Connectez-vous S'inscrire
Menu
Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



26/05/2012 - 22:24
La rédaction de Paris Tribune.info
        

Les candidats aux élections législatives dans la 2e circonscription de Paris

La 2e circonscription de Paris regroupe le 5e arrondissement, une partie du 6e et du 7e arrondissement.



2e circonscription de Paris : 18 candidats au 1er tour le 10 juin 2012.



Par arrêté préfectoral, la liste officielle et définitive des candidats aux élections législatives, de leur remplaçant et de leur numéro d'emplacement sur les panneaux d'affichage, est parue le jeudi 24 mai 2012. Sur 301 candidatures pour 18 sièges, 18 candidats se présentent pour 1 siège de député dans la 2e circonscription de Paris.

L'enjeu des élections législatives : le financement public

L'intérêt pour les élections législatives est financier : elles permettent aux candidats le remboursement d'une partie de leur frais de campagne et aux partis politiques le versement d'aides publiques.

Aides publiques aux candidats :
En France, un candidat peut se présenter à une élection sans être affilié à un parti politique. Pour recevoir des aides publiques, les candidats doivent respecter un plafond légal de dépense établi en fonction du nombre de la population : une base forfaitaire de 38 000 euros majoré de 0,15 euros par électeur.

Sur une population de 126 259 habitants, la 2e circonscription de Paris compte 71 232 inscrits, soit un plafond légal de dépense de 48 684 euros.

Les candidats de la 2e circonscription ne peuvent dépasser 48 684 euros en dépenses électorales pour faire campagne dans le secteur qui regroupe la totalité du 5e arrondissement, une partie du 6e et du 7e arrondissement.

Les candidats ayant obtenu au minimum 5 % des suffrages exprimés obtiennent, sur justificatifs, le remboursement de leurs frais à hauteur de 50% de ce plafond, soit 24 342 euros.

Sachant que le remboursement ne peut excéder la moitié du plafond des dépenses autorisées, certains doivent mettre la main à la poche, au maximum 10 000 euros après déductions des dons qui ne font pas partie du plafond remboursable, par un prêt souscrit en leur nom propre, ou en demandant un prêt à leur parti.

Les candidats dans la 2e circonscription de Paris, les suppléants (non concernés par la loi sur la parité) et le numéro d'emplacement sur les panneaux :

1 - KAHN Axel (PS : Parti Socialiste) - Suppléante : Marine Rosset
2 - BOVER SAYOUS Véronique - Suppléant : Benjamin Schlumberger
3 - BLOT Yvan (RIF : Rassemblement pour I'Indépendance de la France) - Suppléante : Cendrine Chereil de la Rivière
4 - TRAORE Lassina - Suppléant : Jean-Yves Nicolas
5 - REBOT Stella (Le Parti des Libertés) - Suppléant : Jacques Gauthier
6 - COTTET Chantal - Suppléante : Jocelyne Baud
7 - LE TANNEURMarc (RBM : Rassemblement Bleu Marine) - Suppléante : Christelle Gaillard
8 - BELLAL Amar (FG : Front de Gauche) - Suppléante : Shirley Wirden
9 - DARMANGEAT Christophe (LO : Lutte Ouvrière) - Suppléant : Bernard Genolini
10 - GODFROY-GENIN Anne-Sophie (CF : Centre pour la France) - Suppléant : Jérôme Ferru
11 - FOURIER Alix (PCD : Parti Chrétien Démocrate) - Suppléant : Thomas Buvignier
12 - ROUSSEAUX Nicolas - Suppléant : Raphaël Rousseaux
13 - AUDOUIN Laurent (EELV : Europe Ecologie Les Verts) - Suppléante : Laurence Graffin
14 - FILLON François (UMP : Union pour un Mouvement Populaire) - Suppléant : Dominique Stoppa-Lyonnet
15 - DEBAH Farid - Suppléante : Brigitte de Jong
16 - LANCE Guillaume (DLR : Debout La République) - Suppléante : Geneviève Receveur
17 - DEFLANDRE Clément - Suppléant : François Barrat
18 - MOISAN DE KEBINO Gilles - Suppléante : Sylvie Prince.

Pour être candidat au 2e tour il faut avoir obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5% des inscrits.
En conséquence, chaque candidat qui obtient ce nombre peut-être présent au 2e tour.
Si aucun candidat ou un seul n'obtient 12,5 % des inscrits au 1er tour, il ne peut y avoir que deux candidats au 2e tour ; ceux ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages au 1er tour.
(ndlr : cf. Article L. 162 du Code électoral, aliéna 3 à 5).

Aides publiques aux partis politiques :
Pour les partis politiques, une aide publique est également mise en place qui dépend directement des élections législatives : "c'est uniquement comme cela que les partis politiques reçoivent l'aide publique" explique la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNNCCFP).

Donne droit à des aides publiques, le fait pour un parti politique de présenter 50 candidats dans 50 circonscriptions et de recueillir 1% des voix.

Les aides publiques représentent 80 millions d'euros distribués entre partis politiques chaque année pendant la nouvelle législature, soit pendant 5 ans :
- 40 millions d'euros attribués en fonction des résultats obtenus : chaque voix en faveur du candidat rapporte 1,68 euros au parti politique.
- 40 millions d'euros attribués en fonction du rattachement des parlementaires : 44 000 euros par an par élu rattaché.

En cas de non respect de la loi sur la parité, votée par tous les partis politiques, des pénalités diminuent l'aide publique. Environ 75 millions d'euros d'aides publiques sur 80 sont distribués chaque année aux partis politiques.

Depuis la loi du 31 janvier 2007 applicable pour la 1ère fois aux élections législatives de 2012, l'aide publique est diminuée, par exemple, "de 30 % si un parti ne présente que 30 % de femmes" explique le site de l'Assemblée nationale ; auparavant, "en cas d'écart de 40 %, l'aide était diminuée de 20 %".

Un parti politique peut recevoir de l'argent grâce à :
- l'aide publique
- les dons plafonnés avec une déduction fiscale : 4 600 euros pour une personne physique. Un donateur peut verser de l'argent à plusieurs partis politiques ; 7 500 euros d'un parti à un autre parti
- les contributions des élus
- les adhésions et les cotisations (de base, diverses, membres d'honneur, ...) : aucun plafond exigé.

Les contours de la 2e circonscription de Paris

La 2e circonscription est délimitée par les rues suivantes :

- la totalité du 5e arrondissement ;

- dans le 6e arrondissement : depuis le quai Malaquais jusqu'à la place Saint Michel, du boulevard Saint Michel depuis la place Saint Michel jusqu'à l'avenue de l'Observatoire, de l'avenue de l'Observatoire jusqu'à la rue d'Assas, de la rue d'Assas jusqu'à la rue Madame, de la rue Madame jusqu'à la rue du Four, de la rue du Four jusqu'à la rue de Sèvres, de la rue de Sèvres jusqu'à la rue des Saints Pères, de la rue des Saints Pères au quai Malaquais.

- dans le 7e arrondissement : l'avenue de Suffren depuis l'avenue de la Motte Picquet jusqu'à la Seine, le qui Branly depuis l'avenue de Suffren jusqu'à la rue des Saints Pères, la rue des Saints Pères jusqu'à la rue de Sèvres, la rue de Sèvres jusqu'à rue Vaneau, la rue Vaneau jusqu'à la rue de Babylone, la rue de Babylone jusqu'à la place André Tardieu, le boulevard des Invalides jusqu'à l'avenue de Tourville, l'avenue de Tourville jusqu'à la place de l'Ecole militaire, de la place de l'Ecole militaire jusqu'à l'avenue de Suffren.




Les faits dans le 6e arrondissement | Flash Paris 06 | Les opinions dans le 6e arrondissement

A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com