Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune

Paris Tribune

Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Mères en colère contre les pères qui réclament de voir leurs enfants  10/11/2013

Suite à l'adoption en première lecture par le Sénat le 17 septembre 2013 du projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes, une trentaine de mères en colère cachant leur visage ont manifesté devant le Sénat le samedi 9 novembre 2013.

En cause, selon ces mères membres des associations SOS Mamans ou Solidarités femmes, le titre III bis du projet de loi portant "dispositions visant à préserver l'autorité partagée et à préserver la résidence alternée pour l'enfant en cas de séparation des parents".

Depuis les opérations des "pères grimpeurs" sur des grues ou encore sur le dôme du Sacré Cœur le 15 septembre 2013 à Paris pour la défense des droits des pères divorcés et l'égalité parentale, la détresse de ces derniers semble avoir pénétré dans l'hémicycle du Parlement. L'article 17 bis nouveau prévoit notamment que :

"Tout enfant a le droit d'entretenir des relations personnelles avec ses deux parents. Dès lors que l'autorité parentale est conjointe, le juge aux affaires familiales a pour devoir de maintenir et, si besoin, de rétablir ce lien parental.

Lorsqu'un parent est exclu par l'autre parent de tout choix, de toute orientation, de toute décision concernant le présent et l'avenir de l'enfant, ou lorsqu'il est victime de toute entrave à l'exercice de son autorité parentale telle que définie à l'article 371-1, il peut saisir le juge aux affaires familiales afin de faire respecter ses droits.

Au vu des entraves constatées dans les relations familiales, dans le domaine éducatif, ou dans tous les domaines se rapportant à la santé ou la sécurité de l'enfant, le juge prend toutes les mesures de nature à faire cesser l'entrave à l'autorité parentale. Dans ce cadre, il rappelle les devoirs et les droits mutuels de chaque parent"
.

Alertés, des membres du Collectif de la grue jaune se sont invités au rassemblement des mères en colère. Le porte-parole Philippe Veysset a expliqué être venu "pour rectifier la vérité" : il y a "une peur infondée de la part de ces mamans de perdre une partie de leurs prérogatives" a-t-il expliqué, dénonçant une "certaine agressivité" de leur part à l'encontre des pères.

Selon le ministère de la Justice, 10% des parents qui se séparent sont en désaccord sur la résidence des enfants et les juges, dans ce cas de figure, attribuent au père la résidence habituelle des enfants dans 24% des cas, un chiffre en augmentation depuis plusieurs années. Le mode de résidence alternée rassemble lui 12% des solutions en cas de conflit grave entre les parents.

Le projet de loi a été transmis pour une première lecture à l'Assemblée nationale.

Parmi les enjeux : tenter d'éviter les situations de blocage du fait des mères, optant pour une coupure radicale entre les enfants et les pères, au bénéfice de ceux qui ne demandent qu'à jouer pleinement leur rôle de père auprès de leurs enfants, autrement qu'en servant de distributeurs à billets pour leurs ex-compagnes.


- Suite à la publication de cet article et aux commentaires ci-dessous, le Collectif Abandon de Famille - Tolérance Zéro dépose un texte sur Paris Tribune et sur le blog http://guillaumeleroy.blogspot.fr/ , appelant à déposer des "plaintes pénales pour harcèlement (...) contre tous les médias qui relayent les opérations des 'pères perchés' ": "Quand la Résidence Alternée Imposée rime avec précarité, les mères se mobilisent"


Articles :
- 15 octobre 2013 : La police ne veut pas faire appliquer une décision de justice revêtue de la force exécutoire.
- 10 novembre 2013 : Mères en colère contre les pères qui réclament de voir leurs enfants.
- 11 novembre 2013 : "Quand la Résidence Alternée Imposée rime avec précarité, les mères se mobilisent"
- 19 novembre 2013 : La Journée internationale des Hommes.
- 20 novembre 2013 : La Journée internationale des droits de l'enfant.
- 20 novembre 2013 : Le Défenseur des droits à la rescousse de l'intérêt supérieur et des droits de l'enfant.
- 20 novembre 2013 : "L'égalité hommes - femmes : une revendication sexiste !"
- 22 novembre 2013 : Pensions alimentaires non payées par les pères : le chiffre de 40% de mauvais payeurs est un chiffre erroné.


+ commentaires postés sur le compte Facebook de Paris Tribune : www.facebook.com/paristribune.info



Commentaires

1.Posté par amonavi le 15/11/2013 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a des plaignants avec, au centre, un juge. Qu'il fasse son travail et que sa décision soit appliquée.
Or il semble que ce ne soit pas le cas. La justice serait-elle injuste ?

2.Posté par Stephanie Lamy le 17/11/2013 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

? La rédaction de Paris Tribune semble être atteinte d'une certaine paranoïa (fondée?)
Pouvez vous nous dire OU le collectif Abandon de Famille Tolérance Zéro aurait menacer "l'ensemble des médias"?
Etant co-fondatrice d'AB2F je peut vous assurer que la menace n'est foncièrement pas notre style.
Maintenant si vous vous sentez concernés c'est peut-être par ce que vous avez quelque chose à vous reprocher - votre position pro-masculiniste par ex?

3.Posté par Vaea Devatine, rédactrice en chef de Paris Tribune le 18/11/2013 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire est très intéressant Madame Lamy et je vous en remercie.

Concernant le collectif Abandondefamille, pouvez-vous nous dire pour quelles raisons le site internet abandondefamille.org ne fonctionne plus depuis peu et pourquoi vous n'avez pas encore lancé abandondefamille.info que vous annoncez sur internet ?

Pour quelles raisons les sites précités du collectif abandondefamille et le site mascuwatch.org, qui n'accepte plus les commentaires depuis que nous avons cherché à les joindre sur internet, qui affiche l'opinion selon laquelle "des plaintes pénales pour harcèlement devraient être déposées contre tous les médias qui relayent les opérations des 'pères perchés' etc", ont tous la même adresse au Panama ?

Pour quelles raisons ces sites ont-ils été créé au Panama ? Est-ce pour échapper au contrôle des juridictions françaises et/ou européennes ?

Si vous le préférez, et comme indiqué dans notre réponse sur Facebook à votre commentaire de désinformation, nous pouvons vous r...

4.Posté par brulpourpoing le 19/11/2013 08:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des sites créés au Panama ? Alors là, chapeaux !

5.Posté par dimitri le 19/11/2013 14:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve ce projet de loi tout a fait juste et j'aurai juste une question aux femmes qui s'y refusent :
Comment pouvez vous être contre cette loi en prennent comme arguments : les violences conjugales, les incestes, etc, etc alors que vous êtes ces mêmes femmes qui acceptez de laisser leurs enfants 1 week end sur 2 chez ces mêmes pères !!!

un père ou une mère violent(e) qui maltraitent sont ou ses enfants doivent être déchus de leurs droits,
pour tous les autres la résidence alternée reste le meilleur choix dans l'intérêt des enfants qui par ce mode de résidence égalitaire ne verront plus leurs parents se déchirer tantot parce que l'un se sent délaissé tantot parce que l'autre se sent supérieur .

6.Posté par Aguet le 20/11/2013 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Les réseaux dits de mères que vous citez sont probablement activés par des réseaux féministes radicaux qui ont pour seule obsession que d'attaquer les hommes et les pères car ils seraient à leur yeux des dominants. Si votre site pouvait aider à faire apparaître la vérité en cette matière de nombreux enfants pourraient à terme retrouver leur père ( 27% des enfants à Paris vivent dans des familles monoparentales - le terme de famille monoparentale à été inventé par les milieux féministes qui voudraient que le père sorte définitivement du champ familial ( il serait un dominant violent)). Bon je ne m'étale pas plus il y a là une matière à approfondir et vous pouvez tenir un rôle important en tant que journalistes. A votre disposition. De la part d'un gourou ( selon mascuwatch ! Merci à eux :-) Alexis, animateur du blog www.homme-culture-identite.com

7.Posté par Junger le 20/11/2013 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un faux débat volontairement mis sur le plan de sexisme de part ou d'autres, le vrai débat reste les enfants. Toute maltraitance doit être puni, mais soyons directs Mesdames les enfants ne vous appartiennent pas, ils ont DEUX parents.
Madame Lamy vous stigmatisez le débat sur un combat de sexe, le site mascuwatch a fait l'objet de plusieurs plaintes et vous le savez bien. Ne soyez pas étonné de l'agacement de certains média à votre encontre, venir ficher des papas soit disant dangereux comme si vous étiez une instance internationale, genre NSA ou autres, démontre le radicalisme de votre démarche que personne ne souhaite.
A nouveau les enfants et rien d'autre !

8.Posté par Zarbi le 20/11/2013 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que l'on sait c'est que 80 des ententes parentales choisissent une residence.... aupres de la mere à 72%.
Et que tres peu d'hommes souhaitent de residence, alternée ou non, de leurs enfants!!

9.Posté par Johnsilloz le 20/11/2013 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Oui, cela ne fait que confirmer les incohérences monstrueuses et le caractère gynocentrique de l'idéologie féministe. L'égalité des sexes, étant normalement leur slogan, s'avère être à géométrie variable et on crie au machisme dès lors qu'on remet en cause le comportement des femmes, ou un privilège féminin ou maternel. La vraie égalité, c'est pourtant cela, il ne s'agit pas uniquement de se plaindre et de se victimiser, mais aussi de se remettre en questions et de voir un peu plus loin que soi-même. La vérité est que dès qu'on va sur le terrain concret, on se heurte à des colères d'égo féminin surdimensionné et certaines mères ont pris l'habitude de croire que leurs privilèges étaient dûs. Logique, puisque c'est ce que le système judiciaire, partial et sous emprise de l'idéologie que nous connaissons, leur a fait croire durant des années voire des décennies.

Ce qui est pour ainsi dire grave, c'est la non-reconnaissance de la misandrie qui ne peut qu'entraîner sa banalisation, puisqu...

10.Posté par pierre besson le 21/11/2013 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toutes ces personnes qui rejettent la RA sont amoureux du pouvoir sur leur enfant
mais pas dans l intérêt de l enfant.

l intérêt de l enfant c est de garder le lien avec ses 2 parents
et seule la résidence alternée le permet.

c est aussi de maintenir le lien ne serait ce qu en cas d ennui de santé
car sinon les enfants seront placés.

actuellement 40% des enfants sont coupés de leur père
et 15% des enfants sont coupés de leur mère.
(analyse stratégique désunion et paternité 2012)

11.Posté par Vaea Devatine, rédactrice en chef de Paris Tribune le 21/11/2013 22:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite au commentaire posté à la suite de cet article par Stephanie Lamy, responsable du collectif Abandon de famille et de son site internet, la discussion s'est poursuivie sur la page Facebook de Paris Tribune.

On y apprend par Stephanie Lamy elle-même que :

- "Le site abandondefamille.info est en maintenance. Merci de l'avoir remarqué. Le .org nous appartient aussi (...) Je repète "Le site abandondefamille.info est en maintenance" .. mais essayez en début de soirée - on le remet rien que pour vous"

- "Par ailleurs, notre hébergeur se trouve en Malaisie ..."

- "nous ne sommes pas une association, donc pas de statuts donc pas de président/e .."

- "Je ne suis pas propriétaire du site abandondefamille.info qui appartient à l'une de nos mamans bénéfactrice"

- "je suis effectivement la personne a contacter nommée sur le site abandondefamille.info & une des modératrice de la page FB. La maman qui a offert le site souhaite rester anonyme car en procédure (c'est d'ailleurs sous ces conditions ...

12.Posté par Junger le 22/11/2013 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Copier collé de l'email envoyé par une certaine Emma pour mobiliser les troupes chez SOS Mamans, tout simplement choquant !

De : Emma SOS les Mamans <emma.soslesmamans@gmail.com>
Date : 7 novembre 2013 14:34
Objet : URGENT!!!!! APPEL A MANIFESTER CE SAMEDI 9 NOVEMBRE!!!!

Bonjour,

Je suis Emma, je représente l'Association SOS les Mamans en IDF.
Pour commencer, ne vous inquiétez pas, TOUTES vos adresses sont cachées en CCI pour préserver votre anonymat.
Aujourd'hui, notre situation de mamans est mise en danger par une nouvelle loi qui va surtout "nourrir" les hommes violents et manipulateurs et desservir les femmes qui en sont victimes.
Le gouvernement a proposé une loi qui stipule la garde alternée systématique suite à une séparation parentale. Quel que soit l'âge de l'enfant, les relations des parents, etc... Et cela sans que le JAF puisse y redire, c'est à dire qu'il n'y a plus de garde fou!
Si un parent souhaite contester cette alternance, il doit remettre au JAF un dossier dûment ju...

13.Posté par Junger le 22/11/2013 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Ces radicalistes basent leur discours sur des cas extrêmes de maltraitance qui sont sans difficulté traités par la justice et la police, mais combien de femmes racontent sans aucune preuve, Monsieur est ceci ou cela et je veux protéger mon enfant, Sainte Maman que je suis, et cela suffit, au mieux le père verra son enfant quelques jours par mois, pas de présomption d'innocence, pas de poursuite pour dénonciation calomnieuse, la justice se met à couvert, au cas ou pas plus, facile, ou comment expliquer comment gagner sans problème devant un JAF.
Combien de Maman pratique un harcèlement sur les enfants, tombe pas encore malade chez ton père, tu as encore regardé trop la télé, tu sent la cigarette va te laver, et toutes ces petites phrase assassines afin de dénigrer le père, il est temps que l'aliénation parentale soit reçu en justice afin de protéger nos enfants

14.Posté par Junger le 22/11/2013 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Un autre sujet important est le fonctionnement des ASE, aide sociale à l'enfance, avec les mesures d'AEMO, aide éducatives en milieu ouvert, et bien pire les placements...
Ces structures associatives touchent des fortunes pour leur mission, une AEMO c'est 21€ par jour par enfant, pour dans la plupart des cas quelques rdv par ci par là, un placement c'est le jackpot environ 7000€ par mois et on estime à plusieurs 10 de milliers le nombre de placement abusif, c'est du racket d'argent public, nos enfants ne sont pas une marchandise
Aucun contrôle sur ces associations, les CG payent les yeux fermés, avec l'argent de la France, aucun contrôle du contenu des propos, pas d’enregistrement, rien, les travailleurs sociaux agissent à leur guise en toute impunité.
Bien des Mamans savent parfaitement utiliser de tels services, au moins 95% de femmes, qui pour beaucoup écouteront la pauvre Maman et l'aideront même à démontrer ses allégations dans des enquêtes sur plusieurs années, ces systèmes sont ...

15.Posté par Parent le 01/12/2013 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci.
Juste merci a paris tribune.
Vous mettez ces "extrémistes" seules face a leurs propres contradictions. Vous cherchez a savoir, a nous faire savoir qui sont ces pseudo "maman". la mienne ne partage pas le parler des ces, très peu nombreuses, femmes. Ma maman serait elle sénile ? Non, elle est juste humaine.
Il y a dans notre pays uns sorte de dictature qui s'est installée depuis bien longtemps. c'est la dictature des minorités. Elles sont trente, sur ce que j'ai pu lire, pas très claires et pas a cheval sur la législation, mais elles arrivent a faire dire ce qu'elles veulent a certaines ministres. (cqfd : 40% de PA)
Personne ne semble avoir décider de s'attaquer a ces personnes. Merci de le faire.
Pour de qui est de la Résidence Alternée (RA et pas garde Alternée, qui s'appliquerait plus a des animaux qu'a des enfants) a titre personnel, après avoir vécu des accusations mensongères ignobles, qui m'ont coûté un bras (ce n'est qu'une image) trois années de privation de mes enfants...

16.Posté par Papounet Michel le 19/11/2016 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une seule solution : un ''Code de la Famille'' avec le ''Modèle de Cochem'' traduit en lois !
Cette bonne pratique (qui existe depuis près de 30 ans) permet...
1/ de résoudre +- 95 % de conflits de séparations ou de divorces ;
2/ d'approcher les 100 % de résidences alternées ;
3/ évite les ''Trouble d'Aliénation Parentale'' (voir le DSM5) ;
4/ évite des très grandes souffrances aux enfants (et même lorsqu'ils sont adultes) ;
5/ évite les suicides des enfants (et même lorsqu'ils sont adultes) ;
6/ permet de faire économiser à la France, chaque année, entre 1 et 6 milliards d' € ! ;
7/ permet bien d'autres choses...

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.


Publicité