Connectez-vous S'inscrire
Portail Paris Tribune

L’invitation au voyage réussie de Justine Maillard

La collection complète de « Paris ma jolie » dans l’écrin choisi du château de Rilly, près de Reims.


La talentueuse photographe a dévoilé pour la première fois la collection complète de « Paris ma jolie » dans l’écrin choisi du château de Rilly, près de Reims. Au programme de la soirée : magie et enchantement autour de la clé de l’évènement : un voyage à travers le monde du burlesque.


        

C’est au cœur d’une ancienne maison de champagne du XIXe siècle, le château de Rilly, situé près de Reims, que Justine Maillard a choisi de dévoiler pour la première fois la collection complète de « Paris Ma Jolie » à ses convives d’honneur.

Ambiance boudoir au Château de Rilly

La ville de Reims a été sélectionnée pour accueillir l’évènement car c'est entre autre sa ville de cœur, là où elle a vécu ses trois premières années d'entrée dans le monde professionnel de la création, là où elle nouait ses premiers contacts.

Dans le château, trois petits salons, le hall d’entrée et la réception ont été habillés avec les photographies de l’artiste. Pour mettre au mieux en valeur les photographies et jouer avec la décoration classique de l’endroit, les trente toiles ont été disposées sur des chevalets créant une dynamique et des jeux de regards avec les tableaux de la décoration existante.

La clé de l’évènement : le spectacle burlesque autour du monde

La collection de photographies  « Paris ma Jolie » est au départ une initiative de Justine Maillard pour faire découvrir les grands noms de la nouvelle scène burlesque au cœur de l’écrin magique qu’est la ville de Paris. Chaque danseuse se dévoile à travers les photos dans leur côté le plus féminin, charmeur et iconique.

En créant une soirée évènement pour dévoiler le projet entier, l’artiste a voulu livrer la clé de cet univers burlesque en invitant ses convives à un voyage dans le monde inédit.
 

Pour ouvrir la soirée, la marraine du projet Miss Anne Thropy a ouvert la soirée de vernissage en interprétant de grands classiques tels que « At last » de la diva Etta James.

L’hôte de la soirée, le boylesque Charly Voodoo, a ensuite dévoilé le nom des artistes qui allaient faire vivre ce voyage autour du monde. Chaque danseuse et son numéro ont donc été présentés par des textes poétiques écrits sur des cartes postales anciennes.

Autour du piano entourés de deux grands chandeliers, le boudoir feutré du château Rilly était fin prêt à accueillir le premier numéro.

Loulou Champagne ouvre le bal par un « balloon pop », numéro consistant à dévoiler son corps en perçant un à un les ballons qui l’entourent, laissant autour d’elle un voile de paillettes scintillantes. 

Minnie Valentine a emmené les convives à Java, en hommage à Mata Hari.
Belle Marquise a ensuite vogué vers Hollywood, avant que Joy Va Voï ne poursuive l'escale, vêtue de son long boa de plumes d'autruches.

Louiza Ventura et ses grands éventails noirs ont ensuite transporté les convives au cœur d'une terre mystique inconnue, Sucre d’orge et son bal du flamant rose ont transporté les voyageurs au cœur d'un coquet et coquin Paris.
Charly Voodoo, le seul boylesque de la soirée, a illuminé les invités en jonglant avec des balles de feu.
Enfin Anna Bogen est apparue en effeuilleuse orientale ornée d’ailes d’isis pour représenter l’Orient et plus particulièrement l’Egypte.

Miss Anne Thropy a refermé le show en interprétant Tribute to Mae West, en hommage à cette icône des années folles et de l'âge d'or du cinéma et du music hall.

Après un tonnerre d’applaudissements des invités ébahis et stupéfaits de ce vernissage hors du commun, Justine Maillard a tenu a remercié toutes les personnes qui l’ont aidé et soutenu dans la réalisation du projet mais aussi pour cette soirée.

L’artiste tient aussi spécialement à remercier Laetitia Doucet de la boutique Princess Boudoir sans qui l’évènement n’aurait pas été possible sur Reims.

Faire voyager les villes de France et d’ailleurs

Après cette parenthèse dans le temps, les invités, pleins de paillettes et de plumes dans les yeux, ont pu se délecter autour d’un cocktail boudoir composé de bêtises de cambrai, de macarons gourmands et de petites spécialités rémoises dont le fameux boudoir de Reims, petit biscuit rose aux couleurs et au nom de l'ambiance de la soirée.

Les invités ont ensuite profité de la soirée jusqu’aux douze coups de minuit au rythme des musiques endiablées du DJ Kiwistar, grand nom de la scène electroswing. Cette soirée voyage et vernissage inédite fut une réussite dans la capitale du champagne.

Une expérience atypique que Justine Maillard souhaite renouveler dans les villes de France étrangères à l’univers burlesque, afin de partager l'enchantement et la magie de cet univers, à l'image des tournées des cabarets d'antan.

Appel aux dons pour un nouveau projet

L’évènement de Reims était également l’occasion pour l’artiste de lancer un appel aux dons pour l’aider à financer les frais de la soirée mais aussi son nouveau projet. Pour continuer à émerveiller les spectateurs, l’artiste a toujours besoin de soutien !

Le 19 mai 2012 au Moulin Rouge se tiendra une soirée avec Bart and Baker pendant laquelle les tirages de « Paris Ma Jolie » seront exposés.

Lorsque la page « Paris ma jolie » se tournera, Justine Maillard approfondira l’univers du burlesque et de ses icônes pour un nouveau projet, beaucoup plus intime, et qui consistera à capter l’émotion la plus profonde de chaque artiste.


Article du 9 décembre 2011 :
Justine Maillard : l’artiste photographe en quête de féminité.




Géraldine Bruno-Jelasti
24/04/2012 - 12:35




et aussi
< >

Samedi 22 Avril 2017 - 12:25 Stéphane Gisclard magnifie la femme libre €

Edition spéciale Gilets Jaunes | Le journal Paris Tribune | Paris Tribune Post | Māʻohi Tribune | Libye Tribune | Fontenay Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Art de vivre | Ventes aux enchères | Paris Tribune Livres | Paris Tribune Scope | Paris Tribune Sports | Ephéméride | Ils sont cités | Le journal du 1er arr. | Le journal du 2e arr. | Le journal du 3e arr. | Le journal du 4e arr. | Le journal du 5e arr. | Le journal du 6e arr. | Le journal du 7e arr. | Le journal du 8e arr. | Le journal du 9e arr. | Le journal du 10e arr. | Le journal du 11e arr. | Le journal du 12e arr. | Le journal du 13e arr. | Le journal du 14e arr. | Le journal du 15e arr. | Le journal du 16e arr. | Le journal du 17e arr. | Le journal du 18e arr. | Le journal du 19e arr. | Le journal du 20e arr. | La Révolution | La rédaction | La régie | Le Journal






Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.

cookieassistant.com