Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune
Paris Tribune
Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite
www.paristribune.info

"Urgent affichage sauvage" la Mairie de Paris s'explique

Campagne municipale Paris 2014.


La Mairie de Paris lutte contre l’affichage sauvage en période d'électorale municipale et répond aux révélations du Lab d'Europe 1 et du Le Canard enchaîné reprises par l'UMP.


27 Février 2014 - 21:00
     

La polémique concernant l’enlèvement d’affiches "Derrière le sourire la facture" nécessite une clarification selon la Mairie de Paris.

Deux mails du Service technique de la propreté de Paris sont publiés sur le Lab d'Europe 1 le 25 février 2014 et par Le Canard enchaîné dans son édition du 26 février 2014 dont celui-ci :

"(...) Des affiches mettant en cause Anne Hidalgo ont été massivement collées cette nuit ou ce matin sur de nombreux sites (...) sur des barrières de chantier et autres barrières provisoires (...) Merci aux divisions d'engager des tournées de surveillance (...) afin que les équipes de désaffichage puissent intervenir (...)".

Ils sont authentifiés par la Mairie de Paris qui publie aussitôt un communiqué le 26 février :

"1. Les équipes de la Propreté de Paris procèdent tout au long de l’année à des recensements d’affichages sauvages afin que les services procèdent à leur enlèvement. Lorsque des campagnes d’affichage commercial ou politique massives sont identifiées, des recensements plus ciblés peuvent être opérés. Tout signalement par des tiers d’affichage sauvage peut déboucher sur une intervention de la Propreté de Paris. En période électorale, la masse d’affichage illégale est plus importante et les services de la propreté de la ville renforcent actuellement leur activité contre tous les supports installés, quel(le) que soit le candidat ou la candidate concerné(e), sans autorisation dans l’espace public.

2. En janvier 2014, la maire du 16e arrondissement a ainsi demandé à la direction de la propreté l’enlèvement d’une trentaine d’affiches de Thomas Lauret, tête de liste PS du
"16e qui ose" agrafées sur du mobilier urbain dans le secteur Porte de Saint Cloud / Avenue de Versailles. Cela a été fait immédiatement. En décembre 2013, c’était une campagne d’affichage sauvage du Front de gauche qui a donné lieu à une intervention du service de la propreté dans plusieurs arrondissements. Enfin, Nicolas Miguet, coutumier de ces affichages sauvages, avait déjà été averti par les services de la propreté en août 2013. Cette pratique est illégale et passible de peines pécuniaires comme le prévoit une délibération votée en novembre 2001par le Conseil de Paris.

3. Ni le maire de Paris, ni la première adjointe, ni l’adjoint en charge de la Propreté n’ont donné d’instructions concernant une campagne d’affichage spécifique. Ce sont les services qui gèrent ce type d’intervention où des actions d’enlèvement d’affiches sont très régulièrement menées.

La Ville de Paris observe donc une totale impartialité et répond de la même façon, sans exclusive, aux signalements d’affichage illégal qui lui sont remontés par ses services ou par les citoyens parisiens"
.

En revanche, la Mairie de Paris ne dit mot sur la facture à régler par les auteurs d'affichage illégal.

Affichage illégal déchiré - Crédit : VD.
Affichage illégal déchiré - Crédit : VD.

Problèmes identiques en 2014 et en 2012

Les deux mails dont l'un avec en objet "Urgent affichage sauvage" émanent du Service technique de la propreté de Paris en date du 18 février 2014. Ce matin là, les rues sont inondées d'affiches électorales dont celle utilisant la silhouette du visage d'une candidate avec un bandeau sur les yeux et le titre "Derrière le sourire la facture". D'autres affiches révèlent également le nouveau visage de la candidate Anne Hidalgo.

La problématique a déjà été soulevé par Paris Tribune lors des élections présidentielles de 2012 où le mobilier urbain de la ville de Paris avait fait l'objet d'affichage sauvage avec des affiches "Impasse Sarkozy", sans que l'on sache si la ville a porté plainte.

La délibération DPE 138 de novembre 2001

La 2001 DPE 138 votée en conseil de Paris les 19 et 20 novembre 2001 expose que "le montant de l'enlèvement des publicités sur une surface inférieure à un mètre carré sera celui dû pour le désaffichage d'un mètre carré". Ce montant ne figure pas sur la délibération mise en ligne sur le site Internet de la Ville de Paris.

Contactés par Paris Tribune lors des problèmes d'affichage sauvage pendant les élections présidentielles en 2012, les services de la propreté avaient fait savoir que "ce montant est forfaitaire" et qu'il se situe "autour de 5 à 6 euros/m², arrondi au chiffre supérieur conformément aux règlements."
La délibération cite également le montant du coût des déplacements correspondants aux travaux de désaffichage : un montant forfaitaire hors taxes de déplacements applicable à chaque intervention. Celui-ci est en revanche indiqué sur le site de la Ville de Paris : "365,97 euros soit 2.400,61 Francs".
Il est majoré de 50% pour une exécution des prestations de nuit de 22 h à 6 h, et de jour les dimanches et jours fériés. En cas d'exécution de nuit les dimanches et jours fériés, la majoration est de 100%.
L'article 1er de la délibération précise aussi que, lorsque le responsable de l'affichage n'est pas connu, "la suppression de ces publicités (est) aux frais de la personne pour laquelle la publicité a été réalisée."

En pleine campagne électorale, la Mairie de Paris incite les Parisiens à signaler l'affichage illégal dans l'espace public , sur internet ou via son téléphone mobile grâce à l'application gratuite DansMaRue. Un combat perdu d'avance alors que plusieurs tags situés à moins de 4 mètres de hauteur ne sont pas encore nettoyés par le prestataire choisi par la ville de Paris.



Cet article cite : 16e arrondissement, paris



Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.

Actu Mairie de Paris | 75001 Paris | 75002 Paris | 75003 Paris | 75004 Paris | 75005 Paris | 75006 Paris | 75007 Paris | 75008 Paris | 75009 Paris | 75010 Paris | 75011 Paris | 75012 Paris | 75013 Paris | 75014 Paris | 75015 Paris | 75016 Paris | 75017 Paris | 75018 Paris | 75019 Paris | 75020 Paris | Paris Débats | Paris Pratique



Publicité