Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



08/04/2014 - 14:45
        

Anne Hidalgo première femme Maire de Paris

Election du Maire de Paris pour la mandature 2014-2020.



Le moment fort de la séance du conseil de Paris le samedi 5 avril 2014 à l'issue du dépouillement à 11h22.



Nombre de votants : 163. Nombre de bulletins nuls : 72. Nombre de votes exprimés : 91. Majorité absolue : 46. Anne Hidalgo est élue Maire de Paris par 91 voix. D'après les résultats, auraient voté nuls la totalité des 71 conseillers de Paris de l'union UMP UDI Modem ainsi qu'un conseiller de Paris de gauche ou d'ouverture à gauche.

Elle ne l'avait probablement jamais imaginé en arrivant en France avec ses parents poussés à l'exil. Le 13 juillet 2010, l'ex-petite fille de l'émigration devenue Française sans jamais cesser d'être Espagnole, est décorée de l'Ordre de Isabelle la Catholique au nom de Juan Carlos I, Roi d'Espagne, la plus haute distinction espagnole, à l'image de la Légion d'Honneur en France. Le 5 avril 2014, Anne Hidalgo, première adjointe du Maire de Paris Bertrand Delanoë de 2001 à 2014, est élue Maire de Paris pour la mandature 2014 - 2020. Une femme est pour la première fois élue Maire de la capitale.

Rémi Féraud, président de la fédération PS de Paris, s'exprime au nom du groupe PS au conseil de Paris. Il annonce que "Madame la Maire de Paris" saura prolonger "l'action de Bertrand Delanoë". Mais Anne Hidalgo, Maire de Paris, fera ce qu'elle voudra. Rendant hommage en marge du conseil à son prédécesseur, Madame la Maire l'assure : "J'ai eu la chance et l'honneur d'être à ses côtés, comme première adjointe, d'avoir à ses côtés porté beaucoup de transformations de cette ville. Je crois que, pour lui comme pour moi, ce n'est pas un achèvement, c'est une autre page qui s'ouvre, mais ça reste pour moi une référence politique, une référence amicale, c'est un ami que je vais continuer à voir".

Au moment de la proclamation des résultats et de la remise de l'écharpe de Maire par le Doyen d'âge Pierre Aidenbaum, les membres de l'opposition n'applaudissent pas, à de rares exceptions près. Parmi les élus capables de se réjouir du bonheur des autres : Marielle de Sarnez, élue du 6e arrondissement, Thierry Hodent, élu du 7e arrondissement, Fadila Mehal et Christian Honoré, élus du 18e arrondissement.
L'élection est aussi le moment d'une première passe d'armes entre Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet, s'imposant comme le chef de l'opposition au conseil de Paris.
A suivre sur Paris Tribune.

Articles :
- 16 juillet 2010 : Anne Hidalgo, un modèle d'intégration réussie.
- 18 février 2014 : Les élus s'écharpent.

Premier discours d'Anne Hidalgo Maire de Paris

Mes cher(e)s collègues,

Dimanche, les Parisiens m’ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris.
Ce choix m'honore et m'oblige. Il fait de moi la dépositaire des valeurs de notre ville.
C’est avec fierté que je reçois cette immense et belle responsabilité. C’est avec fidélité que je l’assumerai chaque jour au cours des six prochaines années.
Française et Parisienne par choix, je servirai Paris en humaniste et en républicaine : avec passion et respect, avec honneur et dévouement.
Je serai la maire de toutes les Parisiennes et de tous les Parisiens que vous représentez dans la diversité de leurs convictions, de leurs parcours et de leurs origines.
Notre assemblée traduit la richesse et la complexité de la société parisienne. En saluant chaque élu, je m’engage à faire de nos différences et de nos divergences, que je respecterai, un ferment pour la démocratie et une chance pour Paris.
Dimanche, les Parisiens ont fait confiance au rassemblement des progressistes et des écologistes pour continuer à faire avancer Paris.
Cette majorité élue est la dépositaire de leurs besoins, de leurs attentes et de leurs espoirs.
Je la dirigerai et je l’animerai en poursuivant un seul objectif : le service des Parisiens dans le respect des valeurs de Paris.
Dans la droite ligne de l’œuvre accomplie par Bertrand Delanoë, auprès duquel j’ai eu l’honneur de servir Paris, je ferai de ces valeurs, dont je suis fière d’être l’héritière, les piliers de mon engagement.

A Paris, ville compagnon de la libération, la liberté a toujours été un destin. 70 ans après le 25 août 1944, la Libération est notre héritage. Je lui serai fidèle.
Elle est aussi notre état d’esprit. C’est en gardant toujours en mémoire le sacrifice des résistants et le martyr des déportés que je défendrai d’un même cœur la liberté de création et la liberté d’entreprendre, la liberté de conscience et de culte dans le respect du principe de laïcité, la liberté de participer à la vie de la cité, la liberté d’apprendre et la liberté de s’aimer.
Paris est aussi la capitale de l’égalité. Elus parisiens au sein d’une assemblée dont l’histoire épouse celle de la République, nous sommes les héritiers d’un Peuple conquérant qui s’est toujours battu contre l’injustice.
J’assume tout de ce passé singulier et puissant. 1789, 1830 et 1848, mais également la Commune de 1871, l’espérance du Front Populaire, l’ambition du programme du Conseil National de la Résistance, et la grande respiration de mai 68.
L’égalité pour laquelle nos aînés se sont battus me sera sacrée. Elle aura force de loi pour tous les enfants de Paris. C’est au nom de l’égalité que je serai une maire fédératrice.
Enfin, parce que l’idéal de fraternité a toujours su se traduire en actes dans l’histoire de Paris, je ferai en sorte que le respect, la tolérance et le dialogue prévalent systématiquement sur le mépris, la hiérarchie sociale, la haine et le fanatisme.
Notre diversité est notre bien le plus précieux. Elle a besoin pour grandir de solidarité. C’est ce que je lui garantirai en étant une maire de l’unité qui les respecte et transcende les différences.
C’est forte de ces valeurs que je tiendrai les engagements pris devant les Parisiens pour répondre aux grands défis d’aujourd’hui et de demain.
Alors que la crise continue à sévir en frappant les classes populaires et les classes moyennes, mon premier combat sera celui du logement. Il ne doit pas opposer les Parisiens mais les rassembler.
Ma détermination est totale. Elle est, je sais, partagée par l’ensemble de la majorité.
D’ici le mois de juin, je lancerai une mobilisation générale de l’ensemble des acteurs du secteur en vue de ce qui est d’ores et déjà le combat décisif de la mandature. Avec 10.000 nouveaux logements par an, nous permettrons à chaque Parisien de trouver sa place et d’avancer à son rythme au sein de notre ville.
La solidarité sera au cœur de mon action. Personne ne sera exclu des progrès auxquels aspire la société parisienne.
La lutte contre l’exclusion constituera une grande cause de la mandature dans laquelle les associations et les parisiens s’impliqueront.
Les familles se verront proposer des logements plus adaptés ; plus de 5000 places de crèches seront créées ; les enfants accéderont à une éducation de qualité et à des activités éducatives ; nos aînés pourront demeurer dans le quartier où ils ont longtemps vécu ; les personnes en situation de handicap évolueront dans une ville accessible ; les plus vulnérables se verront proposer un hébergement.

A Paris, le progrès a vocation à être partagé. Je n’accepterai donc aucune forme d’exclusion économique, éducative ou culturelle. Je me battrai pour la sécurité et la tranquillité des Parisiens.
Je veillerai comme maire à ce que chaque avancée nouvelle soit une avancée universelle.
C’est dans le même esprit que nous relèverons le défi écologique en redonnant à la nature toute sa place.
Il en va de l’avenir de Paris comme de l’avenir de l’humanité et de l’avenir de notre planète. Il en va de notre santé comme de notre sécurité et de notre responsabilité.
Je ne conçois pas le progrès de notre ville en dehors d’une vraie transition énergétique et environnementale. C’est la raison pour laquelle nous mènerons et nous assumerons une lutte intraitable contre la pollution.
Nous éradiquerons le diesel qui constitue un scandale sanitaire et politique. Nous substituerons les énergies renouvelables aux énergies fossiles. Nous développerons des transports capables d’améliorer à la fois la mobilité de chacun et la qualité de l’air respiré par tous.
Nous ferons de Paris une ville où la liberté va de pair avec la santé et la tranquillité.
L’écologie est aussi une chance pour l’économie, je favoriserai l’innovation dans tous les secteurs.
Qu’elle soit sociale et solidaire, numérique ou mieux encore qu’elle soit tout cela à la fois, l’économie parisienne est appelée à poursuivre son essor au cours des six prochaines années, avec toujours davantage de créations d’entreprises et de créations d’emplois à la clé.
Je ne baisserai pas les bras face à cette crise. Je connais les ressources dont Paris dispose dans ses universités, ses commerces, ses start-ups, ses petites et moyennes entreprises.
Je mesure son attractivité auprès des touristes et des investisseurs, des étudiants et des entrepreneurs, des travailleurs et des créateurs.
Parce que je sais ce dont les Parisiens sont capables, je suis persuadée qu’ensemble nous pouvons avancer et mieux vivre ensemble quelles que soient les difficultés que nous rencontrons.
C’est en effet du côté de l’innovation et de la création que se trouvent les clés de l’avenir de notre ville, où cohabitent et s’influencent un nombre incalculable de richesses.
Les entreprises et les associations, les commerçants et les artisans, les artistes et les sportifs, les jeunes et les seniors détiennent tous une part de cette initiative collective sur laquelle repose le progrès.
Je veux leur permettre de s’exprimer le plus librement possible, à contre-emploi, à contretemps et à contresens, là où on les attend et là où on ne les attend pas.
J’oserai libérer ces énergies créatives, leur laisser du champ et j’accepterai leur influence.
Chaque fois que cela sera nécessaire, je nous inviterai à sortir de nos schémas, de nos habitudes et de nos préjugés pour permettre à Paris de s’engager dans les nouveaux espaces culturels régis par l’ouverture et le partage.
C’est en misant sur la liberté de tous et l’initiative de chacun que nous relèverons le défi démocratique qui se pose actuellement dans notre pays et que nous avons entendu ces mois durant.
Nous livrerons ce combat sur le terrain jour après jour avec sérieux et abnégation. Dans le cadre d’un exécutif paritaire et resserré, je serai la garante de la sobriété de la municipalité en veillant à ce que l’essentiel de nos ressources soit affecté directement au service des Parisiens.
Je me monterai intraitable sur les questions d’éthique en demandant à chacun de se soumettre à des règles claires et exigeantes pour une transparence totale.
J’impliquerai les Parisiens en amont de toutes les décisions qui touchent à leur vie quotidienne et l’avenir de leur ville.
En siégeant dans les conseils de quartier, en se prononçant directement sur l’affectation de 5% du budget d’investissement, en créant un Conseil Economique Social et Environnemental, ou encore un Conseil stratégique que je mettrai en place à mes côtés pour valoriser Paris à l’international.
Les Parisiens pourront peser tout au long de la mandature sur la politique municipale.
J’aime la démocratie. Je lui donnerai toujours davantage de champ dans une ville où elle est et où elle sera toujours chez elle.
Et ce qui est vrai à l’échelle de Paris l’est également à l’échelle de la métropole.
En faisant le choix d’un destin commun avec tous nos voisins, nous nous donnerons les moyens de construire une métropole solidaire, dynamique et efficace.
Paris prendra toute sa place dans la responsabilité collective qui nous impose de nouveaux devoirs et de nouvelles ambitions, en dépassant les clivages politiques traditionnels pour s’attacher avant tout aux projets.
Je m’investirai personnellement pour que se concrétise, en matière de logement et de lutte contre la pollution, notre obligation collective de résultats.
Cette efficacité démocratique demeurera notre maître mot au cours des six prochaines années.
Je m’appuierai d’abord sur un dialogue permanent avec toutes celles et tous ceux qui représentent les Parisiens.
Les élus d’arrondissement, mais également les responsables associatifs, les représentants syndicaux, les organisations laïques, les autorités religieuses, les intellectuels, les artistes, les sportifs et tous ceux qui sont dépositaires d’une part de Paris seront toujours les bienvenus à l’Hôtel de Ville.
Le concert démocratique a besoin de leur voix. Je veillerai à ce qu’elle soit entendue, écoutée et respectée.
Je m’appuierai également sur le dialogue social que je conduirai personnellement pour donner à nos agents la reconnaissance et les moyens qu’ils méritent. Dans un contexte national difficile, le service public parisien est un élément clé de solidarité, de cohésion et d’innovation.
Nous devons aux Parisiens et aux agents eux-mêmes une administration respectueuse de l’humain, régie par une culture des métiers et totalement tournée vers les citoyens. C’est dans ce sens que je la ferai évoluer en permettant aux agents de donner le meilleur d’eux-mêmes pour Paris.

Mes chers collègues, je suis lucide sur les difficultés et les contraintes qui pèsent sur nous, je connais nos atouts qui sont innombrables.
Au seuil de cette mandature, je crois en notre ville, en sa capacité à se surprendre et se dépasser dès lors qu’il s’agit d’avancer.
C’est la raison pour laquelle, sans augmenter les impôts, je m’appuierai enfin sur toutes les forces économiques, sociales, culturelles, scientifiques dont nous avons la chance de disposer.
Le rayonnement de Paris sera donc avant tout le rayonnement de tous les Parisiens, placés dans les meilleures conditions pour donner libre cours à leur énergie et à leur talent.
Sous leur impulsion, notre patrimoine unique ne cessera de s'enrichir : à chaque découverte d'un chercheur, à chaque innovation d'un entrepreneur, à chaque création d'un artiste, à chaque ouverture d’un commerce de proximité, à chaque performance d’un sportif, à chaque attention d’une assistante maternelle, à chaque bonne idée d'un citoyen passionné, notre ville grandira pour s’imposer dans la compétition et la diplomatie mondiale des grandes métropoles.

Mes chers collègues, la réussite de Paris est mon ambition.
Cette ambition est clairvoyante. Je connais la complexité de la société parisienne, la force des courants qui la traversent, l’intensité des controverses qui s’y engagent, l’éclat des différences et des divergences qui y cohabitent.
Mais cette complexité renforce ma confiance. Elle nourrira tout au long des six prochaines années ma vision et ma pratique politique de maire.
Pour reprendre les mots de Michel Foucault, je compte « faire le choix de ce qui est positif et multiple, préférer la différence à l'uniformité ».
C’est de cette manière que je compte réaliser le programme pour lequel les Parisiens m’ont élue, en m’appuyant sur un exécutif et une majorité riches de leurs différences et unis par ce qui les rassemble.
Ce programme, je le réaliserai avec un profond respect du débat démocratique en écoutant et en prenant en compte les avis constructifs de l’opposition.
Je le réaliserai en ne perdant jamais de vue les valeurs qui nous unissent.
Je le réaliserai sans jamais quitter du regard le service des Parisiens et la grandeur de Paris.



Les faits à Paris | Les opinions | Flash


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.