Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune Paris Tribune
     



© Paris Tribune, « observateur des débats publics à Paris »


19/02/2011 - 15:17
La rédaction avec la participation de Marie-Marthe Mbumba
        

Jusqu'au 29 mai 2011 : Exposition Ecrins impériaux et splendeurs diplomatiques du Second Empire





(c) Musée national de la Légion d’honneur à Paris.
(c) Musée national de la Légion d’honneur à Paris.
Ecrins impériaux - Splendeurs diplomatiques du Second Empire

Le musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie présente du 19 janvier au 29 mai 2011, l’exposition événement « Écrins Impériaux » : 150 décorations-bijoux ayant appartenu à l’Empereur Napoléon III et à son fils Louis-Napoléon, Prince impérial.
Ce trésor sauvé de l’incendie des Tuileries et minutieusement rangé dans des plateaux gainés de moire et de velours témoigne de la vie diplomatique, brillante et novatrice de la France au Second Empire.
Ce formidable ensemble présenté pour la première fois au public dans sa totalité, est un voyage unique dans le monde du XIXe siècle, où chaque bijou raconte une histoire, une amitié, une victoire, un accord politique ou économique.

Napoléon III, précurseur de la France Moderne.
Issu de la famille Bonaparte, Charles Louis Napoléon Bonaparte dit Louis-Napoléon Bonaparte (20 avril 1808/9 janvier 1873) est le premier président de la République française élu le 10 décembre 1848 au suffrage universel masculin.
Il fut empereur des Français (1852-1870) sous le nom de Napoléon III à partir du 2 décembre 1852.
Il est donc à la fois le premier président de la République française et le dernier monarque français.
L'exposition « Écrins Impériaux » retrace l’histoire de Napoléon III racontée par ses décorations depuis son accession à la Présidence de la République le 10 décembre 1848, en passant par le Coup d'Etat du 2 décembre 1851 et le rétablissement de l'Empire le 1er décembre 1852 jusqu'à la chute de l'Empire et la Proclamation de la République, le 4 septembre 1870.
On y découvrira la modernité de celui qui fut l'un de nos chefs d'Etat les plus contestés. Précurseur de la France moderne, Napoléon III, visionnaire, idéaliste, épris de progrès, inventeur du voyage présidentiel et étonnamment intuitif dans sa politique arabe, sut entrevoir l’Europe des nations et le pouvoir hégémonique de l’économie dans les relations internationales.

Ecrins impériaux, l’exposition événement
Le musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie présente du 19 janvier au 29 mai 2011, l’exposition événement « Écrins Impériaux » : 150 décorations-bijoux ayant appartenu à l’Empereur Napoléon III et à son fils Louis-Napoléon, Prince impérial.
Ce trésor sauvé de l’incendie des Tuileries et restitué à la famille impériale a été cédé à la France en 1979 par le Prince Napoléon, soucieux de préserver un patrimoine historique national.
Minutieusement rangés dans des plateaux gainés de moire et de velours, plus de 150 insignes illustrent la vie diplomatique brillante de la France au Second Empire.
Chaque bijou raconte une histoire, une amitié, une victoire, un accord politique ou économique.
Ils accompagnent, pas à pas, la vie de la famille impériale et illustrent l’ambition internationale d’un empereur profondément moderne et soucieux de la grandeur de la France dans un monde en pleine mutation.
Pour la première fois, on pourra découvrir et admirer les plus belles pièces de l’histoire diplomatique du Second Empire qui composent un fonds de référence d’une richesse exceptionnelle :

Le collier du très prestigieux ordre de la Jarretière remis à l’empereur le 18 avril 1855 par une reine Victoria, toute émue selon son journal.
Le collier de l’éphémère ordre de l’aigle du Mexique concédé à Napoléon III dès la création de l’ordre par l’empereur Maximilien, le 1er janvier 1865.
Le collier de Saint-André de Russie assorti de tous les insignes des principaux ordres russes.
La Toison d’or enrichie de saphir.
Des insignes des quatre coins de l’Europe.
La médaille commémorative de la campagne d’Afrique du sud gravée au nom du Prince Impérial tué au combat et remise à titre posthume à sa mère.
Il est rare qu’une telle collection ait pu rester intacte, nous transmettant un témoignage unique des liens diplomatiques tissés par un chef d’État, tout au long de son règne. A l’heure de la mondialisation, elle symbolise avec éclat une des maximes visionnaires de Napoléon III : « plus le monde se perfectionne, plus les barrières qui divisent les hommes s’élargissent, plus il y a de pays que les mêmes intérêts tendent à réunir. »

Le musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie
Le musée occupe une aile moderne élevée entre 1922 et 1925 sur l’emplacement des anciennes écuries de l’hôtel de Salm. Créé au lendemain de la Première Guerre mondiale, le musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie a été inauguré en 1925.
Au noyau initial des collections, composé du fonds de la grande chancellerie, de grands dépôts des musées nationaux et de la collection d’un amateur éclairé, Maurice Bucquet (1860-1921), se sont ajoutés, au fil du temps, de nombreux dons et achats prestigieux. Il abrite depuis 2008, l’exceptionnelle collection d’ordres et décorations de l’Ambassadeur Antonio Benedetto Spada.
Il est un des rares musées au monde exclusivement dédié aux ordres et récompenses français et étrangers.

Musée en accès libre tous les jours sauf le lundi, de 13h à 18h.
Renseignements : 01 40 62 84 25

Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie.
2, rue de la Légion d’honneur
(parvis du Musée d’Orsay) 75007 Paris
Musée et exposition en accès libre.

Source : Mairie du 7e arrondissement.

Les faits dans le 7e arrondissement de Paris | Les opinions dans le 7e arrondissement de Paris | Flash Paris 07


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.