Connectez-vous S'inscrire
Menu

Institut Hongrois de Paris
26/09/2010 - 14:53


        

1er octobre : Festival international Signes de Nuit

(Communiqué)



Le festival Signes de Nuit à l'honneur l'Institut hongrois de Paris dans le 6ème arrondissement de Paris. Festival de l'art documentaire et de création audio-visuelle et cinématographique à l'Institut hongrois de Paris, en plein air.



(c) Menlibayeva
(c) Menlibayeva
Primé à Karlovy Vary et à Hambourg, le court métrage de Gyula Nemes est présenté dans le cadre du festival Signes de Nuit.

Programme :
- Mondes perdus (2008) de Gyula Nemes
Durée : 20 minutes
La démolition, puis la reconstruction du boulevard Kopaszi, au centre du Budapest, entre 1998 et 2007. Habitations de fortune, particuliers affrontant l'intempérie et la poussée des investisseurs.

- Coagulate (2008) de Mihai Grecu
Durée : 6 minutes
Absences, présences et distorsions aquatiques dans une chorégraphie des fluides. Des forces énigmatiques contorsionnent les lois physiques et affectent le comportement des êtres vivant dans des espaces épurés.

- Exodus (2009) d’Almagul Menlibayeva
Durée : 11 minutes
Exodus, à la manière d'un conte étrange et puissant, documente d'anciennes traditions aujourd'hui disparues au Kazakhstan.

- Présence simple futur parfait (2008) de Davide Pepe
Durée : 5 minutes
Voyage retentissant dans un espace de nervosité magnifique où la menace est partout. La beauté se dépare et l'alphabet existentiel.

- Dissolution (2008) d’Umesh Vinayak Kulkarni
Durée : 12,30 minutes
Le monde d'hier. Où les journées étaient à la paresse, et les portes sans verrous. Où on croyait encore à l'espoir et au bonheur. Ce monde se termine. Avec lui disparaît l'ombre de ma grand-mère.

- Journal de Fin (2009) de Juan Alejandro Ramirez
Durée : 24 minutes
Une femme, affrontant le plus morne futur, conte sa vie par des sketches, par des épisodes apparemment pris au hasard. Confessions presque viscérales, brutalement lucides, et néanmoins libératoires.

- Clean up (2008) de Sebastian Mez
Durée : 9 minutes
Son travail est de nettoyer les chambres où l'on administre la peine capitale par injection létale. Un rituel dans le quel le spectateur devient témoin d'une exécution.

"Festival Signes de Nuit" à l'Institut hongrois de Paris , 92 rue Bonaparte 75006 Paris.
Entrée : 12 / 7 €


Le journal Paris Tribune | Première Tribune | Deuxième Tribune | Troisième Tribune | Quatrième Tribune | Cinquième Tribune | Sixième Tribune | Septième Tribune | Huitième Tribune | Neuvième Tribune | Dixième Tribune | Onzième Tribune | Douzième Tribune | Treizième Tribune | Quatorzième Tribune | Quinzième Tribune | Seizième Tribune | Dix-Septième Tribune | Dix-Huitième Tribune | Dix-Neuvième Tribune | Vingtième Tribune | Grand Paris Tribune | Paris Tribune France | Le journal des Māʻohi | Paris Tribune Europe | Paris Tribune Monde | Paris Tribune Bien-être | Paris Tribune Enchères | Paris Tribune Livres | Paris Tribune Scope | Paris Tribune Sports | La Révolution Française | Ils sont cités | Au Journal Officiel | Ephéméride | La rédaction | Le journal | Régie | Contenus sponsorisés


Publicité


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com