Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



14/09/2012 - 13:00
        

L'évolution politique de Robert Hue est en marche

Robert Hue quitte le CRC pour le RDSE.



L'ancien numéro un du Parti Communiste Français quitte le groupe Communiste Républicain Citoyen au Sénat.



Dans un communiqué adressé à Paris Tribune, Robert Hue, sénateur du Val-d’Oise, annonce le 13 septembre 2012 qu’il quittait le groupe groupe Communiste Républicain Citoyen (CRC) pour rejoindre le groupe Rassemblement Démocratique et Social européen (RDSE) qui passe de 17 à 18 membres.

Le président du Sénat a été informé de même que Nicole Borvo Cohen-Seart, présidente du groupe CRC :

"Comme je (le lui) ai précisé dans une lettre adressée le 3 septembre dernier (...) il s’agit pour moi de mettre en cohérence mes choix politiques progressistes et mon action parlementaire. Tant il est devenu patent que je ne me retrouve plus aujourd’hui dans les orientations majeures du groupe CRC, que je respecte, mais lequel se trouve totalement identifié à la stratégie et à la tactique du Front de gauche avec lesquelles mon désaccord est profond.
J’ai décidé de siéger désormais au sein du groupe RDSE (Rassemblement démocratique social et européen) présidé par Jacques Mezard où je vais me retrouver dans la diversité aux côtés, notamment, de mes amis Jean-Michel Baylet et Jean-Pierre Chevènement. Là, je m’efforcerai, en toute liberté, de faire avancer les idées et les valeurs du Mouvement Progressiste.
La réalité politique et les choix qu’elle appelle, imposent de plus en plus aux yeux de nos concitoyens des règles : de vérité, d’honnêteté et de cohérence. J’ai voulu me conformer à ces exigences."
Robert Hue sur la chaîne parlementaire en 2009 (c) Public Sénat.
Robert Hue sur la chaîne parlementaire en 2009 (c) Public Sénat.

Après s'être démarqué de Jean-Luc Mélenchon, avec lequel il n'a longtemps eu comme point commun que le port d'une grande barbe, le sénateur du Val d'Oise quitte le groupe communiste au Sénat pour représenter à terme une nouvelle force politique.

Après avoir quitté le Parti Communiste Français (PCF), Robert Hue crée Le Nouvel espace progressiste (NEP) puis en 2009 le Mouvement unitaire progressiste (MUP). Il présente des candidats MUP aux élections législatives 2012 avec des alliances électorales avec le PS, qui en avait lui-même conclu avec Europe Écologie Les Verts (EELV), le Parti radical de gauche (PRG), le Mouvement républicain et citoyen (MRC) de Jean-Pierre Chevènement.

Robert Hue a également démissionné le 31 mai 2012 de la présidence du conseil d'administration de la fondation Gabriel-Péri, créée par le PCF en 2004 "pour que ça ne vienne pas télescoper des évolutions politiques".

Des pronostiqueurs l'avaient vu renter dans le gouvernement Ayrault II. Le PCF avait pris la peine de déclarer que si cela devait arriver, ce ne serait pas synonyme "de participation des communistes" au gouvernement. Cela ne s'est pas fait.

En quittant le groupe communiste pour un groupe de gauche plus libérale, le sénateur Robert Hue, président du MUP, peu présent sur la scène politique pendant plusieurs années, marque son retour dans l'arène politique.



Les faits | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.