Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
     
Les arrondissements de Paris à la Une en assistant aux réunions publiques et par un travail d'investigation

Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



21/02/2017 - 12:25
        

Un Tahitien indépendantiste candidat à l'élection présidentielle 2017

Oscar Temaru, candidat à l'élection présidentielle



De tous les candidats à l'élection présidentielle, le polynésien Oscar Temaru fait partie des oubliés. Avec "plus de 1000" promesses de signatures de 20 départements différents à ce jour, il pourrait être la surprise d'ici le 17 mars 2017, date de clôture des dossiers de candidature. Paris Tribune l'a rencontré pour une interview exclusive.



Surprise, le maire de la commune de Faaa depuis 1983 et président de la Polynésie française à cinq reprises de 2004 à 2013, Oscar Temaru l'indépendantiste est candidat à l'élection présidentielle 2017. 

Il annonce sa candidature le 5 janvier 2016 dans le journal télévisé de Polynésie 1ère (ex RFO Tahiti). Oscar Temaru explique qu'il ne boycottera pas, pour la première fois, lui le militant indépendantiste, les élections présidentielles.

Mieux, il compte sur le soutien du Président de la République française François Hollande pour obtenir les parrainages nécessaires : 500 signatures d'au moins 30 départements différents. A ce jour, il dispose de plus de 1000 signatures de 20 départements, soit mieux que d'autres candidats dans la course à la présidentielle.

Sauf que lui ne souhaite pas être élu Président de la République française mais utiliser l'élection dans un but politique bien précis : l'auto-proclamation d'un Etat souverain en lieu et place de l'actuelle Polynésie française. 

Etre un leader indépendantiste et se présenter à l'élection pour la plus haute fonction du pouvoir exécutif de la République française ? Pour Oscar Temaru, il n'y a pas de paradoxe.
Oscar Temaru à la mairie du 5e arrondissement de Paris le 14/02/2017 - Photo VD/PT
Oscar Temaru à la mairie du 5e arrondissement de Paris le 14/02/2017 - Photo VD/PT

Opportunité

"Comment faire autrement pour pouvoir poser cette question à notre population (...) Il n'y a aucune autre élection où on pourra poser cette question (...) J'ai vu ce créneau là et je me suis dit on va essayer et (...) poser directement la question à notre population".
Oscar Temaru, extraits de la réponse à la question 2, Paris le 14 février 2017.
20170214_interview_d__oscar_temaru,_candidat_à_l__election_presidentielle_2017___question__reponse_02.mp3 20170214 Interview d'Oscar Temaru, candidat à l'élection présidentielle 2017 - Question- réponse 02.mp3  (1.17 Mo)


Qui est Oscar ?

"Oscar", né en 1944 à Tahiti de parents polynésiens (un père tahitien et une mère originaire des Iles Cook), est fonctionnaire des Douanes à la retraite et père de six enfants. Aussi appelé "Tavana" (l'équivalent de "Monsieur le Maire") ou "Peretiteni" (la traduction en tahitien du mot français "Président"), il est maire de Faaa depuis 34 ans, la commune qui jouxte celle de Papeete, centre politique et administratif du pays d'outre-mer. Particularité : Faaa est la commune la plus peuplée de la Polynésie française, la population ayant triplé en 30 ans.

Oscar Temaru trouve qu'il y a urgence à obtenir l'indépendance, notamment pour la liberté de s'auto-déterminer. A la tête de la commune depuis 1983, après une tentative et un bon score en 1977, il découvre la majeure partie des problèmes rencontrés dans les cinq archipels et ils sont nombreux sous le soleil : chômage des jeunes, problèmes liés à la drogue, à l'alcool, perte des repères culturels, crise économique, etc... Seule l'indépendance, selon lui, permettrait de se reprendre en main et non plus de s'en remettre à la France.

A l'assemblée de la Polynésie française

Contre toute attente, Oscar Temaru est élu Président de la Polynésie française par les membres de l'Assemblée de la Polynésie française en 2004, alors que tout le monde s'attendait à une victoire de Gaston Flosse dont les listes sont battues aux élections. Oscar Temaru gagne avec le slogan de campagne "Le changement", traduction française du "Taui", plus tard repris par François Hollande avec "Le changement c'est maintenant" pour sa campagne de 2012. 

Il préside un gouvernement formé par une coalition anti-Flosse et composé de membres de plusieurs partis. Une instabilité politique s'installe et il est élu président à cinq reprises de 2004 à 2013, et une alliance avec Gaston Flosse de 2008 à 2009 pour une "Union pour le développement, la stabilité et la paix en Polynésie".

Lors de son dernier mandat de président, il obtient le vote le 18 août 2011 de l'Assemblée de la Polynésie française, à 30 voix sur 57, pour soumettre au Secrétaire général des Nations Unies une requête : faire inscrire de nouveau sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser les 5 archipels français du Pacifique de l'Est. Oscar Temaru demandait déjà au président de la République de "bien vouloir faciliter cette réinscription". Nicolas Sarkozy, représentant de la France, refuse.

Le 5 mai 2013, les listes de Gaston Flosse remportent la majorité à l'Assemblée de la Polynésie française et celui-ci est élu le vendredi 17 mai 2013 Président de la Polynésie française.

A l'assemblée générale des Nations Unies

Or à la même date, l'Assemblée générale de l'ONU adopte une résolution qui place la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser. Présenté par plusieurs Etats du Pacifique (îles Salomon, Nauru, Tuvalu, Samoa) ainsi que par le Timor oriental, le projet de résolution est adopté par consensus. La France, opposée à cette démarche, ne participe pas à la séance.
 
Le 4 octobre 2016, le nouveau Président de la Polynésie française Edouard Fritch, élu le 12 septembre 2014 suite à une scission en deux du parti de Gaston Flosse, se présente devant la 4e commission spécialiste de la décolonisation à l'ONU. Face aux indépendantistes, il développe l'idée selon laquelle l'Etat français n'est plus un Etat colonisateur en Polynésie française. Il indique qu'il faut "relativiser" les propos des indépendantistes et explique le fonctionnement de la Polynésie dotée d'un statut d'autonomie interne augmenté de compétences internationales. Aucun représentant de la France, présidée par François Hollande, n'assiste à la commission.

A Paris


Interview vidéo le 14 février 2017 à Paris : Questions "Pourquoi se présenter en 2017 ?", "N'y a-t-il pas un paradoxe à se présenter ?", "Quel est votre programme ?", "Vous souhaitez l'auto-proclamation, quel est votre modèle ?", "Comment allez-vous gagner ?"

Un scrutin pour l'auto-proclamation

Oscar Temaru demande à la France d'être "cohérente" en répétant que"la France a soutenu tous les pays qui ont accédé à l'indépendance. Et pourquoi pas notre pays ?" 

Le cas de l'Algérie française de 1830 à 1962 l'a convaincu. Parti sous les drapeaux pour son service militaire, il pensait "faire la guerre" et participe en réalité au rapatriement chaotique de tous les Français en métropole. Il vaut mieux s'asseoir autour d'une table de négociations plutôt que de faire inutilement des milliers de victimes, explique en substance le leader indépendantiste : "pourquoi faire la guerre pour ensuite faire les accords d'Evian ?" Dans le cas de l'Algérie, la France avait gagné la bataille sur le plan militaire mais le Général de Gaulle choisit de donner son indépendance à l'ancienne colonie pourtant intégrée en départements.

S'il obtient les parrainages nécessaires, il demande que les Polynésiens qui veulent se prendre en main "sans la tutelle de l'Etat français" choisissent le bulletin "Oscar Temaru" qui vaut "référendum pour l'indépendance". Si plus de 50 % des suffrages exprimés en Polynésie française votent pour lui, il proclamera l'indépendance de la Polynésie.




Nouveau commentaire :
En soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Paris Tribune a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Paris Tribune ne cautionne pas les opinions exprimées qui seront publiées si elles respectent la Loi et la jurisprudence ainsi que la Nétiquette, ou la politesse sur internet, avec Net (pour la contraction d'Internet), éthique (pour le comportement social) et étiquette (pour le code de conduite).

Les faits au niveau national | Les opinions au niveau national | Flash National