Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



08/01/2015 - 19:25
        

"La liberté d'expression au bout de nos crayons"

La justice protège la liberté d'expression.



Charlie Hebdo : le droit à la liberté d'expression réaffirmée en mars 2007 dans l'affaire des caricatures de Mahomet.



La justice protège la liberté d'expression

Le 22 mars 2007, la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris relaxe le journaliste Philippe Val, directeur de publication. Les plaignants, l'association de la Mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France, poursuivant le journal pour "injures publiques", sont déboutés.

Trois dessins étaient poursuivis.

Les attendus du jugement méritent d'être rappelés :
"Attendu que Charlie Hebdo est un journal satirique, contenant de nombreuses  caricatures que nul n'est obligé d'acheter ou de lire, à la différence d'autres supports tels que des affiches exposées sur la voie publique ; (...)
Attendu que toute caricature s'analyse en un portrait qui s'affranchit du bon goût pour remplir une fonction parodique (...)
Attendu que le genre littéraire de la caricature, bien que délibérément provocant, participe à ce titre à la liberté d'expression et de communication des pensées et des opinions (...)"
Deux dessins ne peuvent être perçus, expliquent les magistrats, comme visant l'ensemble des musulmans en raison de leur religion.

S'agissant du troisième dessin, les juges disent le droit : 
"Attendu qu'ainsi, en dépit du caractère choquant, voire blessant, de cette caricature pour la sensibilité des musulmans, le contexte et les circonstances de sa publication dans le journal Charlie-Hebdo, apparaissent exclusifs de toute volonté délibérée d'offenser directement et gratuitement l'ensemble des musulmans ; que les limites admissibles de la liberté d'expression n'ont donc pas été dépassées (...)"

Victorieux devant la justice, Charlie Hebdo a continué d'être la cible d'attaques aux Cocktails Molotov , leur siège social avait été détruit par un incendie et leurs nouveaux locaux ainsi que le directeur de publication étaient placés sous surveillance policière.

Les assassins des 12 tués et 11 blessés, dessinateurs de presse, journalistes, policiers, et toutes les victimes, sont activement recherchés pour
"Assassinat, tentative d'assassinat, vol à main armée en bande organisée, et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes".
Procureur de Paris François Molins, le 7 janvier 2015.

En cas d'information, un numéro Vert : 0805 02 17 17 (7 jours/7 - 24h/24) 
ou sur le site www.securite.interieur.gouv.fr

La nouvelle édition de Charlie Hebdo est prévue la semaine prochaine.

"La liberté d'expression au bout de nos crayons" (slogan de journalistes)





Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.