Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »



23/07/2009 - 16:24
Ghislain Fornier de Violet
        

Réforme à marche forcée pour le 1% Logement

Paris Tribune.fr



L’UESL, l’organisme gérant le 1% Logement vient de faire le bilan des réformes engagées.



Métamorphose ?

Le 1% Logement adopte l’appellation Action Logement, qui rappelle davantage la vocation première de l’organisation, « centrée sur la production de logements aux concitoyens ». Par ailleurs « 1% » n’apparaît plus cohérent, puisque depuis 1992, les entreprises de plus de 20 salariés cotisent à hauteur de 0.45% de leur masse salariale.
(c) Alison Cornford-Matheson - Fotolia
(c) Alison Cornford-Matheson - Fotolia

« Efficacité et transparence »

Jérôme Bédier, président depuis septembre 2008 de l’UESL (Union d’économie sociale pour le logement), se félicite du processus de réorganisation des CIL (Comités interprofessionnels pour le logement), les organismes collecteurs du 0.45% auprès des entreprises, et de la « vitalité d’un réseau capable de se réorganiser en profondeur en moins de 6 mois ». Le réseau passe donc de 109 collecteurs (96 CIL et 13 CCI, chambres de commerce et d’industrie) à 21. Quatre autres CIL sont en attente de validation.
Action Logement brasse 4 milliards d’euros par an dont un tiers pour le renouvellement urbain, et deux tiers pour l’aide aux salariés accédant à la location et à la propriété. Elle a souvent été critiquée par la Cour des Comptes pour la gestion opaque de ses fonds, et cela dû au nombre élevé de collecteurs. L’organisme veut à présent faire de la transparence son maître-mot. Le nouveau réseau de CIL/CCI, qui se veut davantage axé sur la concertation avec les entreprises et leurs salariés, devrait, selon M. Bédier, gagner en efficacité. Et en transparence quant au nombre exact de logements qu’il propose aux salariés.

Nouvelles responsabilités

Une nouveauté depuis la réforme du 1% logement décidée en septembre 2008, l’Action Logement contribue à la réhabilitation des quartiers et logements anciens par un financement de deux organismes publics : l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), et l’Anah (Agence nationale de l’habitat) à hauteur de 850 millions d’euros. En revanche, l'UESL revoit à la baisse ses subventions à la Foncière Logement, association chargée de promouvoir la mixité sociale. Cette dernière a déjà été prise pour cible par la Cour des Comptes en raison d’irrégularités dans sa gestion financière.



Les faits | Les opinions | Flash



Publicités





Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.