Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



20/09/2015 - 10:18
        

L’Art et la Guerre : un témoignage épique

La bataille de cavalerie à Kahlenberg pour sauver Vienne en 1683 et la viennoiserie.



Une œuvre du XVIIe Siècle proposée aux enchères le dimanche 20 septembre 2015 au château d’Epinac en Saône et Loire sur une bataille épique dont l'issue aurait marqué, selon l'une des légendes, la création du croissant à Vienne.



Ce dimanche, dans le château de Nicolas Rolin et de son épouse Guigone de Salins, les fondateurs de l’Hôtel-Dieu de Beaune, se déroule une prestigieuse vente aux enchères organisée par l’étude SADDE de Dijon. Tableaux anciens, pendules et mobilier européen sont au programme.

"Bataille de cavalerie contre les Maures" © Etude SADDE à Dijon.
"Bataille de cavalerie contre les Maures" © Etude SADDE à Dijon.

L’art et la Guerre : un témoignage épique

Les conflits, les scènes de guerre, ont toujours été une source d’inspiration pour les artistes. Elles glorifient l’héroïsme de combattants, soutiennent l’emploi de la force et appuient la décision de chefs d’Etat, de monarques ou de généraux. Ces œuvres inspirent la réflexion des contemporains sur la justesse de l’affrontement. Des connotations religieuses sont fréquentes. Elles participent au témoignage des évènements et renforcent la dimension épique. Elles s’inscrivent souvent dans la propagande pour une cause ou pour une autre. Thèse opposée à l’antithèse, le bien contre le mal, le juste contre le faux, l’espoir contre la peur.
 
Une œuvre présentée par l’étude Sadde lors de cette vacation au château d’Epinac capte l’attention. Elle est ainsi décrite au catalogue : « Lot 18 – Ecole flamande du XVIIe Siècle. Bataille de cavalerie contre les Maures. Huile sur toile. 107 x 180 cm. Estimation 5.500 à 6.000 € ». L’œuvre est insérée dans un cadre doré harmonieux avec la toile. Les frais d’enchères sont de 21 % TTC.

La bataille de cavalerie à Kahlenberg pour sauver Vienne en 1683 ?

Le tableau a plus de trois cents ans. Cette bataille de cavalerie, c’est le choc des Civilisations, l’affrontement des religions, la résistance à la conquête et la guerre de libération.
 
Nous pensons que l’œuvre représente la bataille de Kahlenberg pour sauver Vienne le 12 septembre 1683. (1)
 
La bataille du Kahlenberg est une bataille décisive pour l’époque. Elle est un tournant historique de l’histoire de l’Europe. Vienne est sauvée. La Chrétienté a endigué le déferlement des musulmans. Cette victoire marque le déclin de l’Empire Ottoman. Pourtant, après deux mois de siège, la capitale de l’Autriche était prête à tomber malgré l’héroïsme de ses défenseurs. Les sapeurs des assiégeants ont réduit l’essentiel des défenses de la ville. La disproportion des forces en présence est considérable. L’armée ottomane est commandée par le grand Vizir Kara Mustafa. Avec ses redoutables janissaires, troupe d’élite, elle comprend entre 200.000 et 250.000 hommes. Elle est bien équipée avec de nombreux canons. L’armée de renfort est composée d’environ 65.000 soldats. Elle arrive le 11 septembre à proximité des assiégeants et s’installe sur les collines autour de Vienne, les hauteurs du Kahlenberg. L’avantage du nombre reste nettement en faveur des Turcs. Les secours sont commandés par le Roi de Pologne Jean III Sobieski et par Charles V de Lorraine. Leur armée est composée de Polonais, de Lituaniens, de Cosaques, de Saxons, de Bavarois et d’autres soldats venants d’Etats, principautés  et territoire alémaniques. Louis XIV n’a pas voulu participer à la coalition pour sauver le Saint Empire Romain Germanique et la Maison des Habsbourg auxquels il s’oppose. Il préfère poursuivre l’expansion du royaume en Flandres et aux Pays-Bas. Venise est également absente.
 
Et le 12 septembre 1683, après une messe célébrée par Marco d’Aviano, prêtre capucin représentant le Pape Innocent XI, et une bénédiction des troupes, c’est la cavalerie des Polonais et des Alémaniques qui charge. Elle bouscule, brise et perce les lignes ottomanes jusqu’au camp du grand Vizir. A la fin de la journée, les Ottomans s’enfuient, l’essentiel de l’artillerie adverse est prise, de l’or, des vivres et des bannières. Le Roi de Pologne paraphrase Jules César : « Veni, vidi, Deus vincit » (2). L’empereur Léopold 1er rentre dans sa capitale euphorique. La population découvre la nouvelle viennoiserie en forme de croissant  pour célébrer le départ des Turcs. A son retour, le grand Vizir, lui, sera exécuté sur ordre du Sultan Mehmet IV le 25 décembre 1683 à cause de l’échec de l’expédition. « Malheur au vaincu ! ».

Une œuvre intéressante

L’œuvre présentée est du XVIIe Siècle, de l’époque de la bataille qui a eu un retentissement considérable dans toute l’Europe. L’auteur est flamand, territoire où les Français repoussent l’influence des Habsbourg. Célébrer le succès du Kahlenberg, c’est rappeler l’absence de la France lors de cette journée décisive et l’unité chrétienne de l’Europe.
 
L’artiste suggère le mouvement des cavaliers et des chevaux. Des bannières rouges et noires flottent. Le combat est acharné. La charge emporte tout. En face, quelques uns résistent, la plupart fuient, et les derniers s’apprêtent à mourir, terrifiés. On perçoit le bruit des armes, les hennissements des montures, les hurlements et gémissements des combattants.
 
Le Roi de Pologne est-il représenté ? Peut-être est-ce le personnage en noir au centre gauche de la toile qui met en fuite deux cavaliers effrayés. Le 12 octobre 2009, l’étude Artcurial a vendu à l’Hôtel Drouot, un portrait du XVIIe Siècle de Jean III Sobieski devant un campement militaire avec son armure noire.
 
En ce cas, quel est le personnage au centre qui désarçonne un Ottoman dont le cheval chute ? Trop jeune pour être le Roi de Pologne, sauf à s’être affranchi de la réalité, s’agit-il d’une représentation avantageuse de Charles V de Lorraine, nécessairement idéalisé ? C’est improbable.
 
La situation des assiégés était désespérée. L’armée de secours était disparate et en infériorité numérique. Alors, est-ce que cette victoire n’est pas intervenue ainsi que le Roi de Pologne le proclame par l’intervention divine ? L’archange Saint Michel aurait-il été à la tête de l’armée chrétienne et représenté au centre de l’œuvre de l’artiste ? C’est possible.
 
Si le tableau est sur sa toile d’origine, l’adjudication peut dépasser l’estimation. Mais à l’inverse, la crise économique qui s’amplifie et la pression fiscale sur les classes moyennes, les professions libérales et les cadres qui affecte leur pouvoir d’achat retentissent à la baisse sur le marché des enchères.

 


(1)   Pour en savoir plus sur cette période : Revue Internationale d'Histoire Militaire  - Un combat pour l’Europe : « le siège de Vienne – 1683 » par Jean Nouzille – http://www.institut-strategie.fr/
(2) Traduction du latin : « Je suis venu, j’ai vu, Dieu a vaincu ».
 

Photos du lot 18 : "Bataille de cavalerie contre les Maures" - Ecole flamande du XVIIe Siècle - Huile sur toile 107 x 180 cm. Estimation 5.500 à 6.000 € - Frais d’enchères : 21 % TTC

Lot 18 - Ecole flamande du XVIIe siècle - Bataille de cavalerie © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon
  • Lot 18 - Ecole flamande du XVIIe siècle - Bataille de cavalerie © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon
  • Lot 18 - Ecole flamande du XVIIe siècle - Bataille de cavalerie - détail 1© Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon
  • Lot 18 - Ecole flamande du XVIIe siècle - Bataille de cavalerie - détail 2 © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon
  • Lot 18 - Ecole flamande du XVIIe siècle - Bataille de cavalerie - détail 3 © Etude SADDE Commissaires Priseurs à Dijon

Infos pratiques

Belle vente mobilière
Dimanche 20 septembre 2015 à 14 h 30  à Epinac (71) par SADDE Dijon.
Lieu de Vente et expositions : 
Château d'Epinac 1, rue Emile Zola 71 360 Epinac 
 
Exposition sur place, 1 rue Emile Zola à Epinac (Saône-et-Loire) : contact au 06 64 37 60 70 ou 06 65 03 68 67. 
Pour tout renseignement, veuillez contacter la Maison de Ventes au 03 80 68 46 80.
 
Il appartient aux personnes désirant porter des enchères de vérifier l'état des lots et de prendre toutes les informations auprès du commissaire-priseur qui réalise la vente et de l'expert.





Et aussi
< >

Samedi 25 Juin 2016 - 14:50 Un ours blanc en robe noire

Lundi 12 Octobre 2015 - 13:04 Des cannes pour l’élégance et les passions

Dimanche 27 Septembre 2015 - 19:49 Erotisme masculin pour hommes

Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.