Connectez-vous S'inscrire
Menu

Porte close pour une animation rue du Cherche-Midi  25/06/2012

La fête de la musique a eu un drôle d'air pour les enfants de la rue du Cherche-Midi dans le 6e arrondissement

Une animation organisée à la même date depuis plusieurs années a été annulée la veille du 21 juin 2012 par la nouvelle présidente du conseil syndical du 58 rue du Cherche-Midi.

Colette Braem, interrogée par Paris Tribune, n'a pas souhaité autoriser la tenue d'un spectacle pour enfants d'une durée de 1h30 dans la cour du 58 car "une telle occupation des parties communes sans autorisation préalable est très grave" selon l'actuelle présidente qui s'est adressé au syndic Foncia. Celui-ci a déclaré que l'autorisation ne relève pas de sa compétence mais de celle du syndicat des copropriétaires.

Résultat : Les enfants qui avaient répété depuis des mois au sein de l'école de musique Mélodie 7 située à la même adresse n'ont pas pu se produire dans la cour de l'immeuble comme ils le faisaient depuis 2007, avec l'autorisation simple de la présidente précédente.

La manifestation, annoncée sur ParisTribune.info, est également soutenue par la mairie du 6e arrondissement qui verse une subvention à Mélodie 7 via l'association Cherche-Midi Qualité de Vie, membre du conseil de quartier Saint-Placide.

L'association Cherche-Midi Qualité de Vie, présidée par Arlette Vidal-Naquet, organise depuis 2005 des animations dans le quartier et au fameux numéro 58 : fêtes médiévales, contes, concerts classiques, fanfares des écoles musicales, fêtes de la musique ; des manifestations relayées depuis 2008 par le Ministère de la Culture, les journaux, les radios et les sites web.


Articles :
- 21 juin 2012 : Fête de la musique rue du Cherche-Midi, de la rue du Regard à la rue Saint Romain.
- 21 juin 2011 : La rue du Cherche-midi en musique.
- 21 juin 2010 : La rue du Cherche-Midi fête la musique.
- Le conseil de quartier Saint Placide réuni le 15 juin 2010 est saisi d’une demande de subvention pour la fête de la musique, provoquant une discussion sur le budget.
- La composition du conseil de quartier Saint-Placide en 2010.
- Arlette Vidal-Naquet : Portrait d’une femme engagée.

Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

25.Posté par Fabienne Colas le 22/07/2012 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel dommage pour tous !
Un beau moment avorté...
La procédure est plus importante que la création des jeunes pour certains, je le déplore.
En espérant que cet incident ne coupera pas les ailes de toutes les bonnes volontés qui mettent leur énergie (et leur talent) au profit de tous.
Et je souhaite que la fête de la musique 2013 offre un beau concert !


24.Posté par Allamand Jean-Pierre le 18/07/2012 20:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Outre la polémique, les ressentiments, les attitudes procédurières, n'est -ce pas le manque de considération pour les enfants qu'il faut dénoncer dans ce cas précis ?
Et si les enfant avaient eu un manque de considération pour Madame BRAEM, aurait-elle la même psychologie ?
La naïveté les honore? La candeur pleine d'ingénuité de la naïveté est comblée du charme de l'innocence, c'est la caractéristique principale des enfants et de ceux qui refusent de vieillir. Je vous encourage chère Arlette à combattre ce genre de comportement. Conservez votre jeunesse de coeur et d'esprit : et poursuivez !
Tirons les piteux et surtout glorieux enseignements de notre histoire ...

23.Posté par Michèle Bardin le 07/07/2012 21:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors qu'Arlette Vidal-Naquet ne compte ni son temps, ni son énergie, ni son imagination pour maintenir et développer le lien social dans son quartier, voilà que des enfants se trouvent victime d'une manifestation d'intolérance aussi incompréhensible qu'injustifiée.
Que des enfants, au lieu de rester collés devant un écran de télévision, participent à une activité musicale devrait réjouir l'âme de tout adulte et, à fortiori, de tout citoyen engagé dans la vie associative, serait-ce pour y gérer 'une copropriété.
Le mal étant fait, il faut espérer que la vigueur des commentaires suscités par cette piteuse action conduira leur auteur à réfléchir à la portée d'un refus dont les conséquences, espérons-le, n'avaient pas été suffisamment mesurées.

22.Posté par gérard ph. le 05/07/2012 20:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nous étions tous un peu ces enfants déçus par le caprice d'une seule personne.
En effet, Arlette Vidal Naquet est une animatrice qui a donné une âme à ce quartier, grâce à elle des liens amicaux se sont noués, les enfants allaient exprimer cette harmonie...
c'est une magicienne, les bonnes fées suscitent souvent la colère.

21.Posté par Arlette Vidal-Naquet le 05/07/2012 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tant que présidente de l'association Cherche-Midi Qualité de Vie nous tenons à remercier l'ensemble des personnes qui ont déposé un commentaire.

Effectivement nous avons été étonnés, peinés de voir cette manifestation festive, qui a lieu depuis 2005, annulée la veille de la fête de la musique. Cela est inqualifiable de pénaliser ainsi des enfants, des parents, l'ensemble du quartier.

Nos manifestations ont toujours été relayées par le ministère de la culture et encadrées par la Préfecture de police. Il n'y a jamais eu le moindre incident, des inspecteurs en civils ont toujours été présents et tout se passait le mieux du monde.

1 2 3 4 5
Nouveau commentaire :
Twitter

En soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Paris Tribune a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez s'il vous plaît respecter la Loi et la jurisprudence : pas d'injures, pas de diffamation, pas d'appel à la haine, etc... Les opinions sont bien entendues libres, et elles n'engagent pas le journal, à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Publicité



Publicité

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com