Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Un malus pour les retraites pleines à 62 ans

L'Agirc et l'Arrco en 2015 : les retraites pour 22 millions de salariés et 14 millions de retraités.


Le régime de retraite complémentaire des salariés du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, cadres inclus, va changer : tous les salariés qui partiront à la retraite à 63 ans ne se verront appliquer aucune décote.

31 Octobre 2015 - 23:06
     

Retraités © papinou - Fotolia.com
Retraités © papinou - Fotolia.com

Un système de Bonus Malus

A partir de 2019, les salariés du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture (Agirc* et Arrco**) en âge de partir à la retraite, c'est-à-dire après avoir été prélevé à la source de toutes leurs annuités de cotisation pour bénéficier d'une retraite au taux plein, devront retarder leur départ à la retraite d'une année pour ne pas avoir un malus de 10 % pendant deux ans. Pour pouvoir bénéficier d'un bonus pendant un an, ils devront décaler leur départ à la retraite de deux ans.

En créant un malus de -10 % sur le montant de la retraite ou un bonus en fonction du nombre d'années de travail supplémentaire accepté par le salarié en âge de partir à la retraite, le patronat et les organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC signataires de l'accord, tentent de renflouer les caisses des retraites complémentaires Agirc-Arrco.
Le dispositif ne s'appliquera pas aux retraités exonérés de CSG ni à certaines catégories de travailleurs handicapés. En revanche, ceux qui auront commencé à travailler tôt et qui pourront partir à la retraite à 60 ans, devront eux aussi reculer d'un an leur départ à la retraite pour ne pas se voir appliquer une décote de 10 %.
Tous les salariés 
du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture qui partiront à la retraite à 63 ans ne se verront appliquer aucune décote.
L'accord du vendredi 30 octobre 2015 n'a pas été signé par les syndicats CGT et FO qui parlent de "régression" et d'"accord déséquilibré".

"Une liberté accordée"

Pour le Président de la République, ce n'est pas une remise en cause du départ à la retraite à 62 ans :
 
"A partir de 2019, ceux qui voudront partir à 62 ans auront ce qu'on appelle une décote de 10%, (...) 
​ils feront leur choix, c'est une liberté qui leur est accordée."
François Hollande - Source : AFP.

Le patronat, qui demandait "une baisse des cotisations" a accepté une hausse des cotisations patronales chiffrée à 700 millions d'euros selon Claude Tendil, le négociateur du Medef. Sans ressources supplémentaires, les réserves de l'Agirc seront épuisés en 2018 et celles de l'Arrco en 2027. La CFTC indique que sans cet accord, les retraites diminueraient de 11 %.

 

* L'Agirc, Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres, gère le régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture. 
** L'Arrco, Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés, gère le régime de retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du secteur privé de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, cadres compris. 





Cet article cite : agirc, arco, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, france, medef, retraite, syndicat


Commentaires

1.Posté par Deux Mots POUR LE DIRE le 06/11/2015 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

François MITTERRAND a imposé la retraite à 60 ans.
L'acquis social de la mesure était à court terme. Cela n'a pas été dit.
Le vers a été mis dans le fruit de la solidarité et de l'avenir des retraites.
Les ressources sont épuisées.
Aujourd'hui nous sommes confrontés à l'explosion du système des retraites
et c'est la régression sociale.

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Lundi 29 Juillet 2019 - 01:25 ​Il y a 225 ans, la fin de la Terreur

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique



Publicité