Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     
Infos
Mardi 15 Avril 2014 - 13:13
Pierre

Cet article cite : france, ile de france, paris

        

Mantes-la-Ville et Aulnay-sous-Bois : les enjeux de la reconversion des friches industrielles

Texte participatif sur les friches industrielles.


La reconversion des friches industrielles est devenue au fil des ans une problématique de plus en plus importante dans le pays. Après l’âge d’or de l’industrie, durant lequel les usines se sont multipliées, nous sommes aujourd’hui dans une phase de désindustrialisation de l’économie non sans rapport avec les différentes crises financières qui ont frappé le monde entier. Les usines d’hier sont devenues les friches industrielles d’aujourd’hui. Ces sites laissés à l’abandon, parfois pollués, sont plus de 400 000 en France et représentent un véritable poids pour l’économie du pays. Un gaspillage d’espace urbain qui pose problème alors que la France aurait pourtant bien besoin de plus de terrains disponibles au vu de la pression foncière actuelle. La reconversion des friches industrielles est cependant de plus en plus courante, particulièrement en Île-de-France avec les sites d’Aulnay-sous-Bois et de Mantes-la-Ville.




Logements sociaux et création d’emplois

Une gigantesque halle, 40 hectares, 300 mètres de long. La surface laissée par l’usine Sulzer à son départ de Mantes-la-Ville dormait depuis trop longtemps au milieu de la commune des Yvelines. D’une usine de construction de moteurs de paquebots, le site va bientôt être la colonne vertébrale de 900 logements sociaux.

Comme de nombreuses autres friches industrielles en passe de se reconvertir, le site doit cependant d’abord passer par l’étape dépollution avant que les véritables travaux puissent commencer. Un traitement local et des études au préalable coûtant environ 1,5 million d’euros aux gestionnaires du site, contre 3 millions si le terrain était passé par le centre de tri. Ceci sans compter les aller-retours d’environ 200 camions de la voirie. Pour l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME), aucun doute n’est possible : la reconversion est la meilleure option pour cette ancienne usine de moteurs.

Optimiser l’espace urbain et de surcroit créer plusieurs centaines de logements sociaux à l’heure où la pression foncière est considérable est primordial. Le site de l’ancienne usine PSA d’Aulnay-sous-Bois espère connaître un destin similaire. Âprement discuté durant la campagne électorale des semaines dernières, le projet de reconversion de cette friche industrielle sera précisé « avant l’été » selon la direction du groupe et les élus locaux. Deux longs mois d’attente pour les habitants de la ville et de ses alentours qui voient la réhabilitation du site comme une aubaine économique à ne pas manquer. Et ils ont raison. L’entreprise la plus susceptible de reprendre le terrain, de 180 hectares tout de même, est aujourd’hui ID Logistic qui a signé une promesse de vente en novembre 2013. Si cette signature aboutit à un contrat, pas moins de 600 emplois seraient créés, dont une partie réservée aux anciens salariés de PSA. La Société du Grand Paris et Siemens sont également intéressés.

Dépollution et relance économique, les enjeux de la reconversion des friches

« Pour pouvoir retrouver des programmations de la vie ordinaire, que sont les logements, les activités, les bureaux et les équipements, il y a des nécessités de traiter ces sites et de leur redonner des caractéristiques qui permettent à ces programmes de s’implanter ». Les acteurs de l’aménagement urbain de l’Île-de-France comme Nathalie Garain-Chéreaux, chef de projet pour l’EPAMSA (Établissement public d’aménagement du Mantois Sein-Aval) sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux questions de reconversion des friches industrielles, qui recouvrent bien plus d’aspects qu’on pourrait imaginer au premier abord.

De nombreux anciens sites industriels présentent des sols pollués du fait de l’activité d’usines anciennement implantées ; leur dépollution inquiète souvent les riverains. À ce sujet, Nathalie Garain-Chéreaux se veut rassurante : « il y a nécessité à traiter ces sites (…) c’est pour cela que toute la question du traitement s’est mise en place ces 15 dernières années et que des entreprises ont travaillé sur le sujet ». La dépollution est en effet une question importante qu’il est normal de mettre au premier plan et la procédure en vigueur est en parfaite adéquation avec l’aspect crucial de cette étape de la reconversion. « En cas de construction, il y a obligation de réaliser une étude de sol afin d’établir les mesures de gestion de la pollution à mettre en œuvre pour que le projet soit compatible avec l’état des sols » précise Thierry Baig de l’ADEME. Lors du dépôt de permis de construire et d’aménager, le maître d’ouvrage est ainsi tenu de fournir une attestation garantissant la réalisation d’une étude de sol complète et la prise en compte de ses résultats dans le processus de dépollution du site. La loi est bien faite et les incidents dans le secteur sont proches du niveau zéro.

Les réhabilitations d’anciens sites industriels aident ainsi à la protection de la santé et de l’environnement en implantant sur d’anciens sites pollués de nouvelles activités respectueuses de l’environnement. Elles permettent également la préservation du patrimoine foncier et optimisent l’espace urbain en créant de nouveaux usages. Mais reconvertir les friches industrielles à travers le territoire, c’est avant tout aider au développement des collectivités en libérant du foncier pour répondre aux attentes des habitants. Emploi, logement, commerce… Les friches sont une ressource importante de richesse qu’il serait dommage de négliger.







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.



Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.