Quantcast
Connectez-vous S'inscrire
Paris Tribune
Paris Tribune

Paris Tribune

Actualités des arrondissements de Paris et au-delà
Publier en ligne
Agenda
Petites annonces
Newsletter
Inscription gratuite

Quand la Ville de Paris demande à la justice d'ordonner l'évacuation des migrants de son domaine public  30/05/2018

La Ville de Paris ne demande plus à la justice d'ordonner l'évacuation des camps de migrants de son domaine public depuis 2015 et charge depuis l'Etat de le faire. 
Au conseil de Paris du moi de mai 2015, le préfet de police de Paris explique ce qui s'est passé (podcast audio disponible sur Paris Tribune).
Depuis, la Ville de Paris demande à l'Etat de faire partir les migrants de son domaine public. Un arrêt du Conseil d'Etat en juillet 2017 va dans son sens : c'est à l'Etat et non à la Ville de faire libérer son domaine public en assurant les départs vers des centres d’accueil dans d’autres villes ainsi qu’une maraude quotidienne pour les mineurs isolés étrangers. 
En mai 2018, le ministre d'Etat ministre de l'Intérieur Gérard Collomb parle de "carence" de la Ville de Paris qui ne saisit pas la justice pour faire cesser les troubles à l'ordre public sur le domaine public où les camps sont installés. Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux (La République en marche) explique ce qui se passe du point de vue politique : "Elle n'a pas pris la responsabilité politique de demander l'évacuation".  
La Maire de Paris Anne Hidalgo (PS) et ses adjoints préfèrent demander "une mise à l'abri des migrants" pour récupérer la jouissance du domaine public.

Article : Préfet de police : la Ville de Paris avait demandé à la justice d'expulser les migrants de son domaine public (avec un podcast audio).


En photo:  En 2015, la Ville demande à la justice une ordonnance pour l'évacuation de son premier camp de migrants © Paris Tribune Archives.
 
Quand la Ville de Paris demande à la justice d'ordonner l'évacuation des migrants de son domaine public

Nouveau commentaire :

Les opinions sont libres à la condition de respecter les limites fixées par la Loi et par la jurisprudence.


Publicité