Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

Le Louvre-Lens : ouverture au public le 12.12.12

Le Louvre-Lens ouvre ses portes au public le 12 décembre 2012, après avoir été inauguré officiellement le 4 décembre par le Président de la République.


Le Musée du Louvre-Lens présenté par Daniel Percheron, Président de la Région Nord-Pas de Calais.


4 Décembre 2012 - 21:17
     

Rêvée dès 2003, l'idée se concrétise en 2012. Un appel à projet lancé par le Ministère de la Culture à travers toute la France, et c'est la région Nord-Pas de Calais qui s’est seule portée candidate.

Elle propose plusieurs villes : Arras, Calais, Boulogne-sur-Mer, Valenciennes, Amiens, Béthune et Lens. C'est le site de Lens qui est retenu par le Président de la République.

Daniel Percheron : "Pourquoi le Louvre à Lens ?"

Parce que j’en ai rêvé ! En 2003, j’ai lu dans un entrefilet du journal Le Monde, qu’il y aurait une antenne du Louvre en province. En tant que Président de Région, j’ai immédiatement pensé que le Nord-Pas de Calais pouvait accueillir cette antenne. À titre personnel, je suis passionné d’égyptologie, et le musée du Louvre m’a toujours fasciné. Nous étions alors en pleine dynamique "Lille 2004, capitale européenne de la culture". Je voulais que la Région accompagne cet événement et j’avais initié une vaste opération baptisée les "Beffrois de la culture", qui amenait des chefs-d’œuvre dans des villes où il n’y avait pas de musée. Nous avions également organisé l’exposition "Mariette" à Boulogne-sur-Mer. C’est à cette occasion que j’ai rencontré le Président-directeur du musée du Louvre, Henri Loyrette. Je lui ai demandé si la candidature de Lens serait ridicule. Il m’a répondu : "Non, au contraire".

Le Conseil régional Nord-Pas de Calais est le maître d’ouvrage du Louvre-Lens, son principal financeur et il assurera 80 % du budget de fonctionnement de l’EPCC. L’investissement de l’institution régionale allait-il de soi ?

Non, en aucun cas, il y a dans cette démesure du rôle de la Région, l’énergie du désespoir. Nous avons tellement besoin de relever la tête, de fixer l’horizon, de montrer le chemin à notre population que nous acceptons dans beaucoup de domaines ces paris hors du commun. J’aurais pu comme un bon Président de Région 'normal' me référer au financement de l’Auditorium de Paris, de l’Opéra, ou encore du MuCem à Marseille dans une ville bien pensante où le gouvernement précédent a largement dépensé.
Je ne l’ai pas fait car je suis le Président de la Région Nord-Pas de Calais, je ne l’ai pas voulu parce que c’est par centaines de milliers d’emplois que la région s’est vidée de son sang, je ne l’ai pas dit parce que je respecte les femmes et les hommes de ma région, leur patience, leur courage. A travers moi, ils se sont offert le Louvre et reconnaissons qu’ils le méritaient et qu’ils le mériteront bien.

Le plus beau musée du monde qui s’installe au cœur du Bassin minier, c’est donc une revanche ?

Non. C’est une greffe sur le programme génétique de la région, une chance extraordinaire pour le Bassin minier. Nous attendons 500 000 visiteurs par an. Le grand paysagiste Michel Desvigne ne s’y est pas trompé : il va transformer l’archipel noir en un archipel vert, en requalifiant les cités minières et leurs jardins. Avec Euralens, nous allons ouvrir de nouvelles perspectives de développement dans cette région, créer une dynamique identique à celle de Bilbao autour du musée Guggenheim. Justice est enfin rendue à ceux qui ont tant travaillé pour extraire le charbon ! Et c’est pour cela que nous avons décidé la gratuité pour le parc et la Galerie du temps. Je veux pouvoir dire aux Lensois, et aux habitants de la région : ce musée est à vous, vous êtes chez vous !

L’implantation du Louvre a-t-elle joué dans le classement du Bassin minier au patrimoine de l’Unesco ?

Je pense que oui. Lorsque j’ai été auditionné, on m’a fait remarquer que notre patrimoine n’avait pas de réel périmètre. Grâce au Louvre-Lens, il a désormais une centralité. L’arrivée du musée et la mise en mouvement qui en a découlé ont renforcé la crédibilité de notre candidature au titre du "patrimoine culturel évolutif".

Le Louvre à Lens ne risque-t-il pas de faire de l’ombre aux autres musées régionaux ?

Au contraire ! Nous profitons de l’ouverture du Louvre-Lens pour attirer l’attention du monde entier sur la richesse muséographique du Nord-Pas de Calais. Avec 49 musées labellisés Musée de France et plus de 150 musées thématiques, nous sommes véritablement la "Région des musées". Nous sommes la seule région qui offre au visiteur les carrosses de Versailles et les collections du Louvre sur un même territoire.

***
Lens a été retenue car elle bénéficie de nombreux atouts :
- un terrain disponible de 20 hectares en plein cœur d’agglomération et à proximité de la gare ;
- un projet d’aménagement du territoire : EURALENS, intégrant le Louvre-Lens comme tête de pont et centre de l'aménagement de ce territoire ;
- une situation géographique stratégique au cœur de l’Europe ;
- un bassin de 14 millions d’habitants dans un rayon de 200 km ;
- une ville desservie par le TGV ;
- une volonté politique de parier sur le secteur culturel pour asseoir la notoriété et le développement économique de la ville.

Les grandes étapes du projet

- 27 mai 2003 : le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Jacques Aillagon, plaide en faveur d’une décentralisation des grands établissements culturels parisiens.
- Novembre 2003 : Guy Delcourt, Maire de Lens, porte la candidature de sa ville à l’accueil d’une antenne du Louvre. Arras, Calais, Boulogne-sur-Mer,Valenciennes et Amiens déposent également leur candidature (Béthune, un temps candidate, se retirera).
- Juillet 2004 : une délégation conduite par le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, et le Président-directeur du musée du Louvre, Henri Loyrette, visite les sites des six villes candidates.
- 29 novembre 2004 : le Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, désigne Lens comme ville d’accueil du nouveau Louvre.
- 21 janvier 2005 : Daniel Percheron, Président de la Région Nord-Pas de Calais, maître d’ouvrage du futur musée et principal financeur, lance un concours international d’architecture.
- 29 avril 2005 : 6 équipes d’architectes sont choisies parmi 124 cabinets candidats.
- 12 mai 2005 : l’Etat, le musée du Louvre, la Région et les autres collectivités signent un protocole d’accord fixant les conditions techniques, juridiques et financières de réalisation du futur musée.
- 26 septembre 2005 : à l’issue de l’examen par le jury du concours des six projets architecturaux remis, la Région Nord-Pas de Calais désigne comme lauréate l’équipe constituée de SANAA (Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa), Imrey Culbert (Célia Imrey et Tim Culbert) et Catherine Mosbach.
- 11 avril 2006 : en présence du ministre de la Culture et de la Communication, Henri Loyrette, Président-directeur du musée du Louvre, accueille les élus du Nord-Pas de Calais au musée du Louvre.
- 21 mai 2007 : l’avant projet sommaire du projet architectural présenté par l’équipe SANAA, Imrey Culbert (Célia Imrey et Tim Culbert) et Catherine Mosbach est approuvé par le Conseil régional et reçoit l’accord de l’ensemble des partenaires.
- 15 octobre 2007 : organisation à Louvroil, par la Région Nord-Pas de Calais, avec le soutien du Louvre, de la première exposition des Beffrois du Louvre-Lens sur le thème de la « Magie de l’écrit ». Printemps 2008 : organisation du second Beffroi du Louvre-Lens à Bruay-la-Buissière, sur le thème de « Rêver l’horizon, autour des œuvres de Turner ».
- Juin 2008 : lancement du premier appel d’offres pour la réalisation du musée.
- 24 septembre 2008 : tenue d’une séance commune spéciale Louvre-Lens, du Conseil régional Nord-Pas de Calais et du Conseil Economique et Social, en présence des partenaires et acteurs impliqués. Le Louvre y présente le projet scientifique et culturel du futur musée.
- 21 novembre 2008 : à l’Hôtel de Ville de Lens, réunion fondatrice d’Euralens en présence de l’ensemble des partenaires potentiels du projet.
- 30 janvier 2009 : assemblée générale constitutive de l’association Euralens. Mars 2009 : l’agence SANAA, mandataire du groupement de la maîtrise d’œuvre, confie la
conception de la muséographie du Louvre-Lens au STUDIO ADRIEN GARDèRE.
- Avril 2009 : lancement d’une nouvelle consultation d’entreprises pour la réalisation du musée.
- 5 octobre 2009 : la Commission permanente du Conseil régional Nord-Pas de Calais autorise la signature des marchés avec les entreprises retenues par sa commission d’appel d’offres.
- 16 novembre 2009 : installation et démarrage du chantier.
- 4 décembre 2009 : cérémonie de pose de la première pierre et ouverture de la Maison du projet (lieu d’accueil, d’information et de médiation sur le futur musée), conçue par l’agence SANAA et le STUDIO ADRIEN GARDèRE.
- 2010-2012 : construction du musée. La Maison du projet permet de suivre l’évolution du chantier et d’obtenir davantage d’informations sur le musée.
- 3 décembre 2010 : création de l’Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC).
- 28 mars 2011 : nomination de Xavier Dectot comme Directeur de l’Etablissement Public du Louvre-Lens.
- 4 décembre 2012 : inauguration officielle du Louvre-Lens.
- 12 décembre 2012 : ouverture au public du Louvre-Lens.

Informations pratiques :

Accès par la rue Paul Bert ou par la rue Georges Bernanos à Lens - Téléphone : +33 (0)3 21 18 62 62 www.louvrelens.fr

Horaires d’ouverture :
Le musée est ouvert tous les jours de 10h à 18h (accueil des groupes dès 9h). Fermeture hebdomadaire le mardi. Fermeture le 1er mai (Fête du travail).
Nocturnes jusque 22h le premier vendredi du mois, de septembre à juin.

Tarifs :
GRANDE GALERIE ET PAVILLON DE VERRE : entrée gratuite jusque fin 2013.
GALERIE D’EXPOSiTiON TEMPORAIRE :
Tarif plein : 9 € Tarif réduit : 8 € (à partir de 10 billets pour les CE, associations, entreprises).

L’entrée est gratuite, sur présentation d’un justificatif en cours de validité, pour les moins de 18 ans, les groupes scolaires et leurs accompagnateurs (1 adulte pour 4 élèves au maximum), les bénéficiaires du RSA ou de l’aide sociale, les demandeurs d’emploi, le personnel de l’ePcc Louvre-Lens et du musée du Louvre, les personnes handicapées civiles ou victimes de guerre, les membres du conseil International des Musées (IcOM) ou des Monuments et sites (IcOMOS), les adhérents (carte "Louvre- Lens", carte "Louvre-Lens Jeunes", carte "Louvre-Lens Professionnels").

Guide Multimédia : Accessible sans supplément.
Abonnements :
- carte Louvre-Lens : 15 € /an
- carte Louvre-Lens Professionnels : 12 € /an
- carte Louvre-Lens Jeunes (- de 25 ans) : 10 € /an.

Restaurant et Librairie-boutique :
La librairie-boutique (située dans le hall d’accueil) est gérée par La Boutique du Lieu et ouverte aux mêmes horaires que le musée.
Le restaurant situé dans le parc du Louvre- Lens a été confié au chef Marc Meurin, dont le restaurant Le château de Beaulieu (Busnes, Pas-de-calais) possède 2 étoiles au Guide Michelin.

Venir en voiture :
- Nationale 25 d’Arras à Lille.
- Nationale 43 d’Hénin-Beaumont à Béthune.
- Départementale 947 vers La Bassée.
Ceinturée par l’A21 et l’A26, Lens est reliée aux autoroutes :
- A1 (Lille-Paris)
- A26 (Calais-Reims)

Venir en train :
Ligne T.G.V. Paris - Dunkerque.
Une navette dessert directement le musée, gratuitement (la 1ère année) depuis la gare de Lens. Chemin piéton paysager entre la gare et le musée (20mn environ).


Sources : Musée du Louvre-Lens et Claudine Colin Communication.

Diaporama sur les oeuvres du Musée du Louvre-Lens - Crédit Photographique © RMN et Musée du Louvre-Lens.






Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Actu Paris | Actu Ile-de-France | Actu française | International | Paris Tribune Post | Ils sont cités