Connectez-vous S'inscrire
   
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
Paris Tribune
Mobile
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Vimeo
Newsletter
     


Vidéos les plus récentes
Infos Paris
02/06/2017
Infos cosmopolites
16/11/2015
1 sur 13
Autres infos
Mercredi 18 Février 2015 - 10:13
Raub Nadine


        

Service public : gaziers et électriciens fortement mobilisés à Paris

Texte participatif


Dimanche 29 janvier dernier, plusieurs milliers de salariés de l'industrie électrique française s'étaient donnés rendez-vous dans les rues de la capitale pour dénoncer la remise en cause des concessions et la privatisation des barrages hydrauliques. Une ouverture à la concurrence entérinée dans le projet de loi de transition énergétique et qui aurait pu passer inaperçu sans la détermination de nombreux syndicats inquiets pour l'avenir du réseau hydraulique français et de son personnel.




Photo libre de droit de David Monniaux.
Photo libre de droit de David Monniaux.
Organisée en parallèle du mouvement de grève des cheminots à l'appel des fédérations CGT et FO de l'énergie, la manifestation pour défendre le service public de l'énergie aura rassemblé plus de 17.000 gaziers et électriciens venus de toutes les régions de France pour battre le pavé parisien.

En cause, le projet de loi de transition énergétique adopté par l'Assemblée nationale en première lecture et actuellement discuté au Sénat, qui prévoit l'ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques. Selon ces nouvelles dispositions législatives, la propriété des ouvrages hydrauliques français devrait rester publique, mais l'exécution des concessions pourra se faire désormais par le biais de sociétés d'économie mixte où la part publique pourrait devenir minoritaire. L’État pourra ainsi se désengager jusqu’à 66 % et ne garder alors que 34 % des parts, tandis que de nouveaux acteurs du marché financier (Français, Européens, mais aussi extra communautaires) fortement intéressés par les gros aménagements, pourront faire leur entrer dans la filière.

Une mise à mort programmée du service public hydraulique pour le syndicat CGT, qui suite à la journée de mobilisation nationale du 29 janvier dernier, encourage les personnels des industries électriques à rester mobilisés. "Notre inquiétude c’est que tout l’argent que l’on met aujourd’hui pour la sécurité, la sûreté des ouvrages ou la maintenance de nos installations ne serve plus qu’a rétribuer des actionnaires privés ou des fonds de pension", souligne Laurent Farenc secrétaire CGT des agents de production en Ariège. "L'énergie n'est pas une vulgaire marchandise" ajoute Joël Belloncle, militant CGT chez GDF Suez, pour qui privatiser "ce qui marche" (à savoir les exploitations hydrauliques) est un vrai "scandale".

Des propos qui reflètent bien l'état d'esprit des salariés de la filière énergétique, inquiets de voir brader le patrimoine français aux premiers venus pour répondre à des exigences européennes mal adaptées et rembourser la dette de l'Etat. Rappelons ici que depuis le début de 20ème siècle, le droit français donne la priorité au concessionnaire sortant dans le régime de concession. Ce dernier est en effet privilégié et reconduit dès que sa concession arrive à son terme. Or, avec l'ouverture à la concurrence des activités de production électrique, la Commission européenne a demandé aux autorités françaises la suppression de ce droit de préférence.

Cela étant, les enjeux de la privatisation hydraulique ne se limitent pas aux aspects financiers et l'efficacité même du réseau électrique national pourrait en pâtir. La CGT est en effet fortement préoccupée par les risques pouvant découler d'un éclatement des concessions. La production hydraulique et la gestion des rivières font parti d'un ensemble cohérent, permettant à la fois de réguler le réseau électrique et de garantir un étiage suffisant des cours d'eau destiné au refroidissement des centrales nucléaires. Une cohésion du réseau qu'il paraît bien difficile de garantir une fois les mouvements de privatisation enclenchés.

En parallèle, la privatisation et l'émiettement de la production hydroélectrique entre plusieurs entités fait peser selon le syndicat de gros risques sur l'emploi, sans parler des modifications des conditions de travail du personnel. L'exemple des sociétés d'autoroute, autre biens français amortis et laissé au libre marché, fait en effet craindre une gestion dictée par la rentabilité et le profit des actionnaires au détriment des salariés.







Publicités



Paris Tribune : Je viens de suivre Clelia Ninoc sur #Vimeo : https://t.co/REWxiIPv6v
Paris Tribune : La page Facebook de Laetitia Avia particulièrement commentée suite à son histoire de 12 euros. #Paris #ValdeMarne https://t.co/X3PKBiKEZ3
Paris Tribune : La député versus le chauffeur @LaetitiaAvia @RichardFerrand @TaxiActu @FOTaxis @hypeTaxi @ObsTaxiVTC @UberFR #Paris https://t.co/IwRLaCGceg

Supers élus de Paris.


Forum des Halles et Canopée : les maires de Paris assument tout.




Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Paris Tribune sélectionne les petits et grands moments des débats publics à Paris

Le meilleur des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux : dix arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du Parti Socialiste (3e, 4e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissement), un arrondissement avec un maire membre du parti Europe Ecologie Les Verts (2e arrondissement), et 9 arrondissements avec un maire d'arrondissement membre du parti Les Républicains (1er, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e et 17e arrondissement). Paris Tribune propose une information vérifiée avec articles et brèves, photos, vidéos, et documents audio et PDF à télécharger en tant que membre abonné ou inscrit. Les abonnés peuvent déposer en ligne des textes et photos pour une publication dans les rubriques Infos et Autres infos et dans le dossier correspondant ainsi que dans l'agenda et les petites annoncesChaque lecteur trouve à coup sûr dans Paris Tribune une information de qualité, en réponse à ses besoins en information sur les votes à la mairie de Parisdans les arrondissements de Paris, à la métropole du Grand Paris, et au conseil régional d'Ile-de-France.