Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



09/05/2011 - 16:25
        

Drouot : un 2e commissaire-priseur mis en examen pour recel

L'affaire des Savoyards de Drouot se poursuit dans le 9e arrondissement de Paris.



L'affaire des Cols Rouges prend de l'ampleur ; l'hôtel des ventes Drouot attend la fin de l'enquête pour s'exprimer.



Son nom proviendrait d'un fichier informatique saisi par les policiers lors d'une perquisition dans les locaux des commissionnaires de l'hôtel des ventes Drouot. Claude Boisgirard est un commissaire-priseur âgé de 71 ans. Il est soupçonné, comme toutes les personnes dont le nom figure sur le fameux listing, de recel d'oeuvres d'art volées.

La Loi est claire : l'accusation de recel tombe comme un couperet à partir du moment où une personne cherche à vendre quelque chose qui a été volé.
Lorsque le tableau de Gustave Courbet (1819 - 1877) "Paysage marin sous ciel d'orage" propriété d'une collection privée est volée en 2004, c'est un bien d'une valeur estimée à 900.000 euros qui disparaît dans la nature. L'oeuvre peinte vers 1869 réapparaît en 2009 chez un des commissionnaires de l'Hôtel des ventes Drouot. Une plainte est déposée ; le scandale des Cols Rouges, ou Savoyards, éclate.
Ces personnes, originaires depuis 1860 de quelques vallées de Savoie, sont réunies au sein de l'Union des commissionnaires de l'hôtel des ventes Drouot (UCHV). Depuis le XIXème siècle, elles ont le monopole sur la manutention des objets d'art.
Avant d'être sanctionnées par l'hôtel des ventes Drouot qui leur a interdit de travailler au sein de l'UCHV, elles ne travaillaient pratiquement que pour la célèbre maison de vente : les Cols Rouges étaient commissionnaires, manutentionnaires et transporteurs. Ils sont également propriétaires du garde-meuble des oeuvres d'art à Bagnolet où la justice a saisi une centaine de conteneurs appartenant à des commissionnaires dont elle étudie minutieusement le contenu.

Selon des sources policières, un vaste trafic d'oeuvres d'art concernerait les commissionnaires de l'hôtel de vente Drouot, lesquels auraient revendu des oeuvres d'art détournées par l'intermédiaire de commissaires-priseurs. Avec le 2e commissaire-priseur mis en examen, et la 3e personne mise en examen depuis le début de l'affaire, la justice n'est qu'au début de l'enquête.


Lire les articles :
- du 14 mai 2011 Drouot : un nouveau commissaire-priseur mis en examen et un nouveau DG.
- du 23 mai 2011 Drouot : nouvelle inculpation d'un commissaire-priseur dans l'affaire des Cols rouges.

Voir la Table Ronde consacrée aux relations entre l'Art et la Finance : Art et Finance.




Et aussi
< >

Dimanche 15 Janvier 2017 - 10:01 Drôles d’amis sur Facebook

Dimanche 15 Janvier 2017 - 10:00 Demande de récusation : le premier arrêt en 2017

Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.