Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Un nouveau membre du Conseil constitutionnel en perspective

Le choix de ne pas être battu


François Hollande n'est pas candidat, qu'en dit-on ?

1 Décembre 2016 - 23:59
     

4 % d'opinions favorables

Les électeurs l'ont fui, il a fui les électeurs. François Hollande décide le 1er décembre 2016, jour du coup d'envoi du dépôt des candidatures pour la Primaire de la gauche, de ne pas se représenter pour un deuxième mandat. Il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle :
 
"Je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d'elle. Aussi, j'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle".
François Hollande, chef de l’État en direct de l’Élysée, le 1er décembre 2016.

Pour les uns, un acte de courage, pour les autres, la fuite. Ce n'est pas, par exemple, Benoît Hamon, candidat aux Primaires socialistes, qui lui demanderait de rester dans la course. En revanche, il se montre mauvais élève de la Constitution en déclarant sur BFM TV : "C'est une décision rare sous la Ve République". C'est tellement rare qu'il n'y a pas de précédent !

Les candidats socialistes à la primaire ont jusqu'au 15 décembre pour valider leur candidature avec le soutien de 15 membres du Conseil national du PS, ou bien de 19 parlementaires, ou encore de 66 conseillers régionaux ou départementaux représentant au moins 4 régions et 10 départements, ou 10 maires de villes de plus de 10.000 habitants.

François Hollande ayant réussi son effet de surprise, il n'est pas impossible que d'autres surprises se produisent d'ici la fin 2016 et le début 2017, avec des rebondissements en tous genres. La deuxième, il s'envole aussitôt (le 2 décembre) pour le soleil des Emirats Arabes Unis, pour la Conférence internationale sur la protection du patrimoine culturel en péril.

Les anciens présidents de la République siègent, s'ils le souhaitent, au Conseil Constitutionnel rue de Montpensier 75001 Paris - Photo Mbzt sous licence creative commons.
Les anciens présidents de la République siègent, s'ils le souhaitent, au Conseil Constitutionnel rue de Montpensier 75001 Paris - Photo Mbzt sous licence creative commons.





Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

D'autres articles / More stories
< >

Lundi 29 Juillet 2019 - 01:25 ​Il y a 225 ans, la fin de la Terreur

Actu des Institutions | Mā'ohi Tribune | Départements et régions de France | France Débats | France pratique



Publicité