Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Lundi 8 Novembre 2010 - 17:26
Clémence Villefranche


        

L'oeuvre de Jean-Léon Gérôme, l'un des peintres les plus célèbres du XIXe siècle

Jean-Léon Gérôme (1824-1904) L'histoire en spectacle, au musée d'Orsay dans le 7e arrondissement de Paris.


La première monographie organisée à Paris depuis le décès de l'artiste en 1904, montre l'oeuvre de Gérôme sous tous ses aspects, peintre, dessinateur et sculpteur, du début de sa carrière dans les années 1840 jusqu'à ses dernières années.




«C'est tellement parfait que ça coupe le souffle ! » Dans les salles du musée d'Orsay aménagées spécialement pour cette rétrospective, le silence est roi, hormis certains chuchotements d'admiration.

Jean-Léon Gérôme, dont le nom réapparait aux yeux du public aujourd'hui, fut pourtant un des artistes les plus célèbres de son temps. Il épousa la fille d'un éditeur d'art renommé, Goupil, qui lui ouvrit les portes du marché de l'art.

L'oeuvre de Gérôme fut à l'image de sa vie : hétéroclite et curieuse. Il débuta sa carrière dans le cercle des «néo-grecs» dès 1847, ledit cercle se voulant peintre d'une nouvelle vision de l'art gec, une vision plutôt archéologique que romantique. Son premier tableau sur ce sujet, le combat de coqs, exposé au Salon de 1847, le montra comme un artiste au talent prometteur. De nombreux tableaux suivront, dont l'intérieur grec et Diogène.

Puis il effectua de nombreux voyages en Orient,d'où il rapporta de nomveaux sujets de représentations pour ses tableaux. C'est là que se fit le clivage entre lui et les autres artistes de son temps: il se servait des photographies rapportées de ses voyages pour peindre des scènes qu'il remaniait afin d'en faire de nouvelles, qui puisaient notament dans l'univers pictural et littéraire de son temps. De là lui vint le soutien de Théophile Gautier, mais aussi l'aversion de Charles Baudelaire et d'Emile Zola qui s'écria un jour à son égard : « Non Monsieur, vous n'avez pas fait un tableau. C'est là si vous voulez une image habile, un sujet plus ou moins spirituellement traité, une marchandise à la mode ». En effet, les tableaux de Gérôme recréaient plus l'Orient attendu par les occidentaux que l'Orient réél, comme le marché aux esclaves ou la piscine du harem.

Jean-Léon Gérôme fut aussi et surtout un peintre de l'Histoire : il peignit des tableaux de la Cour de son époque, telle la réception des ambassadeurs du Siam par Napoléon III et Eugénie en 1865, mais aussi des rétrospectives comme la réception du Grand Condé par Louis XIV. Ces peintures historiques sont presques toujours teintées de romantisme, de chatoiement de couleurs traduisant un certain luxe, exceptée peut-être l'exécution du Maréchal Ney, empreinte de réalisme et de solennité.
Jean-Léon Gérôme, Pollice Verso, (c) Phoenix Art Museum
Jean-Léon Gérôme, Pollice Verso, (c) Phoenix Art Museum

Une petite partie des salles est réservée au Gérôme de la sculpture, discipline à laquelle il s'intéressa après 50 ans.
Il présente en 1878 les Gladiateurs, sa première sculpture. C'est à partir de 1890, avec Tanagra, que Gérôme opère un bouleversement radical de son travail : le véritable enjeu de son oeuvre sculpté, la polychromie. La dernière sculpture de l'artiste s'intitulait Corinthe, toujours mêlant l'Histoire, les histoires et la discipline artistique.

L'art de Gérôme est très difficile à définir : de qui s'inspire-t-il ? De Jean-Auguste-Dominique Ingrès (1780-1867) dans la technique et la manière de peindre? D'Eugène Delacroix (1798-1863), pour les quelques sujets orientalistes? De Jacques-Louis David (1748-1825) pour les rendus historiques? Bien que tour à tour salué, baffoué critiqué raillé, voire adulé par ses contemporains, il a, sans doute aucun, bien mérité son nom au Panthéon des grands peintres. Espérons que cette exposition en convaincra le public français.

Jusqu'au 23 janvier 2011 au musée d'Orsay, 62 rue de Lille 75007 Paris.
Site internet
du musée.







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.