Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Vendredi 20 Novembre 2009 - 08:38
Charlotte Reynaud et Mickaël Fonton


        

Le charme intemporel des « petits métiers » du Luxembourg

Sixième Tribune


Au cœur du jardin emblématique du VIe, tour d’horizon des attractions qui, résistant aux modes passagères, font toujours le bonheur des petits et des grands…




Les chaises vertes du Jardin du Luxembourg
Les chaises vertes du Jardin du Luxembourg
A 9 heures, le Jardin s'éveille. Les jardiniers occupent la place, soignent les allées, disposent les célèbres chaises vertes reproduites aux quatre coins de la planète. Les gendarmes patrouillent déjà, serrant la main aux agents d’entretien. Les dames-pipi prennent place et les employés du musée commencent à pousser la lourde grille de l'Orangerie. Pas un cri d’enfant, pas un passant, si ce n’est les pompiers de Paris qui s’entraînent.

Vers 10 heures, alors que les premiers rayons réchauffent l’atmosphère, la caissière du théâtre de marionnettes arrive en courant. Deux minutes de retard. Plusieurs enfants piaffent déjà d’impatience avant la représentation des « Petits cochons », prévue pour dix heures trente. Etabli dans le Jardin depuis 1933 par Robert Desarthis, le théâtre est aujourd’hui le plus grand théâtre de ce genre en France, avec ses 2500 marionnettes sculptées et confectionnées dans ses ateliers. Une histoire de famille, puisque l’actuel directeur artistique, Françis-Claude Desarthis, n’est autre que le fils du fondateur. La cloche sonne enfin, rameutant des dizaines d’enfants. Vêtue de vert et de rouge, souriante, la caissière témoigne : « Le guignol a toujours autant de succès. Il amuse les enfants, et les gens d’esprit. Tous les gens qui viennent y sont allés quand ils étaient enfants. C’est très attachant comme lieu. »

Madeleine de Proust et crêpes sucrées…

Au détour d’une allée, l’attelage de poney s’organise. La petite calèche est encore vide, et David soigne ses bêtes. Les poneys sont sellés, peignés et attachés ensemble. Une attraction très populaire, maintenue depuis près d’un siècle. « C’est un travail très agréable, en fait, ça ne ressemble pas vraiment à un travail. Ici, c’est un peu une petite ville dans la ville, au service des enfants. Nous sommes là pour leur faire plaisir, à eux ou à leurs parents, car si les parents sont aussi friands de nos attractions, c’est qu’ils les ont connues quand ils étaient enfants. Le Luxembourg a un aspect figé dans le temps qui fait tout son charme. » Le Luxembourg, Madeleine de Proust ? Assurément à voir les mines réjouies des parents et grands-parents. Et il suffit de tendre l’oreille pour les entendre raconter à leurs petits enfants l’époque où ils enfourchaient les canassons après avoir applaudi Guignol.
L’après-midi, les petits cabanons à friandises ouvrent leurs volets. Les crêpes et les bonbons sont offerts à la gourmandise des passants. Des moulins à vent, des ballons, et même un joli moineau dans une cage viennent parachever la décoration. « C’est une bonne journée, explique Carole, je n’ai pas arrêté, j’ai vidé toute ma pâte à crêpe. Les fins de semaine, c’est toujours très porteur. Les grands-mères récupèrent leurs petits-enfants, et en profitent pour leur faire plaisir. Je commence à en connaître plusieurs, parce que les clients sont souvent réguliers. Ce sont des habitués du Jardin, ou du quartier. »
Les poneys du Jardin
Les poneys du Jardin

Les heures s’égrènent. A 17h15 le sifflet retentit et, comme un seul homme, ces clowns un peu vieillis, ces Peter Pan de l’enfance, ces passionnés du jouet remballent leurs trésors : le loueur de bateaux replie ses voiles ; la vendeuse de crêpes nettoie sa poêle ; le promeneur des poneys détache ses bêtes ; la caissière du théâtre des marionnettes range sa cloche. Rendez-vous demain...même s’il pleut.
(c) Google - Le Jardin du Luxembourg vu du ciel
(c) Google - Le Jardin du Luxembourg vu du ciel







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.