Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



Cet article cite : bouygues, FO, france, ile de france, paris, SFR
03/03/2014 - 17:55
Badinette
        

Rachat de SFR par Bouygues : menace sur l’emploi et hausse des prix

Texte participatif sur la baisse du nombre d'opérateurs téléphoniques en France.



Rien ne va du côté de Bouygues aujourd’hui. Déjà en pleine crise depuis plusieurs années, l’opérateur propose de racheter SFR afin d’essayer de sauver le peu qu’il lui reste. Suppression d’emplois, hausse des prix, mise en danger du principe de concurrence, abandon du plan très haut débit, Martin Bouygues semble prêt à tout pour redorer le blason de son entreprise.



Depuis plusieurs semaines, voire mois, l’opérateur SFR, en mauvaise posture, est au centre de toutes les convoitises. Aujourd’hui, les choses s’accélèrent enfin.

Après la confirmation du propriétaire de Numericable, Patrick Drahi, de sa volonté d’acquérir l’opérateur, c’est aujourd’hui au tour de Martin Bouygues, propriétaire de Bouygues Telecom, de contre-attaquer. Ce dernier souhaite désormais lui aussi fusionner avec l’opérateur de Vivendi. Une proposition qui inquiète de nombreux acteurs du marché, l’Arcep et le Gouvernement en tête.

« Une consolidation entre deux acteurs serait nécessairement synonyme d’un certain nombre de doublons. Qui dit doublons dit casse sociale et ça n’est pas une perspective qui enchanterait le gouvernement ». En janvier dernier, la ministre Fleur Pellerin s’inquiétait déjà d’une telle possibilité. Si Bouygues rachète SFR, l’entreprise se retrouvera avec plusieurs pôles d’activités qui réaliseront les mêmes tâches. Réseaux nationaux 2G, 3G, 4G, ADSL, services mobiles, services fixes Triples Play… Les activités de Bouygues et de SFR sont aujourd’hui semblables et la création de doublons qu’impliquerait cette fusion entrainerait sans aucun doute une catastrophe industrielle à l’échelle nationale.

Les milliers de salariés de SFR qui effectuent chaque jour le même travail que ceux de Bouygues pourraient bien se retrouver du jour au lendemain sans emploi. Une thèse que confirme Bernard Alain, secrétaire national de la fédération FO des télécoms et syndicaliste chez Bouygues, selon qui Bouygues et SFR possèdent « les mêmes métiers, les mêmes directions et presque les mêmes effectifs » qu’il faudra indubitablement diviser par deux si fusion il y a.

Outre les menaces sur l’emploi, cela signifierait également un passage de 4 opérateurs nationaux à seulement trois. Une baisse du nombre d’opérateurs qui représenterait un véritable danger concurrentiel selon l’Autorité de la concurrence qui a tenu à rappeler le cas allemand. Le rapprochement de deux des principaux opérateurs allemands Telefonica et E-Plus a récemment été épinglé par la commission européenne pour avoir fait augmenter les prix pour les abonnés du pays de 13 à 17 % en moyenne. Une hausse des prix et une attaque à la concurrence qui ne plairaient ni au ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, ni aux abonnés français.

En attendant, chacun y va de son petit commentaire. Quand Fleur Pellerin et Bernard Alain semblent s’orienter vers Numericable et le développement du plan très haut débit qu’induirait une fusion du câblo-opérateur avec SFR, d’autres prévoient l’arrivée dans la compétition de Free, passé maître dans l’art des arrivées surprises. Après la guerre de la 4G en novembre dernier et celle de l’Internet fixe en janvier, le monde des télécoms n’a pas fini de faire parler de lui cette année.

© Butch - Fotolia.com
© Butch - Fotolia.com



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.