Connectez-vous S'inscrire
Menu

Un distributeur de légumes à Paris

Article pratique d'un lecteur de Paris Tribune.

La boutique Au bout du champ dans le 17e arrondissement à Paris propose depuis plusieurs mois un espace sans vendeur ni comptoir. Juste un distributeur et quelques casiers contenant des combinaisons de fruits et légumes frais au choix. Une nouvelle façon de privilégier le circuit court pour des parisiens en manque de nature.

20 Février 2015 - 18:23
        

Crédits photo : jean-louis zimmermann (libre de droit).
Crédits photo : jean-louis zimmermann (libre de droit).
Comme l'explique à 20 minutes Joseph Petit, fondateur de cette petite entreprise, « cela fonctionne comme pour un distributeur de sodas ou de sucreries. Il suffit de sélectionner le numéro de casier choisi sur la borne, payer, et le casier s'ouvre ». La première boutique a vu le jour à Levallois-Perret en juillet 2013 et une seconde un an plus tard rue des Dames. Les deux boutiques comptent 240 casiers que Joseph Petit et ses deux salariés ravitaillent chaque jour en fruits et légumes frais : « Nous travaillons avec cinq petits producteurs, tous dans un rayon de 100 km de Paris ».

Au bout du champ s'est donc associé pour cela à plusieurs producteurs locaux comme Angel Moioli, l'un des derniers champignonnistes de Paris, mais aussi un producteur de fruits rouges, un autre spécialisé dans les œufs et les lentilles, ainsi qu'un maraîcher producteurs de pommes, de poires et de cerises. Suivant le contenu, le casier peut varier d’1,20 euros, pour une salade par exemple, à 10-12 euros pour un panier de légumes.

Un concept novateur dans la capitale qui rappelle les actions déjà entreprises par « La Ruche qui dit oui » pour promouvoir les circuits courts en faisant venir des produits de la ferme à des consommateurs citadins. Au bout du Champ essaie ainsi de réduire encore un peu plus les contraintes à acheter local pour en faire un véritable mode de consommation.

Il n’est plus nécessaire de s’inscrire au préalable sur Internet pour acheter à Au bout du champ, ni de s’engager à prendre un panier toutes les semaines ou à venir chercher à une date précise. Les distributeurs sont accessibles tous les jours de 8h à 22h et fonctionne plutôt bien jusqu'à présent. Au bout du Champ projette d’ouvrir quatre nouveaux points de vente. Deux au printemps et deux à la fin de l'été, entre Levallois-Perret et le 17e arrondissement.

Infos pratiques

Au bout du champ
20 rue des Dames 75017 Paris
Horaires d'ouverture : du lundi au dimanche de 8h à 22h.

Carnot Philippe

Cet article cite : 17e arrondissement, fruits, légumes



Nouveau commentaire :
Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Mercredi 18 Mai 2016 - 10:17 AVIFF Art Film Festival

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et l'un des vingt arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.