Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



13/05/2016 - 05:45
        

Forte tension lors de la manifestation contre la Loi El Khomeri

La manifestation du 12 mai 2016 comme si vous y étiez !



Récit croisé de la manifestation contre le projet de loi Travail El Khomri le 12 mai 2016 à Paris, peu de temps avant l'adoption du texte en première lecture à l'Assemblée nationale grâce à l'utilisation du 49-3.



Le jeudi 12 mai 2016 à partir de 14 heures 15, la manifestation intersyndicale contre la loi travail s’est déroulée entre Denfert-Rochereau dans le 14e arrondissement et la place Vauban dans le 7e arrondissement, "lieu de dispersion déclaré par les organisateurs" précise la Préfecture de police qui annonçait la veille dans un communiqué "les Invalides".

La stratégie choisie plaçait les CRS et gendarmes mobiles en amont du cortège, ce qui faisait dire à des manifestants que la police défilait puisqu'elle se trouvait en tête du cortège. Contrairement à la manifestation du 1er mai, le rassemblement s'est déroulé dans le calme.

Vers 15 heures 15, des jets de projectiles et de cocktails Molotov en direction des forces de l'ordre, "provenant d’un groupe d’une centaine d’individus", précise la Préfecture de police, sont constatés sur le boulevard du Montparnasse et plus particulièrement à l'angle de la rue de Vaugirard.

Le cortège a pu poursuivre sa progression jusqu'à son lieu d'arrivée malgré les jets de projectiles, notamment au niveau de la station de métro Saint-François Xavier sur la ligne 13, face du conseil régional d'Ile-de-France. Lorsque les forces mobiles quittent la tête du cortège 150 mètres avant la place Vauban pour se positionner sur les pelouses de l'avenue de Breteuil place Vauban, un assaut est donné par le même groupe d'individus déjà cité plus haut, cette fois-ci sur les personnes du service d'ordre des syndicats (voir la vidéo). La violence est évitée par l'usage de gaz lacrymogènes puissants.

La Préfecture raconte cet épisode à sa manière : "Lors de l’arrivée du cortège aux Invalides, les forces de l’ordre se sont écartées afin de faciliter la dispersion des manifestants. Quelques instants après des individus violents ont pris à partie des membres du service de sécurité de la CGT et ont tenté, en vain, de forcer les grilles de l’Ecole Militaire".

Pour autant, tout le monde, et la Préfecture de police en premier, se félicite du dispositif mis en place : le positionnement des forces de l’ordre devant la tête de cortège a permis à la manifestation, malgré les incidents, de poursuivre sa progression normale.


Le long du parcours, diverses dégradations ont été constatées :
 
"Un container à verre a été renversé, des vitrines d’agences bancaires et de restaurants ont été dégradées par tags et deux vitrines de commerces ont été brisées. Un kiosque à journaux a été détruit et un véhicule particulier a été dégradé. Lors de cette manifestation la Préfecture de Police a procédé à 7 interpellations. 20 personnes ont été blessées légèrement dont 4 manifestants, 10 personnes du service d’ordre de la CGT, 2 militaires de l’opération Sentinelle et 4 policiers et gendarmes".
Préfecture de police de Paris, communiqué du 12 juin 2016 à 20h.

Selon la police, entre 11500 et 12500 personnes ont participé à cette manifestation.
Les organisateurs ont annoncé d'autres manifestations à venir. Le projet de loi, adopté en première lecture à l'Assemblée nationale sans le vote des députés, hormis pour l'article 1, doit faire la navette entre le Sénat et l'Assemblée avant son adoption définitive. Les syndicats espèrent toujours que le gouvernement retirera le texte pour le repenser.


 







Et aussi
< >

Jeudi 15 Juin 2017 - 23:12 La lapidation de train

Mercredi 14 Juin 2017 - 15:10 Coups de couteau à la station Ranelagh à Paris

Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.