Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune « les arrondissements de Paris à la Une en assistant aux réunions publiques et par un travail d'investigation »



23/06/2011 - 12:29
La rédaction avec Louise Wessier et Julie Hammett
        

Paris n'aime plus la pub

Le conseil de Paris le 21 juin 2011.



Débat au conseil de Paris sur la réglementation locale de la publicité : un clivage idéologique très net entre la gauche et la droite.



Le conseil de Paris avec les voix de gauche, à l'exception de celle d'Alexis Corbière (PC), premier adjoint au maire du 12e d'arrondissement, a adopté la nouvelle réglementation locale de la publicité, des enseignes et des préenseignes applicable à Paris (RLP) lors du conseil de Paris le 21 juin 2011. Les conseillers de Paris de droite et du centre ont voté contre à l'exception de Geneviève Bertrand (CI), adjointe au maire du 6e arrondissement.

La quasi-totalité des conseillers de Paris de gauche au débat sur le RLP  - Photo : Julie Hammett.
La quasi-totalité des conseillers de Paris de gauche au débat sur le RLP - Photo : Julie Hammett.
Alexis Corbière exprime nettement son avis : "la publicité investit désormais tous les terrains", "nos boîtes aux lettres débordent", "79% des français jugent la publicité trop envahissante", "le temps de cerveau disponible n'est pas à vendre" : des phrases chocs qui présagent déjà son vote. Et pourtant ! Il préfère s'abstenir car "le texte présenté n'est pas tout à fait à la hauteur de nos espérances", déclare-t-il.
Laurence Goldgrab (PS), du 18e arrondissement dit "qu'il est en effet de notre ressort de protéger les enfants de ce matraquage" et "qu'ils voteront avec plaisir ce RLP", qui prévoit d'interdire des publicités à moins de 50 mètres de l'entrée d'une école.
Pauline Veron (PS), du 9e arrondissement, appuie ces propos : "il était temps que notre ville adopte un nouveau règlement local de la publicité". Elle illustre son intervention par une citation de 1871 de Charles Garnier (1825-1998), architecte de l'Opéra Garnier : "N’êtes-vous pas comme moi ; ne vous sentez-vous pas offusqués par ces grandes pancartes industrielles qui s’étalent au milieu de nos rues, s’imposent à nos regards et nous gâtent tant de belles vues de notre cité ? Peut-être serez-vous étonnés de cette question, tant pis alors : car déjà vous êtes contaminés par le milieu dans lequel vous vivez et le sentiment du goût s’est émoussé dans votre esprit". Comme quoi, il n'y a pas de grande nouveauté dans ce projet : la publicité indispose la population, et ce depuis fort longtemps.
Jacques Boutault (EELV), maire du 2e arrondissement, déplore que le projet de réglementation n'ait pas été débattu en amont au Conseil de Paris, et, au nom de son groupe, déclare : "nous voulons que ce règlement s'applique immédiatement".



Danièle Pourtaud (PS), adjointe au Maire de Paris et élue du 14e arrondissement indique "qu'il ne s'agit pas pour nous d'être anti-pub", comme l'a souligné Jean-François Martins (Modem), du 14e arrondissement, qui demande à la gauche : "allez jusqu'au bout et demandez à la ville d'interdire sa propre publicité". Pour Danièle Pourtaud, la philosophie est de protéger le cadre de vie des parisiens, de manière identique à la périphérie et dans le centre de Paris, au moyen de 929 dispositifs.

Les conseillers de Paris de droite : 4 à l'ouverture des débats à 9h sur le RLP.
Les conseillers de Paris de droite : 4 à l'ouverture des débats à 9h sur le RLP.
Dans les groupes UMPPA et Centre et Indépendants (CI), les conseillers de Paris s’interrogent. En préambule, Laurence Douvin (UMP) du 17e arrondissement, critique un manque de concertation de la Mairie de Paris, démentie par Jacques Boutault (EELV) rappellant la première réunion de travail convoquée en juillet 2010 par la préfecture de police de Paris.
Quant à l’impact de la suppression du micro-affichage prévu par le RLP, elle explique que "le micro-affichage est le seul moyen que les petits commerçants ont de se faire connaître du grand public" et donne des chiffres : "le micro-affichage concerne 70.000 commerçants en France, et 8.000 à Paris. Le RLP mettrait en péril 1.000 emplois".
Catherine Bruno (CI) du 15e arrondissement la rejoint sur ce point. : "le micro-affichage constitue un revenu non-négligeable pour les petites et moyennes entreprises, qui de plus connaissent des difficultés pendant la crise". Certains s’interrogent aussi quant aux conséquences économiques.
Claire de Clermont Tonnerre (UMP), demande "si la perte 27 millions de recettes gagnés via la publicité vont être compensés par des taxes dans d’autres domaines ?" Elle souhaite également connaître le nombre d’emplois affectés par le nouveau règlement. Selon la 1ere adjointe au maire du 15e arrondissement, le RLP ne règle pas la question de la publicité entre Paris et les communes limitrophes. Elle propose un "accord" intercommunal de façon à éviter qu’il n’y ait de la publicité que du côté du périphérique extérieur.
Autre motif de contestation : Jérôme Dubus (CI) du 17e arrondissement, tout en regrettant un retour au projet de règlementation de 2003, annulé par le tribunal en 2007, propose d’attendre les décrets d’application de la loi Grenelle 2 avant que le Conseil de Paris n’élabore sa règlementation.

Des positions qui sont rejetées en bloc par l’adjointe au Maire de Paris, Danièle Pourtaud (PS), qui soutient une réforme "très novatrice (…) tous ceux qui la voteront pourront être fiers de l’avoir votée". C’est à ce moment là que Bertrand Delanoë fait une apparition éclair de 5 minutes au Conseil de Paris, pour conclure : "cela devrait changer des choses".
L’euphorie de voir la publicité à Paris diminuer de 30% la surface des publicités dans la capitale risque d’être de courte durée : l'une des mesures phares de la règlementation locale de la publicité des enseignes et des pré-enseignes applicables à Paris (RLP), comme la diminution de la surface des panneaux publicitaires, de 12 m² à 2 m², n’interviendra qu’à partir de 2017.

Les faits à Paris | Les opinions à Paris | Flash Paris