Connectez-vous S'inscrire
Menu

Quelle sécurité pour le 6e arrondissement ?

Les habitants inquiets de la fermeture des commissariats dans le 6e arrondissement de Paris.

Une décision est prévue cette semaine pour discuter de la fermeture des commissariats Place St. Sulpice et rue Jean-Bart.

27 Février 2011 - 14:38
        

A terme, seul resterait celui du 5e arrondissement.

Des officiers de la police nationale nous ont informé aujourd'hui que le Maire du 6e arrondissement Jean-Pierre Lecoq se décidera cette semaine de l'éventuelle fermeture du Commissariat St. Sulpice et celui de la rue Jean-Bart.

Monsieur Lecoq souhaite récupérer les locaux du commissariat contiguë à la Mairie du 6e, Place S. Sulpice pour élargir la Mairie de l'arrondissement ou pour le louer à un loyer plus élevé.

La sécurité des citoyens du 6e arrondissement n'a pas de prix !

Dans le mensuel 6e Infos de Novembre 2010, le Maire s'est félicité du net recul de l'insécurité dans nos quartiers. Il a rendu hommage au Commissaire central du 6e “pour le travail accompli” et noté qu’il faut rester “très vigilant sur l’évolution de la situation”.

Mais comment pourrions-nous rester vigilants sans commissariats ni police de quartier ?

Il nous semble que le Contrat de sécurité, signé le 14 avril 2010 par Monsieur Lecoq, est remis en cause par cette démarche immobilière. Est-il possible d’imaginer tout un arrondissement de Paris sans la possibilité d’une assistance sécuritaire à quelques minutes de chez soi ?
Commerce situé place Saint-Sulpice.
Commerce situé place Saint-Sulpice.

Lire les articles :
- article du 17 mars 2011 : Quel avenir pour le commissariat du 6e ?
- article du 17 mars 2011 : Romain Lévy se bat contre la fermeture du commissariat du 6e
- Paris Tribune Indiscrétions du 14 mars 2011 : Recrudescence de la délinquance annoncée dans le 6e arrondissement.
- Paris Tribune Indiscrétions du 10 mars 2011 : La préfecture de police de Paris embarrassée par le maire du 6e.
- article du 6 mars 2011 : Commissariat du 6e : une fermeture qui passe inaperçue.
- article participatif du 27 février 2011, commenté par la mairie du 6e arrondissement : Quelle sécurité pour le 6e arrondissement ?

Par le Professeur Susan Perry




Commentaires

1.Posté par Communiqué de Jean-Pierre LECOQ du 28 février 2011 le 28/02/2011 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jean-Pierre LECOQ, Maire du 6e arrondissement, a pris connaissance avec stupéfaction d’un tract non signé dont il a peine à croire qu’il puisse émaner de fonctionnaires de police soumis au devoir de réserve et qui ne peuvent ignorer que les maires d’arrondissement à Paris, comme d’ailleurs le maire de Paris ( !), n’ont aucun pouvoir de police et surtout pas celui de décider de l’implantation des commissariats dans la capitale.

A cet égard, Jean-Pierre LECOQ rappelle que depuis près de 20 ans, comme adjoint puis comme 1er adjoint enfin comme maire du 6e, il n’a eu de cesse de se battre pour voir se créer un Hôtel de police dans le 6e.

Au début des années 2000, il avait même réussi à convaincre le regretté Préfet de Police Jean-Paul PROUST de construire cet Hôtel de police sur l’arrière de la caserne du Vieux Colombier.

Bertrand DELANOË avait d’ailleurs donné son accord sur cette possibilité, malheureusement restée sans suite en raison de l’incapacité des services immobiliers de la Préfecture de police à mener cette opération.

En revanche, il est évident que les actuels locaux occupés par la Préfecture de police depuis des décennies, rue Jean Bart, locaux appartenant à l’Assistance Publique et loués par la Préfecture de police, et ceux de la Mairie du 6e, locaux occupés sans paiement d’aucun loyer, sont totalement insécures, inadaptés à l’accueil du public et ne respectent plus aucune des normes édictées par la Préfecture de police.

Jean-Pierre LECOQ examinera tout projet qui lui sera soumis et qui permettra de résoudre ces questions tout en ayant comme préoccupation principale celle de maintenir à un niveau élevé la sécurité des habitants et commerçants du 6e ainsi que des très nombreuses personnes fréquentant quotidiennement l’arrondissement.

2.Posté par Vaea Devatine, rédactrice en chef le 06/03/2011 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Apprenant l'information de la part de policiers, une habitante du quartier demande à rencontrer le maire et écrit un l'article participatif publié le 27 février 2011 sur le site de Paris Tribune.fr.
En réponse à l'article participatif, la mairie du 6e arrondissement décide de publier un commentaire sous forme de communiqué en date du 28 février 2011 (un communiqué absent du site de la mairie) dans lequel elle évoque un "tract non signé" (encore introuvable). Le 1er mars 2011, la mairie du 6e arrondissement publie sur son site un "petit guide pour vos démarches" suite à la fermeture définitive de l'antenne de police située à la mairie d'arrondissement.
Dans un arrondissement a priori ultra sécurisé tel que le 6eme arrondissement, comment est reçue cette annonce qui fait l'effet d'une bombe ?
ParisTribune.fr a donc décidé de mener sa petite enquête, en interrogeant les responsables des commerces donnant sur la place Saint-Sulpice où se trouvent la mairie du 6e et l'antenne de police.

Lire l'article Commissariat du 6e : une fermeture qui passe inaperçue.

3.Posté par Emile Fleury le 09/03/2011 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faute d'assurer la sécurité des habitants du 6e, J.-P. Lecoq pourrait au moins s'abstenir de mettre en danger... la langue française !

On s'horrifie de lire sous la plume du Maire que les locaux du commissariat sont totalement "insécures". Cette aimable fantaisie syntaxique de M. Lecoq n'a que l'avantage d'être l'anagramme du mot "sinécure", et ce n'est pourtant pas une que d'être administré par un élu si manifestement déterminé à suivre la voie tracée par le Président de la République dans le relâchement généralisé du langage.

Etrillons l'illettré !

Nouveau commentaire :
Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Journal Paris Tribune | Grand Paris Tribune | France Tribune | Europe Tribune | Monde Tribune | Fontenay Tribune | Maohi Tribune | Libye Tribune | Paris Tribune Post | Cités | Journal du 1er arr. | Journal du 2e arr. | Journal du 3e arr. | Journal du 4e arr. | Journal du 5e arr. | Journal du 6e arr. | Journal du 7e arr. | Journal du 8e arr. | Journal du 9e arr. | Journal du 10e arr. | Journal du 11e arr. | Journal du 12e arr. | Journal du 13e arr. | Journal du 14e arr. | Journal du 15e arr. | Journal du 16e arr. | Journal du 17e arr. | Journal du 18e arr. | Journal du 19e arr. | Journal du 20e arr.


Paris Tribune, observateur des débats publics à Paris

Explorez l'actualité locale dans les arrondissements de Paris

Le meilleur et le pire des interventions publiques sont sur Paris Tribune. Paris Tribune est un journal d’actualités locales, à l'écoute notamment des séances du conseil de Paris et des séances des conseils d'arrondissement. De A comme Amendement à V comme Vœu en passant par C comme Communication et D comme Délibération, la rédaction s’intéresse aux débats publics à l’Hôtel de Ville de Paris et dans ses vingt cantons et l'un des vingt arrondissements municipaux.

Par ailleurs, l'humour caustique présent dans certains articles risque de heurter la susceptibilité des personnes citées.