Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



26/07/2009 - 19:47
Ghislain Fornier de Violet
        

Arrivée du Tour de France : un sport épargné par la crise ?

Huitième Tribune



Dimanche 26 juillet, les coureurs cyclistes du Tour de France ont franchi la ligne d’arrivée, mettant un terme à un Tour toujours aussi populaire et pour l'instant épargné par les scandales de dopage.



Un sport d’ambiance

Pour cette 96ème arrivée du Tour de France, les Champs-Elysées évoquent le Circus Maximus de Ben Hur prêt à accueillir ses courses de char. Les tribunes publiques et privées, les 2000 policiers et gendarmes du dispositif de sécurité, les 200 000 spectateurs présents renforcent le grandiose de l’évènement sportif. Malgré le pesant soleil de 14h, le speaker s’évertue à chauffer l’ambiance, valsant entre hommages aux sponsors, points réguliers sur la course et commentaires sur les performances des coureurs. Dans la tribune de la Mairie de Paris, les officiels ne se sont visiblement pas bousculés pour assister à la 21ème et dernière étape du Tour. De même, la tribune Elysée est encore vide, signe que le peloton parti de Montereau est encore loin du 8ème arrondissement. La patience reste donc le maître-mot pour tout spectateur de la plus prestigieuse des compétitions cyclistes. Le Tour, c’est une ambiance qui se savoure, mêlée à un suspense qui semble ne jamais devoir finir.
Arrivée du Tour de France : un sport épargné par la crise ?

Un sport famille

Le Colonel André Sapin est un vieux passionné du Tour. Il a lui-même fait partie de la caravane publicitaire à 7 reprises au titre des Armées, de 1976 à 1982. Il rappelle l’ampleur du dispositif organisationnel : 5000 personnes qui se déplacent pendant 21 jours d’une étape à l’autre, avec tout leur matériel. « Un vrai village » lance t-il, admiratif. Mais surtout, pour M. Sapin, le Tour est cet évènement qui fleure bon la convivialité de la France d’antan, ce sport auquel on assiste en famille : « C’est le seul sport gratuit et intergénérationnel ».
Les 15 millions de spectateurs de l’édition 2008, qui ont parcouru en moyenne 130 km pour assister à une étape du Tour, et qui ont passé pas moins de 6h au bord des routes, ne pourraient contredire M. Sapin. Ni les nombreuses familles et couples accoudés aux balustrades de la Tribune de la Mairie de Paris.Si les supporters d'un club emblématique comme le PSG font face à la réduction drastique des subventions pour leur club, le Tour reste quant à lui toujours aussi bien sponsorisé. Aux alentours de 15h30, les 200 véhicules de la caravane publicitaire se mettent en branle sur les Champs. Tranchant avec la pompe ordonnée du défilé du 14 juillet, c’est cette fois-ci un assemblage hétéroclite de voitures et de camions « customisés » qui klaxonnent et zigzaguent en un cortège ininterrompu de marques et de slogans. Même les syndicats FO, CGT, CFDT sont de la partie.

Une étape jouée d’avance ?

A 16h30, le speaker annonce l’entrée du peloton dans les rues de Paris. Ils dépassent la BNF et foncent à présent sur les quais. Sur les 180 coureurs présents au départ, seuls 156 sont encore en lice. A défaut de dopages avérés, le Tour 2009 déplore de nombreuses chutes.
Les cyclistes débarquent soudain à toute vapeur sur l’avenue, et c’est parti pour 8 tours de l’Etoile à la Concorde. S’il est vrai que le podium de la victoire est déjà joué, la dernière étape ne l’est pas. Lancé comme une fusée, Mark Cavendish de l’équipe Columbia, est bien décidé à prouver ses qualités de sprinteur. Au bout des 8 tours, c’est un peloton plus calme et assagi qui clôture cette étape. Seul Cavendish ne relâche pas la pression, et passe le 1er la ligne d’arrivée avec une large avance, remportant ainsi une 6ème victoire d’étape.
Sans surprise, le podium consacre au sommet pour la seconde fois un Alberto Contador qui n'a laissé aucune place à un éventuel prétendant au maillot dès lors qu’il l’avait revêtu à Verbier. Le maillot blanc Andy Schleck monte sur la 2ème marche, et le septuple vainqueur du Tour Lance Armstrong sur la 3ème. L’année prochaine, le Tour de France 2010 partira de Rotterdam.

Si le Tour de France est une compétition sportive avare d’adrénaline pour le spectateur, sa force d’attraction jamais démentie réside dans un suspense mesuré et constant, les apparitions fugaces des coureurs, et l’ambiance familiale qu'il apporte.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.