Connectez-vous S'inscrire
Menu

Paris Tribune 100 % non produit par la Mairie. Autonome et indépendant. Si, si. Le journal que les élus regardent à la loupe.



24/11/2012 - 23:39
Marc Rousset, économiste, écrivain
        

Les intellectuels français au pays des Soviets

Selon Marc Rousset, économiste, écrivain, auteur de "La Nouvelle Europe Paris-Berlin-Moscou".



Texte participatif suscité par l'annonce de la prochaine exposition "Intelligentsia. Entre France et Russie, archives inédites du XXème siècle" du 28 novembre 2012 au 11 janvier 2012 dans le 6e arrondissement.



L’exposition "Intelligentsia. Entre France et Russie, archives inédites du XXème siècle" se tient du 28 novembre 2012 au 11 janvier 2013 à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, dans le cadre de l’année "France-Russie 2012".

Cette exposition témoigne de la profusion des échanges littéraires entre la France et la Russie au siècle dernier, mais surtout de l’aveuglement et de la manipulation par une petite élite dont le rôle fut de brouiller les cartes sur les horreurs du communisme. On ne peut pas ne pas penser à ce qu’il en est aujourd’hui avec la pensée unique et les intellectuels droits de l’hommistes.

Les intellectuels français au pays réel des Soviets

André Gide, Romain Rolland, Henri Barbusse, André Breton, Jean-Paul Sartre furent des militants de l’Union soviétique.

En 1935, Romain Rolland et son épouse Maria Koudacheva se rendent en URSS à l’invitation du poète Maxime Gorki et sont reçus par Staline.

Henri Barbusse, admirateur de la révolution russe, fit plusieurs voyages en URSS, écrivit une biographie de Staline (1935) et décède à Moscou le 30 août 1935.

L’anti-fasciste André Gide finira cependant par ouvrir les yeux et reviendra en juin 1936, désillusionné avec ses compagnons d’un voyage en URSS. Au lieu de l’homme nouveau, il ne trouve que le totalitarisme. Il ira même jusqu’à écrire : "Que le peuple des travailleurs comprenne qu’il est dupé par les communistes, comme ceux-ci le sont aujourd’hui par Moscou".

Le 27 janvier 1953, Elsa Triolet, épingle la médaille du Prix Staline au revers de la veste de l’écrivain Ilya Ehrenbourg sous le regard de son mari, Louis Aragon. Ce dernier avait déjà écrit "Hourra l’Oural" et un poème "Vive le Guépéou" en 1931 à la gloire du Guépéou, prédécesseur du KGB ! Ce poème confondant de niaiseries faisait l’apologie d’une organisation méga-criminelle, l’appareil de répression du parti bolchevique contre les peuples.

En 1955, année où Raymond Aron publie "l’Opium des Intellectuels", le couple Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir est en URSS.

L’exposition retrace ce phénomène de sidération collective tout à fait comparable à l’inconscience, à l’avachissement, à l’abrutissement droit de l’hommiste et mondialiste que nous vivons aujourd’hui.

En 1949, David Rousset, ancien déporté, avait déjà adressé un appel dans "Le Figaro littéraire" aux survivants des camps nazis afin qu’ils enquêtent sur "le goulag stalinien". Il fallut 1956, période de l’insurrection de Budapest, puis le printemps de Prague en 1968, et surtout la publication de "l’Archipel du Goulag" par Alexandre Soljenitsyne pour commencer à ébranler un peu les consciences.

Vingt ans après l’effondrement du monde soviétique, les archives de cette exposition montrent l’aveuglement incroyable de ces intellectuels et la très difficile résistance de la poignée d’opposants dont Raymond Aron, face à la pensée dominante de l’époque tout à fait semblable à la pensée unique d’aujourd’hui !


> 28 novembre 2012 - 11 janvier 2013 : Intelligentsia. Entre France et Russie, archives inédites du XXème siècle.




Les faits dans le 6e arrondissement | Les opinions dans le 6e arrondissement | Flash Paris 06


Publicités

Publicités



A propos de Paris Tribune

Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris.

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune.

Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses 20 cantons et 20 arrondissements municipaux.

cookieassistant.com