ces derniers n'en reviennent pas : suite à l'intervention du maire du 4e arrondissement de Paris au lendemain du conseil du 4e arrondissement le 10 octobre (voir l'article de Paris Tribune), Paris Habitat annule le 11 octobre le rendez-vous avec l'acousticien.

"- Dégagez ou vous allez recevoir un seau d'eau !"
"- On peut être aussi mal poli que vous !"

Après plusieurs sommations, l'eau du seau choit.
Une voix rauque s'échappe de quelque part, derrière les volets fermés :
- "Bakchiches ! "
-" Commissions !"
- "A bas la corruption !"
- "On n'est pas tout seul !"
- "On veut dormir tranquille !"
- "Nous avons notre mot à dire !"

Philippe Ranchin est acousticien. Il est chargé des mesures d'isolation acoustique pour valider les solutions d'insonorisation de la future boite de nuit. Le son, c'est son domaine : acousticien professionnel, vice-président du syndicat des discothèques, producteur de musique, il est également rédacteur à l'AFNOR, l'association française de normalisation habilitée à délivrer la marque NF, marque nationale de conformité aux normes.
Les décrets anti-bruit, il connaît aussi : il s'agit ici d'adapter aux textes applicables les goûts musicaux des futurs clients de l'établissement, grâce à la dernière nouveauté technologique brevetée par la société Eclair, vue à l'oeuvre par lui et les promoteurs du projet dans des discothèques à Barcelone.
En plus de nombreuses boites de nuit, Philippe Ranchin a aussi réalisé l'insonorisation de l'Hôtel de Ville sous Jean Tiberi. La future boite de nuit du Marais devrait avoir une insonorisation encore plus innovante que celle de la discothèque "Le Dépôt", rue aux Ours dans le 3e arrondissement de Paris. Tenant compte du projet de l'architecte (groupe Bertrand et groupe Coste), la future boite de nuit reposerait sur le principe des salles de spectacles, notamment celle de la Gaité Lyrique, avec une boite dans une boite. Bientôt, des plafond et des murs renforcés, une piste de danse portée par des plots à ressort et une énergie sonore non pas diffusée vers l'extérieur mais vers le public.
Autres sujets de préoccupation : les basses-fréquences qui se transmettent par vibrations et le mur qui sépare les 2 immeubles. Personne ne peut dire pour le moment si le mur est un mur mitoyen ou pas.
Affiche de Paris Habitat récupérée dans la poubelle par un résident de l'immeuble - Photo : VD.
Affiche de Paris Habitat récupérée dans la poubelle par un résident de l'immeuble - Photo : VD.

L'un des rendez-vous de l'immeuble ouvre la porte. Après l'épisode du seau d'eau, Philippe Ranchin est arrêté dans sa progression par un autre résident qui récupère au fond de la poubelle du hall d'immeuble l'affiche de Paris Habitat annonçant aux habitants l'annulation de la visite ; présentée à l'acousticien, il en prend alors connaissance.
Des tests sont effectués sur la terrasse située au même niveau que la future piste de danse, elle-même située au 1e étage sous la verrière du futur bar club.

Après la terrasse, direction la cage d'escalier. Philippe Ranchin et son sonomètre à 30 000 euros effectuent d'autres tests.
De l'autre côté, entre 100 et 105 décibels (dB) sont envoyés : un niveau sonore comparable à celui des discothèques (de 100 à 120 dB), et inférieur à celui des salles de concert (de 120 à jusqu’à 139,5 dB notamment à proximité des enceintes).
"C'est le maximum que l'on puisse générer sur une source de mesure étalon" explique l'acousticien.
Combien de décibels ont été reçu dans la cage d'escalier ? Le résultat sera connu dans une semaine : il faudra auparavant "dépouiller les données en laboratoire" et y ajouter "les termes correctifs à appliquer aux mesures en vraie grandeur (...) Il sera incomplet puisque l'accès aux appartements a été refusé."

Les tests ont également lieu dans la rue.
Apprenant l'accueil fait à l'acousticien, Frédéric Hervé, l'un des promoteurs du projet, bondit ; "on nous demande d'être des professionnels et on nous traite comme des voyous !"
Philippe Ranchin hoche la tête : non seulement il n'a "jamais vu ça" mais son étude risque d'être hypothétique.
Pour s'affranchir de tous les risques et prévoir des réserves, le projet de la plus grande boite de nuit gay dans le quartier gay de Paris risque de coûter très cher.







Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par Bonnet Marie-France le 26/10/2011 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le laxisme complet de la part des pouvoirs publics dans ce domaine. Tout le monde ferme les yeux, laisse faire. Les pollueurs ont tous les droits et s'en donnent à cœur joie. "Le bruit est à l'origine de troubles de santé et d'une dégradation de la qualité de vie".Le maître-mot reste le respect d'autrui.Avez vous penser aussi la mesure de l’interdiction de fumer dans les lieux public peut conduire les fumeurs à sortir pour fumer a l’extérieur il peut s’ensuivre un attroupement donc une nuisance sonore pour les riverains.
Monsieur le maire avez-vous également pensé que d’ici 1 ou 2 ans la recette de vos impôts locaux diminuera à cause des départs des riverains de cet agréable quartier qui me semble suffisamment animée comme ça dans la journée.

19.Posté par Jean le 22/10/2011 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La liberté des uns commence où finit celle des autres.
Qu'en est-il de la loi iterdisant les nuisances sonores apres 24 H. Sans doute les lois ne sont-elles pas faites pour tous ??
Il serait nécessaire que tous exigent une réduction de la taxe d'habitation. Cela demande une étude d'un avocat fiscaliste.

Regroupez - vous s'est le seul moyen .

18.Posté par Vaea Devatine, Rédactrice en chef le 21/10/2011 12:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Pour information, des commentaires ont été posté et ils ne peuvent pas être publiés dans leur état initial en raison de propos qui peuvent être contestés devant les tribunaux.
Paris Tribune a souhaité alerter les expéditeurs pour qu'ils rectifient leur commentaire mais les adresses mail n'étaient pas valides.
Des commentaires comportent également des accusations graves sans preuves.
Nous avons également alerté les expéditeurs de ces commentaires à l'adresse mail indiquée pour qu'ils nous fournissent des preuves ou qu'ils rectifient les termes utilisés dans leur commentaire de manière à pouvoir les publier.
Bien cordialement,
Vaea Devatine.

17.Posté par Bonnet Marie-France le 19/10/2011 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Paris participe pleinement à l’activé et à l’essor du secteur de la restauration et de la nuit. Mais parmi eux, il y a des gens qui doivent se lever tôt pour travailler, des enfants qui ont absolument besoin de 8 à 9 heures de sommeil par nuit, des personnes âgées, malades, fragiles. Leur reconnaît-on la liberté de dormir la nuit, ou cette liberté dépend-elle du bon vouloir des commerces environnants ? Le mode de vie de dizaines de milliers de riverains doit-il être assujetti aux intérêts d’une ville? Peut-on imposer aux habitants des quartiers animés de devoir choisir entre subir les nuisances ou déménager ? La recherche du profit ou l’envie de faire la fête sont parfaitement légitimes, mais nous sommes choqués par l’idée que certains quartiers ou certaines rues devraient être entièrement dédiés à ces activités. Je rappelle que personne ne peut exercer une activité, fût-elle créatrice de richesse, en bafouant les droits et la liberté d’autrui.

16.Posté par Patrice le 18/10/2011 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi qui est de la famille dans cette immeuble, je peux vous dire qu'elle ne se sent pas très bien pour ne pas avoir été entendu par ce monsieur, qui par terme financier, méprise toutes les sécurités et le devenir et la tranquillité des riverains. Je trouve cette situation bien farfelu, comment se fait t-il que le premier magistrat élu par ses administrés, soit aussi sourd aux problème de sa population, ou a t-il cédé aux sirènes des Lobis??..
Il y a l’été, la petit musique de nuit de l’école de danse, maintenant il y aura du « zimbooboom » non désiré….Bravo !!!!...

1 2 3 4
Nouveau commentaire :
Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Paris Tribune | Grand Paris | National | International | Maohi Tribune | Fontenay Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités dans Paris Tribune | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris



Publicité