Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune

Paris Tribune

Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Sauver l’honneur des Harkis €

Harkis : une longue route à parcourir jusqu'à la reconnaissance de la nation.


Trois enfants de Harkis venant de Montpellier ne quitteront pas la capitale tant que la France ne les aura pas entendus.

Connectez-vous à votre compte avec votre identifiant et mot de passe habituels.
Un micro-paiement est demandé pour l'autorisation d'accès à ce contenu (lecture de l'article) ou à ce service (poster votre petite annonce pendant 3 mois).
Sauver l’honneur des Harkis
Rédigé le Mardi 14 Juillet 2009

Commentaires

1.Posté par Khaled le 08/12/2009 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(Commentaire du 11 août 2009 transféré du site Internet Septième Tribune.fr vers le site Paris Tribune.fr)
Monsieur le président, avec vos promesses non tenues, vous maintenez la mémoire de nos parents dans le Sarkophage confectionné avec cynisme par vos prédécesseurs.

http://resistance-harkie

2.Posté par Bekouche le 08/12/2009 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(Commentaire du 18 août 2009 transféré du site Internet Septième Tribune.fr vers le site Paris Tribune.fr)

Je suis détenteur de la carte d'orphelin de guerre, et de statut pupille de la nation Française.
Mon père d'origine Algérienne, est mort pour la FRANCE à titre militaire le 06/juillet 1959 durant la guerre d'Algérie dans l'armée française en tant que Harki avec le grade de sergent.
Il m'a laissé en bas âge (15 mois ), sans ressources, sans abris,j''ai été élevé par des familles par un statut d'esclavage j'ai grandi orphelin et pauvre,j'ai souffert de la misère, de la pauvreté et des maladies, je ne pouvais suivre des études et j'étais contrains à travailler dès mon enfance ce qui a fragilisé ma santé.
J'ai été privé de l'amour paternel chose que rien au monde ne peut remplacer.
Malheureusement je n'avais pas reçu d’aides des autorités françaises de l’époque.
Je n'ai même pas été informé du lieu de son enterrement et je n'ai jamais pu visiter sa tombe.
C’est pour toutes ces raisons que je viens vous solliciter, Monsieur, pour m'orienter sur la possibilité d’obtenir mes droits à savoir:
1: La carte de séjour que j'ai demandé à maintes reprises au consulat de France à Alger, que celui-ci ne m'envoie que des refus, et me signifiant d'être sur le sol Français pour la réclamer, et c'est pour cette raison que j'ai demandé un visa cours séjour afin d'être sur le sol Français et de régler mon problème définitivement.
2: Une aide sociale par une rente viagère à vie "droit des orphelins de guerre et pupilles de la nation, afin de subvenir à mes besoins, vu que j'ai vécu ma vie dans la précarité et que je suis le actuellement.

3.Posté par hélène le 08/12/2009 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je viens de voir réapparaître l'article et les commentaires ... sans doute perdus pendant le changement de site ... en tout cas ça rejoint l'actualité !

4.Posté par LOUANCHI le 11/12/2012 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française.

Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique